BLACK SUMMER

BLACK SUMMERSérie dérivée, spin-off comme on dit, BLACK SUMMER est à l’excellente Z NATION ce que FEAR THE WALKING DEAD est à THE WALKING DEAD, un prequel où les mandibules implacables des morts-vivants commencent tout juste à fonctionner, face à des personnages alternatifs à la série originale. Au vu du pilote, BLACK SUMMER semble encore plus terrifiant que sa série mère. Et, comme le disait si bien the Murphy : welcome to the zombie apocalypse !

BLACK SUMMERAprès sa cinquième saison, Z NATION ( Voir sur Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/z-nation.html ) semble devoir passer la main puisque son diffuseur n’a pas souhaité en lancer une sixième. Mais le challenger de THE WALKING DEAD et de FEAR THE WALKING DEAD ( Voir sur Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/fear-the-walking-dead.html et aussi  https://gonzomusic.fr/fear-the-walking-dead-s02.html  ) à choisi de se renouveler en nous ramenant rétroactivement au début de l’épidémie zombie lorsque tout semble devoir s’effondrer pour le genre humain. Comme dans un film de Robert Altman, cet épisode inaugural de BLACK SUMMER s’attache aux destinées de plusieurs personnages appelés vraisemblablement à se croiser, au fil des épisodes. Tout démarre dans une rue de banlieue américaine type, totalement déserte. Sirène stridente, des chiens aboient, mais nulle caravane ne passe. Les corbeaux croassent. Panneau noir, puis un prénom, Rose s’inscrit à l’écran. Elle sera sans doute un des personnages centraux. Rose a une fille et veut la sauver, dans cet univers où les zombies sont lâchés. Sa fille et elle doivent quitter la maison où elles se sont réfugiées. Son mari les accompagne. Chacun porte un sac à dos. Soudain, la rue s’anime, des tas de gens courent comme eux. Et chacun porte son sac à dos. Les trois se tiennent par la main et courent…en direction d’un poste de contrôle militaire…où les soldats les repoussent, leur demandant de reculer et de se mettre en rang pour être scannés, avant de pouvoir monter dans des camions. La fille monte, mais les parents sont bloqués et fouillés. Les soldats sont suspicieux, après l’avoir fouillé, ils demandent au père de se dévêtir. Il a une blessure au flanc. Il a dû se faire mordre par un zombie. Pendant ce temps-là, le camion démarre emportant leur fille. Ils se réfugient dans une maison, car des avions bombardent autour d’eux. Lorsque le tumulte cesse, Rose veut partir à la recherche de sa fille, mais son compagnon n’en a pas la force. Elle va lui chercher un verre d’eau, lorsqu’il se transforme en zombie assoiffé de sang pourchassant sa propre femme comme un gibier. Il manque de la mordre, mais il est heureusement abattu par un soldat. Haletante, elle l’étreint.

 

BLACK SUMMERRe-panneau noir écrit Ryan, cette fois. Il marche dans une rue en plein chaos où les voitures crament. Une femme agonise prête à devenir zombie. Une jeune asiate l’entraine alors à l‘abri, tandis que des jets hurlent dans le ciel. Scènes de panique. Re re panneau noir et prénom : Barbara. Elle roule dans un SUV dans une rue déserte. Ou l’épave d’un véhicule de police est encore fumante. Elle s’arrête pour regarder une carte. Lorsque soudain un type surgit à sa fenêtre. « Ma famille est là-bas, nous voulons aller au Stadium. C’est bien là où vous allez, non ? Pouvez-vous nous prendre ? On a de la nourriture » affirme le Ben. Elle le laisse monter, il tente de lui voler sa caisse. A ce moment, un type arrive et lui explose la tronche. Re re re panneau noir, cette fois portant le prénom Lance. Un couple cherche un lieu dans une rue de banlieue. Tandis qu’il regarde son plan, une voiture percute violemment et intentionnellement sa copine. Elle agonise. Il se tire. Elle se transforme et devient une bête assoiffée de sang. Re re re  re panneau noir et prénom Spears. Trois soldats qui accompagnent un prisonnier aux poignets entravés marchent toujours dans ce même décor suburbain. Le prisonnier par ruse arrive à tuer le soldat qui le gardait. Du coup, le prisonnier échappé lui vole son identité et devient lui-même Spears. Lui aussi on se dit qu’on ne va pas tarder à le retrouver au rayon bad boys. Produite à l’instar de Z NATION par the Asylum, cette première saison compte 8 épisodes binge-watchinguement diffusés sur Netflix depuis avril dernier. Et au vu des taux d’approbation massifs, on ne doute pas un instant qu’avec BLACK SUMMER l’été n’a pas fini d’être sombre.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.