NO TIME TO DIE…NO TIME TO LISTEN

Billie Aïl-Leash

Billie Aïl-Leash

Billie Eilish…a encore frappé avec son Finneas de frangin, battant sur la corde Beyoncé et Jay-Z pour signer le thème du « No Time To Die », le dernier James Bond de Daniel Craig et ce titre est une cata industrielle de chez cata, pire que le fade Sam Smith, sans doute la pire chanson de James Bond de l’histoire des chansons de James Bond. Et pourtant…il y en a eu !

No Time To DieDéjà en en 1974 lorsque « The Man With the Golden Gun” de Lulu avec sa voix de crécelle (que l’on croit 🤪) a succédé au fabuleux “Live and Let Die” de Wings on s’est dit : oh la la que pasa James Bond ? Pourtant la chanson était co-signée par le géniteur des thèmes de Bond, l’immense John Barry. Prenez le tout premier vocaliste d’une chanson estampillée James Bond, le méconnu Matt Monro qui chante « From Russia With Love » ( Bons baisers de Russie) façon crooner : tout démarre lentement, mais peu à peu comme dans un thriller sonique l’émotion monte peu à peu. Nous sommes en 63. Un an plus tard pour le JB suivant, le futé John Barry enrôle la chanteuse métisse anglo-nigériane Shirley Bassey. Bingo ! Son « Goldfinger » d’une fulgurante sensualité est un carton : sa voix puissante apporte un coté soul inédit au générique. Une recette que John Barry appliquera à nouveau, avec le succès que l’on sait, mais cette fois en version mâle avec Tom Jones et sa grosse voix en 65 pour « Thunderball » ( Opération Tonnerre). À chaque fois, les somptueuses images du générique créées par l’extraordinaire Maurice Binder subliment la chanson-titre. Et comme au cinéma on change rarement une équipe qui gagne, la même recette continue d’être appliquée pour « You Only Live Twice » portée par la voix de Nancy « These Boots Are Made For Walking » Sinatra, un titre largement samplé par Robbie Williams dans sa chanson « Millenium » en 99. Deux ans plus tard, John Barry revient à sa formule originelle instrumentale, sans vocaliste. Il est vrai que nous sommes à un tournant de la saga Bond car après 5 missions l’agent 007 incarné par l’emblématique Sean Connery laisse sa place à un inconnu intégral : un mannequin australien du nom de George Lazenby. « Au Service Secret de Sa Majesté », malgré la présence radieuse de Diana Rigg dans le rôle de l’éphémère madame Bond, détient depuis longtemps le record du James Bond le moins populaire de tous les James Bond.

No Time To Die DB5Du coup en 71, pour « Diamonds Are Forever » (Les diamants sont éternels) Sean Connery est de retour pour jouer les pompiers de la franchise…tout comme Shirley Bassey qui revient elle aussi en « deuxième semaine » pour sauver le générique de Bond d’un superbe théme toujours signé par John Barry. Un théme qui sera ensuite « emprunté » par Kanye West pour son hit de 2008 simplement intitulé… « Diamonds Are Forever ». Next Bond, en 73 les producteurs décident de confier la chanson-titre au plus fameux des ex-Beatles. Paul et Linda McCartney signent l’épatant « Live and Let Die » sans doute l’un des plus populaires des aventures de l’agent secret qui a entre-temps endossé les traits de Roger Moore, héros des séries télé IVANHOÉ et surtout THE SAINT. Coté générique, la cata Lulu et la fade chanson de Carly Simon pour « Nobody Does It Better » ( L’espion qui m’aimait) s’inscrivent dans la continuité Bond. En 79 Shirley Bassey revient en troisième semaine détenant un record inégalé du nombre de Bond themes avec « Moonraker » où John Barry fait un quasi copié-collé de son bon vieux « Goldfinger ». Puis dans les 80’s on voit se succéder Shena Easton (« For Your Eyes Only » ( Rien que pour yeux ), la chanteuse country Rita Coolidge  avec « All Time High » d’« Octopussy » puis les Anglais Duran Duran « A View To Kill » ( Dangereusement vôtre) et les Norvégiens de A-Ha « The Living Daylights » (Tuer n’est pas jouer). Hélas, Harry Saltzman et Albert R. Broccoli, les deux producteurs de la franchise vont se brouiller avec John Barry, le compositeur historique et à succès de tous les Bonds. Résultat, pour le suivant « Licence To Kill » on sécurise en revenant à la recette de base de la soul-music avec l’épatante Gladys Knight et son vibrant « Licence To Kill » ( Permis de tuer).  En 95 pour « Golden Eye » le bébé musical est confié aux deux U2 Bono et the Edge qui enrôlent avec succès Tina Turner pour la chanson-titre de très belle facture.

No Time To Die posterSheryl Crow, puis Shirley Manson & Garbage, Madonna, le regretté Chris Cornell de Soundgarden , Alicia Keys associée à Jack White et enfin Adele assurent haut la main la pérennité des thèmes Bondiens…jusqu’à « Spectre » en 2015 où le fade Sam Smith tente vainement de se couler dans le moule Bond. Hélas trois fois hélas le chanteur de variette british n’a pas la bravado nécessaire et son « Writting’s On The Wall »  est une soupe claire et aseptisée. Pour les aficionados des chansons de Bond, on croyait avoir atteint le fond. C’était manifestement sans compter avec Billie Eillish et son Finneas de frangin. Sorti voici seulement deux jours, leur « No Time To Die » semble faire l’unanimité contre eux. Billie est lisse…très très lisse et il ne se passe pas grand-chose durant les quatre minutes et deux secondes que dure la composition. C’est mou. Pas de suspense, pas de grande envolée de violons à la John Barry, rien, nada à part, peut être, un semblant de performance vocale de la jeune chanteuse…bref on se fait chier comme un rat mort à attendre qu’il se passe enfin quelque chose…en vain. Billie est décidément trop lisse, Billie aïl leash, Billie aï aï aï quiche…quelle belle occasion ratée pour la plus jeune interprète de tous les temps d’un générique de Bond de marquer son temps de manière cinglante. Et tant pis si le vieux baby-boomer que je suis, et qui s’assume, se fait grave « Ok boomer » par une armée de milleniums enamourés de la fille aux faux ongles longs comme le tunnel sous la manche ! Après un tel accident industriel, on prie juste pour que le film, réalisé par Cary Joji Fukunaga, qui sort le 8 avril échappe à la cata de chez cata annoncée par ce générique pétard mouillé qui fait définitivement pschitt…Heureusement, pour se remonter le moral on peut déguster le (long) nouveau trailer du 25éme épisode du Rolling Stone des agents secrets anglais sorti voici quatre jours…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.