RESIDENT EVIL

Resident EvilJ’avoue, que sans les conseils éclairés de mon fils DBD, j’aurais sans doute fait l’impasse sur cette série dérivée de la légendaire franchise de zombies. Mais après avoir visionné les huit épisodes de cette première saison de RESIDENT EVIL, on peut  juger positive cette expérience télévisuelle. Usage intensif et intelligent du flashback, personnages attachants, action bien enlevée, la série produite en Afrique du Sud par la société allemande Constantin Television mérite largement qu’on s’y arrête.

Resident EvilForcément, après la destruction de Racoon City, il y aura toujours une New Racoon City. Et toujours une malfaisante Umbrella Corporation pour en tirer de nouveaux et juteux bénéfices… pas forcément toujours bénéfiques pour le genre humain. Car, faut-il le rappeler, Umbrella a produit le fameux T Virus si générateur de joyeux zombies. Et lorsqu’ils sont lâchés dans la nature… La « trouvaille » de cette série, dont la première originalité est d’avoir été filmée en Afrique du Sud, est une dualité temporelle où l’action se situe à deux époques distinctes en 2022 et en 2036, soit un intervalle de 14 ans. On y retrouve naturellement les mêmes personnages principaux, soit deux sœurs-jumelles, Billie et Jade, âgées de 14 ans en 2022. Conçues par GPA, elles sont les jumelles dizygotes du Dr Albert Wesker, un scientifique de haut-vol cadre supérieur d’Umbrella dirigée par la glaciale et néanmoins cynique Evelyn Marcus ( Paola Nuñes). Albert est une vieille connaissance. Interprété par Lance Reddick, ce dernier a déjà prêté ses traits à quelques personnages familiers de séries télé à succès tels que Philip Broyle dans FRINGE, Matthew Abadon dans LOST ou encore Cedric Daniels dans WIRE.

Resident EvilÀ coups de flash-backs et de flash-forwards on retrouve Billie et Jade ados complices et adultes antagonistes, l’une militante active de la Resistance cherche inlassablement un remède au T Virus, l’autre totalement inféodée à Umbrella ne recherche que pouvoir et profit. Car en 2036, le T-virus a quasi décimé toute l’humanité. Les rares survivants se sont réfugiés dans des villes-états fortifiées, cernés de six milliards de zombies cannibales infectés surnommés Zeros. Et pendant ce temps l’Umbrella Corporation et son armée déploient tous leurs moyens pour retrouver Jade à tout prix. Malgré un satisfecit d’à peine 54% sur Rotten Tomatoes, RESIDENT EVIL la série mérite mieux que ce score en forme de demi-échec. Respect de l’univers du fameux jeu vidéo, présence indispensable du Doberman zombie enragé et infecté au T Virus, contraste abouti avant/ après entre la cleanitude de New Racoon City et le climat d’apocalypse planétaire 14 ans plus tard après la diffusion du virus. En tout, huit petits épisodes pour vous tenir en haleine… avant une deuxième saison attendue de pied ferme !

 

Diffusée sur Netflix depuis le 14 juillet 2022

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.