Étiqueté : Electro

Macrump 0

Trump / Macron : Jean qui pleure et Jean qui rit

    C’était hier, sur les Champs-Élysée, avec Donald Trump et Emmanuel Macron, lorsqu’au cours du traditionnel défilé du 14 juillet, les deux Présidents ont assisté à une incroyable fanfare militaire qui interprétait…du Daft Punk, y compris leur hit planétaire « Get Lucky », chanté par Pharrell Williams et boosté par la funky présence de Nile Rogers, deux stars américaines. Manifestement, Macron appréciait la joke tandis que Trump n’y pigeait que dalle. Delicieux...

Messe pour le temps présent 0

Pierre Henry messe pour le temps passé

      Pierre Henry, le génial et pionnier précurseur de la musique électronique avec, entre autres, sa célébrissime « Messe pour le temps présent » s’est éteint, ce jour, à l’hôpital Saint-Joseph à Paris. Il était âgé de 89 ans.

Daft Punk 0

La drum-machine Roland des Daft Punk est en vente

        La news est tombée sur la page Facebook de Vintage & Analogue occasion, basée en France : la batterie électronique Roland TR 909 de Daft Punk sera vendue au plus offrant…bon, pas de panique, il en reste encore NEUF autres à Thomas Bangalter dans sa collection pour faire « poum poum » !

0

Moby se paye Trump again et c’est si bon !

      Voici quelques jours, Moby publiait son dernier clip intitulé « In This Cold Place ». Confiée à l’artiste de l’animation anglais Steve Cutts, la vidéo attaque directement Donald Trump en recyclant et modifiant de vieux dessins animés américains des années 30 ou 40. Du coup, des tas de groupes d’extrême droite s’en prennent à Moby, lequel a décidé de leur répliquer avec humour, via un communiqué signé d’un certain John...

Frankie Goes To Hollywood 0

FRANKIE GOES TO HOLLYWOOD L’APOGEE

    Voici 30 ans, pour BEST – et le Mini JT sur TF1- GBD croisait le fer avec les Frankie Goes to Hollywood à l’aube de la publication de leur second et hélas ultime LP intitulé « Liverpool », comme leur ville natale. C’est pourtant à Londres que je retrouvai Holly Johnson, Paul Rutherford et la joyeuse bande de FGTH, lesquels, incroyablement militants pour des sensations pop, étaient déjà en pointe de...

Spirit 0

DEPECHE MODE : « Spirit »

  Pour son 14éme album, on peut dire que mes amis Depeche Mode, que je pratique accessoirement depuis plus de 35 piges, ont mis les bouchées doubles. Car ce titre en deux syllabes, « Spirit » porte en lui tant de choses. L’esprit, certes il n’en manque pas, mais c’est aussi le génie (dans sa bouteille), ou le côté volatile de l’essence. Mais dans l’esprit- ah ah ah- de Martin, Dave & Fletch...

Moby 0

Moby se lâche grave sur Trump

  Les petits génies de l’électro ont aussi parfois une farouche conscience politique, la preuve par Moby. Le New-Yorkais s’est gravement répandu sur son compte Facebook accusant directement Donald Trump d’être pieds et poings liés par toutes les révélations que les services secrets russes pourraient livrer à son sujet.

Tove Lo Lady Wood 0

TOVE LO : « Lady Wood »

    Publié depuis novembre dernier, « Lady Wood », le second et entêtant album de la Suédoise Tove Lo, aux confins de la pop et de l’électro, ne peut laisser quiconque indifférent. Séduisante « bad girl » de 29 ans, son style aussi mécanique que provoc, sombre et lancinant, déborde d’une froide et paradoxalement torride sensualité histoire de nous prouver que les filles peuvent aussi bander.

LOVE 0

All you need is LOVE

    Oui je sais, celle-là les Beatles nous l’ont déjà faite depuis longtemps. Mais il y a Love…et LOVE. Et vous adorerez ce LOVE du 21éme siécle qui vous permet de lire un disque vinyle comme jamais vous n’aviez osé l’imaginer. On connaissait tous le minibus VW à piles « Record Runner »  qui tournait sur le disque. LOVE fonctionne un peu sur le même principe, supprimant la platine tourne-disque traditionnelle, mais en...

The_Human_League_-_Crash 0

HUMAN LEAGUE : « Crash »

    Voici 30 ans, dans BEST, GBD chroniquait le 5éme LP des Human League, se laissant largement séduire par ce nouvel acier ébène forgé à Sheffield. Normal, d’une part, « Crash » était produit par Jimmy Jam et Jerry Lewis, compagnons de route du Kid de Minneapolis, d’autre part, quatre ans auparavant débarquant dans la neige de Sheffield, n’avait-il pas tendu son micro à Phil Oakey à l’aube de la secousse tectonique...