RIP John Singleton

John SingletonTriste news : tous les Boyz N the Hood que nous sommes sont désormais orphelins, le brillant réalisateur John Singleton s’est éteint cette nuit heure de Paris. Le 17 avril dernier, il était admis à l’hôpital où il a été victime d’un grave AVC. Plongé dans le coma, son cerveau n’ayant pas été irrigué durant de trop longues minutes jamais il n’aurait pu recouvrer ses facultés. Hier sa famille a décidé de débrancher le respirateur artificiel qui le maintenait en vie. Il avait tout juste 51 ans. So long mister Singleton.

Boyz N the HoodJohn Singleton, le scénariste-réalisateur surdoué de « Boyz N the Hood est décédé ce lundi, a annoncé ICM. Il avait seulement 51 ans.

« John s’est éteint paisiblement, entouré de sa famille et de ses amis. Nous tenons à remercier les médecins extraordinaires de l’hôpital Cedars-Sinai pour leurs soins et leur gentillesse, ainsi que tous les fans, amis et collègues de John pour l’amour et le soutien qu’ils lui ont témoigné durant cette période difficile « , a déclaré la famille dans un communiqué. Il s’était rendu au Cedars-Sinai Medical Center de Los Angeles pour y recevoir des soins médicaux le 17 avril lorsqu’il a subi un AVC à l’unité des soins intensifs, a indiqué sa famille. Après avoir été plongé dans un coma artificiel, l’espoir subsistait encore. Mais, hélas, l’électro-encéphalogramme  pratiqué s’est révélé totalement plat. Sans aucun espoir qu’il puisse retrouver ses facultés, ses proches ont choisi de le débrancher. « C’était une décision pénible, une décision que notre famille a prise, après plusieurs jours, avec les conseils attentifs des médecins de John « , ont-ils déclaré.

Durant sa trop brève carrière, Singleton n’aura réalisé en tout que huit films après ses débuts fracassants aux commandes de « Boyz N the Hood » (1991), pour lesquels il a reçu des nominations aux Oscars pour son scénario original et sa réalisation, premier Afro-Américain nommé dans cette dernière catégorie et, à 24 ans également, le plus jeune nommée. Singleton a également écrit et réalisé le brillant drame romantique « Poetic Justice » (1993), avec Tupac Shakur et Janet Jackson ; « Higher Learning » (1995) et  le  bouillant remake de « Shaft » (2000), avec Samuel L. Jackson dans le rôle-titre du fameux détective noir et « Baby Boy » (2001), un conte moderne qui se déroule à South Central avec Tyrese Gibson. Il a également signé « Rosewood » (1997), « 2 Fast 2 Furious » (2003), le deuxième épisode de la franchise automobile à fort indice d’octane. En tant que producteur, Singleton a déclaré qu’il avait utilisé 4 millions de dollars de ses fonds propres argent pour financer « Hustle & Flow » (2005) .  Il aussi produit le merveilleux « Black Snake Moan » (2006), dont j’ai eu le privilège de faire l’adaptation en Français En 2017, il signe aussi la série policière REBEL ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/rebel.html  ). Le projet le plus récent de Singleton était la série télé SNOWFALL ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/snowfall.html) qu’il a co-créé avec Eric Amadio et Dave Andron, sur le thème sensible des ravages causés par le crack dans la communauté noire. SNOWFALL avait été renouvelée pour une troisième saison, qui devait commencer en septembre. Mais l’œuvre de sa vie restera incontestablement « Boyz N the Hood », un projet imaginé dés son admission à l’École des arts cinématographiques de l’USC ; il était alors baptisé « Summer of’84 » à l’époque. « J’ai compris que nul n’allait écrire les films que je voulais faire, sauf moi », disait-il. « Personne n’allait raconter les histoires que je voulais raconter, sauf moi. » Ce film révolutionnaire a marqué les débuts de Ice Cube et Morris Chestnut à l’écran. Avec en vedette Cuba Gooding Jr, Lawrence Fishburne, Nia Long, Regina King et Angela Bassett.

John Daniel Singleton est né le 6 janvier 1968 à Los Angeles. Son père était manager chez Thrifty’s, et sa mère travaillait pour une firme pharmaceutique. Il a grandi à South Central.

« C’était un environnement très instable, on jouait dans la rue, on jouait au base-ball, on courrait après le camion de crème glacée. Je suis heureux d’avoir grandi ainsi, parce que ça a fait de moi un battant. », racontait Singleton. Ses films peuvent en attester. Toutes nos pensées vont à ses parents et à ses sept enfants Justice, Maasai, Hadar, Cleopatra, Selenesol, Isis, et Seven.

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.