SUZANNE AND GERRY IN PARIS

Suzanne Vega & Gerry Leonard

Suzanne Vega & Gerry Leonard

Bien mieux que EMILY IN PARIS, voici venir SUZANNE AND GERRY IN PARIS… Soit Suzanne Vega et son hallucinant guitariste Gerry Leonard, dont la tournée européenne fera escale à Paris mercredi prochain, le 22 juin pour un concert forcément torride à l’Olympia. En février dernier l’étoile Vega avait accordé une interview extensive à Gonzomusic où elle évoque avec candeur son album à venir, son guitariste-star, Gerry Leonard, le COVID, Molly le Yorkshire et le mystérieux Poez the poet.

Suzanne VegaDepuis l’aube des années 90, j’ai souvent eu le privilège de tendre mon micro à la Diva Vega ( Voir sur Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/new-york-city-diva-vega-star.html ), au printemps 93 j’avais même réalisé un documentaire de 26 minutes diffusé sur Arte ( et en version papier dans Globe) en  marchant dans les pas de Suzanne trois jours de suite à la découverte de « son » New York ,dans la foulée de son flamboyant album « 99.9F ». Après toutes ces années, j’avoue que j’ai toujours autant la chair de poule en l’écoutant chanter son « Luka » ou encore « Marlene On the Wall », à mes yeux l’étoile Vega brille comme celle de Joni Mitchell ( Voir sur Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/un-autographe-de-la.html ) ou encore de Kate Bush (Voir sur Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/kate-bush-la-diva-secrete.html ):  il n’existe pas dix femmes comme elles dans tout l’univers. Et je suis fier d’avoir eu le privilège de croiser si souvent son chemin. En février dernier, la  sonic folk-rock singer était en concert à Paris et en amont de sa tournée estivale en Europe, elle nous avait accordé une interview.  A moins d’une semaine de son concert à l’Olympia, la voici en fin publiée…

« Comment ça va Suzanne ?

Je vais très bien merci.

Tu dois être folle de joie d’être enfin de retour sur scène, non ?

Oui, on peut dire que je suis particulièrement excitée. C’est très motivant de tourner à nouveau et de pouvoir jouer à nouveau. Et surtout face à des gens dans le monde réel et non plus sur Zoom.

Et je présume que ces gens sont eux aussi excités de te voir.

Oui.

La dernière fois que nous nous sommes parlé c’était en octobre 2020 et tu m’avais dit : en effet j’ai déjà quelques chansons prêtes pour un nouvel album.

Certes, mais cet album n’est pas encore prêt. Je n’ai pas encore achevé de composer toutes les chansons. Il sera achevé en temps et en heures.

En général il se passe quatre ou cinq ans entre deux albums, là on en est à six ans… c’est un peu frustrant pour nous ?

Allons comme tu y vas, cela ne fait pas encore huit ans. Le dernier est sorti en 2016…. Donc n’exagérons rien ! Et il s’est produit tant et tant de choses. Mais ne t’inquiètes pas, lorsqu’il sera temps, tout se produira de manière rapide.

Donc pas d’inquiétude !

Aucune inquiétude.Suzanne Vega

Je suis allé voir sur le net les images de ton dernier concert où tu joues la plupart de mes chansons favorites comme « Caramel » ou encore « Marlene On the Wall » et ce qui m’a frappé c’est la délicatesse de leur interprétation est-ce là l’influence de ton partenaire musical, l’excellent Gerry Leonard ou Lenard … d’ailleurs comment le prononce-t-on ?

Il est irlandais donc on dit effectivement « Lenard ». Il est incroyable car il parvient à jouer mes parties de guitare exactement comme moi je les joue, donc effectivement cela me donne toute la liberté de bouger autour de la scène, de me sentir plus détendue, plus libre aussi. Je peux même descendre dans le public. Parfois aussi nous jouons ensemble et cela donne une nouvelle dimension aux chansons. Cela apporte aussi une variété au concert que je ne pourrais pas apporter si j’étais seule avec ma guitare. Il sait aussi jouer du rock and roll mais il peut aussi faire de géniales, délicates et terrifiantes harmonies. On forme lui et moi une super équipe.

Cela semble être le partenariat idéal. Comment l’as-tu trouvé ou comment t’a-t-il trouvé ?

C’était il y à peu près vingt ans, on travaillait sur l’album « Songs In Red And Grey » et le producteur Rupert Hine nous a réunis sur ce projet. Et dès le début j’ai été subjuguée par son jeu de guitare. Et il me l’avait dit à l’époque : tu sais je peux faire tes parties de guitare exactement comme tu les joues toi-même. Je luis ai répliqué : super…

Oui montre-moi…

Exactement, montre-moi… et c’est à ce moment que je me suis cassé le bras, c’était juste avant le 11 septembre. Et nous devions partir en tournée. Mais j’étais absolument hors d’état de jouer. Alors je lui ai dit : te souviens-tu que tu m’avais dit être capable de jouer toutes mes parties de guitare comme moi je les joue ? Peux-tu nous accompagner en tournée et jouer à ma place ? Et c’est ce qu’il a fait. Il a joué quelques mois pour moi… jusqu’à ce que David Bowie le choisisse et l’emmène loin de moi ! Il m’a dit : j’adorerais rester, mais David Bowie m’a demandé et je n’ai pas pu refuser. Okay… c’est tout de même David Bowie ! Mais dès que Bowie n’avait plus besoin de lui, j’avais le droit de le récupérer… avant qu’il ne reparte avec Bowie et ainsi de suite. C’est comme ça que nous nous sommes rencontrés et c’était il y a vingt ans.

Musicalement, en fait il est comme une deuxième Suzanne Vega ?

Je le défie en tant que guitariste et lui me défie en tant qu’auteur-compositeur.

C’est comme un jeu de ping-pong entre vous ?

Oui je le pousse dans ses derniers retranchements et lui agit de même avec moi. C’est vraiment une alchimie unique.

C’est ce que j’allais te dire : cela fait 35 ans que je t’interviewe à divers moments de ta carrière, c’est la première fois que je te découvre dans une telle relation musicale.

Cela fonctionne vraiment bien entre nous. La première fois où nous l’avons expérimenté c’était justement au cours d’une tournée française, en 2008.  Nous avons passé six semaines à sillonner la France. C’était la première fois que nous jouions ensemble en duo et c’était absolument super. Le public était enthousiaste, on a compris qu’on formait une super équipe. Et à deux cela apporte beaucoup plus de souplesse que de se produire avec tout un groupe. Alors lui et moi avons persévéré à jouer ensemble.

Et jusqu’à aujourd’hui…Suzanne Vega

Et jusqu’à aujourd’hui, même si parfois nous invitons d’autres musiciens à nous rejoindre, parfois un bassiste, parfois un batteur ou un autre instrumentiste. Cela change tout le temps, mais cela apporte une belle dynamique.

Qu’est-ce que tu aimes le plus en lui ?

Gerry ? C’est un véritable soutien.

Tu se sens en sureté ?

Ce n’est pas tant que je me sente en sureté, c’est que parfois au contraire il me force à aller de l’avant, il me provoque.

Mais pour la bonne cause.

Bien sûr. Il est à la fois solide et rassurant et aussi il y a quelque chose en lui qui me donne de l’énergie.

En fait, tu lui transmets ton énergie et il te la renvoie.

Oui, cela fonctionne dans les deux sens. Hier soir, par exemple, il y a eu ce moment sur scène où le public voulait qu’on fasse « Blood Makes Noise » et on l’avait répétée quelques semaines auparavant, alors j’ai dit ok. Tout était extrêmement silencieux durant une minute. Et je sentais bien que Gerry de l’autre côté de la scène se préparait avec les bonnes pédales et la bonne guitare. Le public attendait et moi j’attendais aussi alors je lui ai dit : tu es vraiment prêt à ça Gerry ? Et immédiatement avant même que j’ai achevé ma phrase il a répliqué en français : je suis prêt. Et toute la salle s’est mise à crier…

Joli !

C’est comme s’il savait à l’avance que j’allais lui poser cette question. Même avant moi-même. Voilà c’est le genre de relation que nous avons, elle est presque télépathique.Suzanne Vega

La question suivante, tu dois t’en douter est : qu’est-ce que tu aimes le moins chez lui ?

Je suis sûr que je peux trouver quelque chose ( rire ) disons que de temps à autres Gerry exerce son esprit critique et ça peut m’énerver. Bien entendu, il le fait par jeu, pour me vanner par pure provocation. Alors oui, de temps à autres il se livre à ce petit jeu et je n’aime pas ça. Et il le fait sciemment en plus… Mais généralement il est très attentionné, mais quand il veut m’énerver il sait très bien comment appuyer là où cela fait le plus mal.

Lors de notre dernière conversation au début de la pandémie, tu me confiais combien tu étais frustrée car tu avais rejoint le casting d’un show qui reprenait le film polémique de Paul Mazursky « Bob, Carol, Ted & Alice » de 1969 et puis soudain tout s’était arrêté…

Exactement.

Le show a-t-il repris après le COVID ?

Non. À un moment, nous avions même songé à la donner au Royaume-Uni et à tourner en Europe mais hélas le COVID a tué tout ça. Tout l’univers du théâtre et des comédies musicales à New York se trouve menacé. Et la société qui produisait le show a tourné la page et est passé à d’autres productions.

Tu penses collaborer un jour à nouveau à une comédie musicale ?

Je crois que ma priorité est plutôt du côté de mes chansons. Il faut que je finisse d’écrire cet album. Je sens qu’il est grand temps, que j’en ai envie et que le public en a aussi envie.  C’est fun de toucher à d’autres formes d’art, mais je dois revenir à mes fondamentaux : les chansons.

Tu as vécu tant d’expériences ces dernières années Suzanne. Sans oublier le COVID et les bouleversements qu’il a entrainé sur les relations entre les gens, tout cela va forcément se retrouver dans ton écriture, c’est forcé !

Je suis tout à fait d’accord avec toi. J’avais plein d’autres idées, avant que n’advienne la pandémie, sur les thèmes que j’allais aborder, sous quels angles, et comment j’allais les traiter et avec quel style , la plupart de ces idées ont capoté et beaucoup d’autres sont effectivement neuves. Mais il faut que trouve par quelle façon les traiter car cela doit être à ma façon.

Le 11 septembre a changé à jamais notre manière de voyager, par exemple. Et le COVID a changé à jamais la manière dont nous interagissons les uns par rapport aux autres.

Oui.

Et je suis certain que tout cela doit grandement t’inspirer.

Comment en serait-il autrement ? Le monde lui-même est différent désormais. Voici 10 ans jamais je n’aurais pu prédire ce que nous vivons aujourd’hui (l’interview a eu lieu le 18 février soit six jours avant que Poutine ne décide d’envahir l’Ukraine ce qui explique que le sujet de la guerre ne soit pas abordé ici : NDR) . Cela a toujours été ma manière de pratiquer d’embrasser ces sujets avec ma guitare, pour mieux les éclairer voire de les dénoncer. Me demandant qu’est qu’il faut dire et comment le dire. Ce qui m’a sidéré avec ce qui s’est produit l’an passé et ce qui va se produire cette année, c’est qu’il y aura des craintes dans certaines chansons mais il y aura également la joie de pouvoir se reconnecter avec autres, de redécouvrir le monde à nouveau. C’est à la fois une urgence et un bonheur, la joie de se sentir vivant. Quelqu’un dans le public m’a lancé récemment : on a réussi à traverser tout ça ! Nous sommes toujours là. Mais d’autres hélas n’ont pas eu cette chance. Nous connaissons tous quelqu’un que cette maladie a emporté. Les choses doivent être à nouveau réparées. L’économie est ruinée, les boutiques ont fermé, les restaurants ont fermé.Suzanne Vega

C’est la même histoire partout à travers le monde.

Oui c’est un sentiment universel.

Sur un terrain plus souriant, as-tu toujours des canaris, des chats, des chiens… et tous ces animaux qui t’entourent ?

(rires) En fait là nous n’avons plus qu’un chien!

Quoi c’est tout ?

Les chats sont partis l’un après l’autre, après une belle vie que nous avons partagée. Notre dernier animal est notre magnifique chienne. Son nom est Molly, c’est une petite Yorkshire, elle est âgée et a des problèmes cardiaques. Mais elle a toujours bon appétit et elle réclame toujours autant de friandises. Elle adore les pommes et en réclame toujours plus. Elle est très mignonne et nous apporte beaucoup de bonheur. Lorsqu’elle nous quittera, je crois bien que nous ferons une pause sur les animaux, car mon mari pourra enfin voyager avec moi.

Tu veux dire qu’il reste à New York juste pour s’occuper d’elle ?

Oui, uniquement pour Molly, je confirme. Mais en juin on célèbre son anniversaire ; j’espère que cette fois il va pouvoir m’accompagner durant cette tournée et qu’il sera présent à Paris pour le concert du 22 juin à l’Olympia.

Quel est le jour de son anniversaire ?

Le 15 juin…

Hé bien nous n’oublierons pas de le lui souhaiter. C’est très romantique l’anniversaire à Paris !

Nous y sommes déjà venus ensemble auparavant, notamment pour la Saint Valentin.

Mais tu ne jouais pas ?

Si, justement. Au cours de cette première longue tournée en France, dont je te parlais, en 2008, il est monté sur scène avec moi et il a joué les interprètes pour sa femme traduisant mes blagues en français pour le public.  Il parle parfaitement français.

C’est un musicien ?Suzanne Vega

Non mais c’est un poète. Il s’est d’ailleurs produit ici en France au début des années 80. Et il avait eu droit à un super papier à dans le Figaro à l’époque. Son nom d’artiste est Poez the poet ,  mais son véritable nom est Paul.L Mills. C’est aussi  un excellent juriste, spécialisé dans les droits humains, le pénal et surtout tout ce qui touche au 1st Amendment, la liberté d’expression. C’est un super orateur…

… qui défend la veuve et l’orphelin, comme on dit !

Absolument.

Cela te va parfaitement.

(rire) On peut le dire. Nous formons un beau couple, car nous nous comprenons parfaitement en partageant les mêmes valeurs.

Une dernière question avant que tu ne t’esquives, parlons de ta tournée. Tu vas faire beaucoup de dates en Europe ?

Elle démarre justement par cette date, le 22 juin à l’Olympia et nous enchainons  ensuite une dizaine de concerts. »

Happy birthday 2 Poez the poet…..

https://poezthepoet.com/

2022 UK & UE TOUR

JUN 19 – GHENT, BELGIUM

JUN 20 – LEUVEN, BELGIUM

JUN 22 – PARIS, France ( youpee !!!!)

JUN 24 – READING, UK

JUN 26 – GLASTONBURY, UK

JUN 28 – COLOGNE, GERMANY

JUN 29 – THE HAGUE, NETHERLANDS

JUL 1 – ANTWERP, BELGIUM

JUL 2 – ANTWERP, BELGIUM

JUL 4 – BERLIN, GERMANY

JUL 5 – HAMBURG, GERMANY

JUL 6 – UTRECHT, NETHERLANDS

JUL 8 – AMSTERDAM, NETHERLANDS

JUL 9 – LESSINES, BELGIUM

JUL 10 – ECHTERNACH, LUXEMBOURG

JUL 12 – EINDHOVEN, NETHERLANDS

JUL 14 – STUTTGART, GERMANY

JUL 16 – TRENTO, ITALY

JUL 17 – TRIESTE, ITALY

JUL 19 – ROME, ITALY

JUL 24 – CANET EN ROUSSILLON, FRANCE

JUL 27 – GLASGOW, UK

JUL 29 – CAMBRIDGE, UK

JUL 31 – CAWTHORNE, UK

AUG 3 – BRUGGE, BELGIUM

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.