ELITE

Partager

 

Elite 

Joyeux spin-off de l’incroyable LA CASA DE PAPEL, ELITE  s’attache aux pas du lycée d’exception des otages de Tokyo, Moscou, Berlin, Denver et Rio, dans la fameuse série made in Spain. D’ailleurs, si l’on pouvait douter de la filiation entre les deux séries, on y retrouve trois des protagonistes de LA CASA. Et comme ELITE porte forcément bien son titre, en filigranes tous les ingrédients sex, drugs and rock & roll, des teen series trashs comme SKINS ou GOSSIP GIRL sont réunis et, en même temps, on succombe au frisson du thriller porté par un crime forcément inexpliqué. Avec en cerise sur le gâteau, cette belle langue espagnole, ELITE ne manque décidément pas d’atouts pour séduire.

 

ELITEAprès avoir échappé de très près à la mort, lorsque le toit de leur lycée a bien failli leur tomber sur la tête, trois lycéens d’un quartier défavorisé décrochent une bourse pour Las Encinas, l’établissement le plus huppé où sont formés l’élite du pays. En fait, le promoteur responsable de la construction du bâtiment défectueux cherche à redorer son image et pour cette raison décide de financer leurs bourses. Sa propre fille Marina Nunier Osuna, incarnée par la jolie Maria Pedraza qui tenait déjà le rôle de l’otage Alison Parker dans LA CASA DE PAPEL (voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/la-casa-de-papel.html ) est bien entendu élève à Las Encinas et tient un rôle central dans la série. Autres transfuges de LA CASA, Jaime Lorente qui était Denver, est ici Nano, un voyou sympathique tout juste sorti de tôle, dont le frangin Samuel Garcia Dominguez (Itzan Escamilla) est un des trois boursiers, Miguel Herràn soit Rio  qui devient ici Christian Varela Exposito en est le second. Le troisième élève du lycée sinistré est Nadia ( Mina El Hammani ) qui se présente voilée le jour de la rentrée, histoire de polémiquer en pimentant un peu plus l’action. D’un côté les richards, des bourges pourris gâtés, avec en chef de file le détestable Guzman Nunier Osuna, frère de Marina et de l’autre les prolos, incarnés par nos trois boursiers, le choc des cultures n’empêchera les nombreuses interactions entre les deux groupes. L’alcool coule à flots, les joints sont aussi nombreux que fumants, collant ainsi aux lois espagnoles particulièrement tolérantes en matière de stupéfiants, et le sexe ne connait pas la lutte des classes. ELITE pourrait se contenter de futilité amoureuse, elle ne fait  pourtant pas l’économie d’évoquer les sujets qui fâchent comme la religion ou le racisme. Sans oublier LE moteur de cette histoire, une intrigue policière autour du meurtre de la Laura Palmer de la série, une enquête menée à l’instar de LA CASA DE PAPEL, tout en flash-backs. Bref, vous l’aurez compris ELITE est bien plus qu’une série ado de plus. Et après cette première bordée de huit épisodes, on peut parier sans se tromper sur une seconde saison à l’horizon.

 

Diffusée sur Netflix depuis le 5 octobre 2018

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Après la série en rafale, Netflix nous fait donc le coup de la série de séries. La première prise était trop bonne, espérons que la deuxième le soit encore. 😉 #serialseries #PoupéesGigognes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.