THE HARDER THEY FALL

the harder they fallC’est un western qui ne ressemble à aucun autre, réalisé par Jeymes Samuel qui est aussi chanteur, produit par Jay-Z, porté par une BO flamboyante qui mêle reggae musclé, folk, hip-hop et soul, il a surtout la particularité d’être 100% black. Entre « Django Unchained » et « Il était une fois dans l’ouest » en passant par « Ok Corral » et « Shaft », « The Harder They Fall » est une longue histoire de vengeance qui s’étire sur 139 minutes, un étrange OCNI ( Objet Cinématographique Non Identifié) qui mérite pourtant  très largement qu’on s’y attarde.

the harder they fallDiffusé sur Netflix, laissez-moi vous présenter « The Harder They Fall » un western certes un peu violent où l’hémoglobine coule généreusement, où les balles sifflent sans cesse, mais sa blackitude assumée en fait un objet de fascination. Je vous l’avais déjà annoncé en janvier dernier ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/the-harder-they-fall-produit-par-jay-z-bientot-sur-netflix.html ). Mais remontons un peu le temps…En décembre 1989 je partais pour le Texas pour suivre Texas dans sa première tournée US (Voir dans Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/texas-au-texas-la-genese-du-groupe-de-glasgow.html ), dans l’avion qui m’amenait à Dallas, je suis tombé par hasard sur un article sur un magazine consacré à un club de cow-boys noirs basé à Houston. Comme je partais à la fois pour BEST et pour la télé (FR3), j’ai décidé de les contacter.  Car à l’exception de la chanson de Marley «Buffalo Soldiers », du héros Jemal David ( Otis Young) de la série LES BANNIS avec Don Murray à la fin des 60’s sans oublier le personnage iconoclaste de Bart, le outlaw black incarné par Cleavon Jake Little, dans le désopilant «Blazing Saddles » de Mel Brooks, les cow-boys noir à l’écran, petit ET grand, se comptaient sur une seule main, on va dire . J’ai donc passé une journée à suivre et à filmer du coté de Fort Worth un groupe de cavaliers noirs avec leur famille. Des gens touchants et simples, amoureux de cette culture wild wild west au point d’adopter le look et le way of life des pionniers qui ont traversé les grandes plaines pour tracer la genèse du grand mythe américain. J’ai partagé leur chicken BBQ avec du riz et tourné de superbes images, dont le plan de fin où l’on voyait mon cavalier noir principal sujet du reportage galoper au soleil couchant sur le terre-plein central du freeway comme un « urban cow-boy ».

the harder they fallTrois décennies plus tard, arrive enfin ce « The Harder They Fall » western d’action au casting 100% black qui décoiffe comme un film rap. Et si les chevauchées remplacent ici les poursuites en bagnoles, en Stetson ou casquette les bad boys restent des bad boys. Et dans le film de Jeymes Samuel on a du mal à en trouver des good ! Bad contre bad… qui sera le plus …bad ? C’est l’histoire d’une vengeance à double détente, c’est l’histoire d’une rivalité entre deux gangs celui de Nat Love et celui de Rufus Buck. Ce dernier a massacré les parents de Love et tracé une croix sanglante au couteau sur son front, alors forcément… ça crée des tensions et un légitime désir de revanche. Donc par essence cela défouraille dans tous les sens et les cadavres s’empilent. Cependant « The Harder They Fall » est aussi un film d’amour où l’ami Love … love la jolie Stagecoach Mary ( Zazie Beetz) captivante tenancière de saloon et jamais la dernière à tirer. Il faut aussi évoquer la BO du film où le réalisateur (et musicien) Jeymes Samuel chante lui-même la délicate folky mélancolique « No Turning Around ». Le producer du film Jay-Z met aussi le pied à l’étrier de ce western blaxploitation vocalisant deux titres, d’abord le duo explosif « Guns Go Bang » avec Kid Kudi et le percutant « King Kong Riddim » avec entre autres Jadakiss. Avec le neo Curtis Mayfield « Ain’t No Better Love » Seal signe LE hit le plus addictif de la BO, entre « Superfly » et « Shaft » tandis que la chanson-titre « The Harder They Fall » interprétée par la Jamaïcaine Koffee flirte joyeusement avec le reggae, un reggae aussi représenté par le classique de Barrington Levy « Better Then Gold ». Il faut aussi saluer un inédit de Lauryn Hill en team avec la chanteuse malienne Fatoumata Diamara, le bien nommé et climatique « Black Woman » ainsi que le soul cool « Blackskin Mile » merveilleusement chanté par CeeLo Green. Vous l’aurez compris, avec cette chevauchée fantastique qu’est « The Harder They Fall » on en prend plein les yeux et les oreilles.

 

Diffusé sur Netflix depuis le 3 novembre 2021

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.