THE OPPOSITION : Au revoir Marcus Bell

Partager

Ralph,Marcus & Mark: the Opposition

Au tournant des 80’s, le power trio de Londres, the Opposition parvient à gagner le cœur des Français, tournant pendant plus de dix ans dans l’Hexagone. Aujourd’hui nous pleurons la mort du bassiste Marcus Bell décédé mardi après un long et  héroïque combat . Ces trois articles lui rendent hommage comme le super musicien qu’il était le mérite.

Dés mon arrivée à BEST, le rédacteur en chef, Christian Lebrun m’a toujours laissé une totale liberté pour défendre des artistes qui ne rentraient dans aucune case préexistante, comme Prince et justement the Opposition que l’on retrouvera à de nombreuses reprises dans les colonnes du regretté mensuel de Rock. Ces trois papiers ont été publiés à l’époque dans BEST, aujourd’hui ils ne sont qu’une manière de dire au revoir à Marcus, comme on dit : « Salut l’Artiste ! »

 

MOTION DE CENSURE

 

Capture d’écran 2014-12-11 à 17.13.36Non, décidément vous n’y êtes pas du tout, si vous croyez que The Opposition est le numéro 1 au hit parade de Jack Chirac. Rien à voir. Heureusement. The Opposition est un groupe anglais dont j’avais remarqué « This Year », leur premier 45 tours sorti l’an passé chez Ariola; une sorte de reggae trempé dans la chaux qui rappelait étrangement Police. Un an plus tard, leur premier trente, « Breaking the Silence» (AZ), s’installe sur le tapis plastifié du plateau de ma Technics. Le disque est superbe. Entre temps le groupe a perdu un sax et gagné en puissance, en feeling: leur musique vole doucement comme un cerf-volant échappé au-dessus des nuages. La voix de Mark Long traverse un espace diaphane qui rappelle un peu celui de Cure. C’est lui qui écrit tous les textes, tandis que la musique est le fruit juste un peu acide qu’il partage avec Marcus Bell à la basse et aux claviers et Ralph Hall, le batteur.J’ai retrouvé The Opposition sur la scène du Gibus un vendredi soir et j’ai vraiment -flashé sur ces trois Londoniens. Leur rock est sensible et beau, ces mecs sont de vrais musiciens. The Opposition, ce soir-là, jongle avec les sentiments et les contrastes, la guitare de Mark est un animal sauvage qui lance des appels déchirants, lui chante les yeux fermés comme s’il parvenait à s’auto-envoûter. Ses chansons nous emmènent dans les champs de riz, là où sévit la guerre, là où les jeunes garçons s’abîment face contre terre. C’est aussi harmonieux qu’envoûtant, comme ces cartes postales en noir et blanc qu’ils projettent dans notre tête. The Opposition a la pureté d’un paysage de haute montagne sous les rafales de neige, un paysage essentiellement pur. Le LP est sorti sur un petit label indépendant, « Double Vision Records », et il a été gravé à Paris. Moi, je n’arrête pas de l’écouter. Si vous avez raté la tournée du groupe, au moins, ne ratez pas son décollage discographique avec « Breaking the Silence », vous n’aurez pas tout perdu. (G.B.-D.)

 

BEST 161 décembre 1981

 

R-1003982-1182967300

 

LES EMIGRES

Opposition-Promises-Peu importe la couleur du passeport: lorsqu’on choisit délibérément l’exil, ce sont les liens qui comptent. Mark Long, Marcus Bell et Ralph Hall, malgré leur patronyme britannique, ont formé The Opposition, un groupe de rock français. Français? Pourquoi pas. The Opposition tourne sur l’hexagone depuis plus de dix-huit mois, écumant nos provinces de leur rock étrange et passionné. Leur premier album, « Breaking the Silence », est sorti sur « Disques AZ» parce que les boîtes anglaises leur refusaient ce droit à l’expression qu’iIs ont trouvé chez nous. Essayez donc de faire les poches de Lady Albion: vous n’y dénicherez qu’une poignée d’imports français. The Opposition s’est installé, en France, non-par dépit, mais par volonté: le refus de transiger. Le groupe développe un rock climatique où se mêlent la hargne, la tendresse et la contemplation: un cocktail à la Cure ou au Floyd des premiers temps. Le nouvel LP, « Intimacy», s’inspire d’une nouvelle de Jean-Paul Sartre, un classique pour « A Level », mais surtout un auteur français dont le style reflète cette observation de l’intérieur qui obsède Mark Long. « Intimacy» est un disque· marginal autoproduit par le groupe et réalisé par Kenny Jones, un jeune ingénieur associé aux Teardrop Explodes. Pour 3000 £ et quatre semaines de studio, le prix d’un single, Kenny a produit un album où la spontanéité -remplace le savoir-faire. Mais les A&R Britanniques, dans leurs bureaux design et air-conditionné, détestent qu’on leur force la main:

Marcus: « Quand un mec de maison de disques découvre une maquette, il adore penser qu’il peut modeler le groupe à sa guise pour le rendre plus performant. S’il écoute un produit fini, il ne peut y imprimer sa marque, il est frustré de son pouvoir ». Les marchands de vinyles sont encore obnubilés par le single qui ravage les charts: « Okay… c’est un album super ! Mais où est le simple? ». Même’ des décalés comme Killing Joke ont du mal à résister à la pression du hit-single, mais The Opposition rejette le succès basé sur un titre, le piège, les sables mouvants aux reflets de disques d’or.

Mark: « Le premier album était naïf et innocent; « Intimacy »est bien plus agressif. Bien sûr, pas au premier degré: il n’y a pas plus de bruits ou d’éjaculation de watts, mais cette fois, il y a encore plus de hargne, toutes ces frustrations que nous osons enfin exhiber. Nous, nous sommes complétement investis au niveau émotionnel. Crois-moi, nous n’avons pas choisi la voie de la facilité. Nous sommes peut-être inconscients ou mégalos, mais nous savons exactement ce que nous voulons. Lorsqu’on rentre le soir dormir dans nos chambres de bonne, on se pose souvent ces questions : comment vivre, comment survivre? La seule réponse qui nous convienne, c’est la musique que nous avons choisie ».

The Opposition fonctionne sur le mode socialiste:· tout est financé en commun, les tournées, comme la production des LP. The Opposition ne prône aucun extrémisme, ne se réclame d’aucune révolution; nos trois immigrés sont juste légèrement décentrés à la manière, par exemple, d’un Kevin Rowland. Le rock ne peut être calqué sur le goût supposé d’un public; un jour, simplement, il doit imposer sa norme. Pour « Intimacy», Dave, un jeune pianiste, s’est joint au trio. Avec ses cheveux corbeau et son accent cockney, il a suivi le groupe en Corse pour une tournée chaotique. Mais le chaos n’est-il pas l’apanage d’une certaine spontanéité? The Opposition ne s’est. jamais produit ailleurs qu’en France. Après une date en novembre à Bobino, ils s’en iront pour la première fois sur les routes d’Europe. Si j’étais journaliste à Sounds ou au NME, je crois qu’ils m’auraient déjà intrigué depuis longtemps. Mais les Anglais manquent parfois de curiosité …

 

BEST 172 Novembre 1982

OPPOSITION DE SA MAJESTE Marcus

Opposition, ce trio britannique installé sur l’ hexagone ne parvenait à prendre pied en Albion. Au fil des papiers et chroniques dans Best, je vous ai vanté leurs qualités, un climat synthétique et nerveux, une atmosphère à la frontière du mystique, un rock spirituel et non agressif. De concerts en interviews et d’interviews en concerts j’ai appris à aimer Mark Long, Marcus Bell et Ralph Hall pour leur musique, mais aussi pour leur extraordinaire potentiel humain, leur simplicité, leur soif de connaître.

En France, Opposition est passé là où nos groupes nationaux n’osent guère s’aventurer. Les villes, les bourgades, des villages même se sont déchaînés sur leur planning de tournée. Transmusicales, Gibus, Bataclan … tandis qu’Opposition se hissait à la force du poignet dans nos cœurs continentaux, les Anglais eux, refusaient de prendre au sérieux ces compatriotes en les forçant à l’exil. 84 heureusement a « rendu tout cela caduc: Opposition revient en force à la maison, la route des charts leur est enfin ouverte.

Leur premier LP Charisma/Virgin est intitulé« Promises» et le groupe bien décidé à tenir les siennes. Sur la scène du Forum, en ce début Mars, Mark, Marcus et Ralph s’offrent deux dates sold-out face à un public qui connait déjà par cœur les titres des deux LP précédents. Le son du Forum est trop mat, il absorbe les aigus pour souligner les basses, mais l’énergie d’Opposition irradie la salle comme un radieux coucher de soleil. Ce soir le For0m rappelle Opposition par trois fois. Mark Long, la voix cassée salue une dernière fois. Quelques instants et quelques poignées de mains plus tard, je le retrouve dans les coulisses avec quelques Anglais fanatiques: ils ont quasiment traversé la Manche en pédalo pour suivre leur (nouveau) groupe, favori.

Mark Long dites-moi, quel est le secret de ce prodige? « Après le krach d’AZ, en France, Marcus et moi avons joué sur l’album de Dave Wolfson et son directeur artistique chez Charisma nous a remarqués. On lui a donné des exemplaires de nos deux trente. Il a trouvé cela pas mal, puis il a réécouté pour enfin craquer. Le président de Charisma a eu la même réaction, au point qu’il s’est décidé à sortir « Intimacy» en Angleterre. Charisma nous a signé pour le monde entier en nous offrant une liberté artistique totale, comment refuser? Mais Charisma/Virgin lorgnaient déjà vers le nouvel album ». L’A&R qui signe Opposition quitte le label… pour devenir manager du groupe, ou plutôt le « damagement»- jeu de mot entre damage (dommage) et management- comme il le dit. C’est plutôt ironique car Pete Jenner bosse comme un fou. Ainsi durant les sessions de « Promises», Opposition tourne sans cesse sur les scènes anglaises. « Intimacy» s’est classé parmi les disques de l’année du Melody Maker», continue Mark, « le gag c’est qu’il n’était disponible à l’époque qu’en imports français. Par la suite, Sounds et Face se sont branchés, tandis que le N M E nous ignorais de la même manière que Rock and Folk à une certaine époque, alors que nous étions déjà chroniqués dans Best. Ce qui est drôle avec les Anglais, c’est que pour eux nous sommes un nouveau groupe: certains nous prennent même pour des Français» .

Opposition-Empire-Days-525935Marcus Bell nous rejoint Il embraye sur la conversation:« Un soir après un concert dans la banlieue de Londres, un type est venu nous voir pour nous dire que nous étions le meilleur groupe français qu’il avait jamais vu ». déclare le bassiste. Le son d’Opposition n’a pas subi d’énorme mutation, même si la batterie de Ralph paraît plus en avant. Le changement se situe surtout au niveau des idées: si «Intimacy» était un album introverti, « Promises » au contraire parait totalement axé vers l’extérieur. « A force de jouer au Royaume-Uni, nous avons commencé à discuter avec une foule de gens, reprend Mark, « Au nord du pays, par exemple, c’est très déprimant. Le chômage chez les jeunes a d’ores et déjà dépassé le niveau critique. En discutant avec eux après les concerts, j’ai soudain eu envie d’ouvrir les yeux sur l’Angleterre 84 pour la décrire. Mais la crise est partout… ».« Voilà pourquoi notre slogan cette année c’est « be positive », interrompt Marcus, « Trop de gens se retrouvent coincés dans cette situation qui les paralyse. La seule attitude constructive doit être positive. Quelqu’un nous a demandé aujourd’hui si Opposition c’était du rock, que répondre, sinon oui ? Le langage rock s’est toujours situé à deux niveaux: le côté romance, love story et le message constructif. Tu sais nous vivons dans le South East London, alors notre hargne et notre volonté d’être positifs, nous les avons vraiment dans le ventre. Or, les seuls groupes qui survivent sont justement ceux qui ont quelque chose de fort à faire passer. U2, Simple Minds sont l’écho de toute une générations, pas la mode d‘une quinzaine. La vraie musique seule sait survivre. »

 

 

 

 

BEST 189 Avril 1984

rc

From left to right, Mark Long, Marc Cedat, Marcus Bell , Ralph Hall &friends

Vous aimerez aussi...

16 réponses

  1. DAUMER Lionel dit :

    Triste nouvelle que la disparition de Marcus. Opposition fut le groupe qui me donna envie de monter le mien, envie de triturer mes sons de guitare. J’ai adoré ce groupe comme rarement, ils ont touché un truc. Merci à lui d’avoir contribué à ça. Merci à vous d’avoir re-publié ces articles.

  2. ROBICHON dit :

    c’est très triste, ce gars avec le groupe opposition a marqué ma jeunesse. ce groupe était unique et je continue à l’écouter autant aujourd’hui qu’à leurs débuts. salut Marcus, on ne t’oubliera jamais.

  3. filou dit :

    IN THE HEART… Marcus

  4. franc6d dit :

    Le temps passe, triste nouvelle je le garde dans mon coeur. Leur superbe concert et leur son Indemodable 30 ans apres toujours l emotion et la beaute. A bientot l ami

  5. alain74 dit :

    IN THE HEART…..restera a jamais comme la

  6. alain74 dit :

    Quelle bien triste nouvelle en effet …IN THE HEART restera A JAMAIS comme LA CHANSON est ne sortira jamais de ma tete et de mon coeur et cela fait 30 ans que cela dure … ….J’ai adoré tous ses disques…..quelle poesie,quelle emotion,quelle voix,….cette voix perché….ces basses magnifiques …ces guitares fuyantes…ces percu decalées…MERCI MARCUS tu étais une ange perdu sur cette pauvre terre…….ADIEU

  7. Phil3906 dit :

    Je viens de télécharger  »Intimacy » sur ITunes. Et j’étais curieux de savoir ce qu’ils étaient devenus. J’avais découvert « Black and White » en 1984 et étais resté fasciné par le chant plaintif de Mark Long et le jeu de basse de Marcus Bell mêlé à des lignes de basse synthétiques qui donnait ce climat sonique si particulier à The Opposition. J’avais adoré « Empire Days » et puis j’avais décroché. J’apprends la mort de Marcus avec tristesse. Et je viens découvrir qu’ils s’étaient empaillés depuis 1993 avec Mark Long sur l’utilisation commerciale du nom Opposition. Triste fin. RIP mon frère. Que les cieux et les dieux de la basse te soient accueillants.

  8. Je retiens la simplicité du bonhomme, accessible au point de répondre personnellement à un mail d’inconnu un matin de Novembre 2011, je lui laisse la parole, so long Marcus <3
    Thanks for your lovely mail, above all it's amazing for me to know that there are people like you who have enjoyed our music, without you it would surely have been a complete waste of time.

  9. FAN DE ROCK dit :

    Il y a une K7 de ce groupe « OPPOSITION » de chez AZ « breaking the silence » à vendre sur E-BAY, Collector n° de l’objet 311415316059

  10. VQ 76 dit :

    Marcus, un des meilleurs bassistes de rock au monde. Opposition, un nom parfait,une puissance émotionnelle incomparable a aucuns autres groupes. Une musique pure et perfectionniste. Les yeux remplis de larmes , je rend hommage a ce grand musicien qui fait frissonner quand on l’écoute a 16 ou 50 ans, l’émotion reste intacte.
    Vous pouvez être très fiers de vos albums et j’espère sincèrement qu’il y en aura un autre malgré la triste nouvelle. Vous lui devez bien ça. Maestria c’est ce qui vous caractérise le mieux. Mon vœu le plus cher, vous revoir en France sur scène. Bon courage et que le deuil n’étouffe pas votre talent Je m’associe sincèrement a votre peine.

  11. Rouldug dit :

    J’ai connu ce groupe en 81 à l’occasion de la sortie de leur premier LP et sa promotion auprès des radios libres. J’étais programmateur et animateur de radio alors. C’était le seul que j’ai finalement gardé après une promo rageuse (et peu efficace) sur ces petites ondes parisiennes du 11eme arrondissement. Oui il y a des influences contradictoires car comment allier ce son post punk à la Talking Heads avec cette basse fretless à la Pastorius sous LSD et ces nappes/basslines dépouillées au Prophet V qui rappelaient si bien l’esprit du Floyd à ses débuts ? Opposition y était parvenu parce que c’était dans leur culture sans complexe typiquement anglaise de pouvoir le faire. Et Mark y est très bien arrivé. On dit que c’était un groupe français ? Certainement pas. Et je ne comprends toujours pas pourquoi le public anglais les a boudés.

  12. Philippe Moro dit :

    Merci pour ce reportage. C’etait le groupe de mes 20 ans. Vu en session une derniere fois chez Virgin à Bordeaux en 198?. Petite discution avec Mark long, simple, sympa et curieux. Rip Marcus

  13. philippe ramé dit :

    bonne nouvelle, nous allons les revoir fin d’année, sans Marcus hélas. Je suis très heureux de vous l’apprendre. Opposition is back!

  14. domergue dit :

    je viens de retrouver la trace de cette soirée 1983 ? à Isle Jourdain- région de Toulouse où j’avais accompagné mes enfants ado et leurs amis assister au concert de ce groupe dont ils étaient fan .. trajet depuis Bordeaux sous la pluie battante . J’ai dormi dans la voiture et à la fin du concert ils sont sorti après avoir rencontré les musiciens ,…mémorable tranche de vie . .

    • GBD dit :

      Merci d’avoir partagé ce joli souvenir. pour info un nouvel album d’Opposition ( hélas sans Marcus Bell) sera bientot chroniqué sur Gonzomusic.fr

      amicalement

      gbd

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *