PRINCE « Welcome 2 America »

PrinceCe n’est pas tous les jours qu’on a entre les mains un CD inédit de Prince. Ce vendredi 30 juillet est donc un jour faste puisque c’est celui de la publication de ce « Welcome 2 America » si… bienvenu ! Porté par quelques titres bien funky, ce 36 ème album—fantôme est effectivement un « revenant » sorti de la poussière accumulée depuis plus d’une décennie dans la fameuse Vault et à des années-lumière de certains « disques de remplissage » souvent édités par des labels cupides après la mort de l’artiste, bref un album du Kid comme on aimerait en découvrir plus souvent.

PrinceEncore une pépite exhumée du coffre-fort de Prince. Millésimé 2010 ce « Welcome 2 America » avait été directement remisé dans the Vault. Le Kid avait déjà publié son triple album « Lotusflow3R » un an auparavant et « 20Ten » cette même année 2010. Par conséquent ce 36ème CD a subi le même sort que le « Black Album » son auguste prédécesseur, longtemps resté le Graal ultime des aficionados de Prince et finalement édité par Warner 7 ans après son enregistrement ,soit onze années de glaciation avant d’être enfin dé-cryogénisé. Et malgré toutes ces années d’attente, les mots de Prince ont aujourd’hui un puissant écho contemporain aux maux que traverse notre planète.  Après « Piano and a Microphone »  en 2018 ( Voir sur Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/prince-piano-a-microphone.html ), puis « Originals » en 2019 ( Voir sur Gonzomusic   https://gonzomusic.fr/prince-originals.html ), « Welcome 2 America » est le troisième album posthume de sa discographie. Et c’est par la chanson-titre « Welcome 2 America » au talk over parlé chanté et aux influences Funkadelic assumées que tout démarre. Quelle belle émotion de découvrir cet inédit scandé et pulsé par des chœurs gospelisés qui se révèle incendiaire comme un brulot politique. « Bienvenue en Amérique/ Une de nos plus grandes exportations était une chose appelée jazz/ Vous pensez que la musique d’aujourd’hui va durer ?/(Démanteler tous les monopoles)/ Bienvenue en Amérique (…) Terre de liberté, patrie du courage/ Oups, je veux dire/ Pays de la liberté, patrie des esclaves/ Mets-toi à genoux, frappe-moi… ». Depuis « Sign ☮️ the Times » Prince ne s’était pas autant engagé. Et cela continue avec le funky cool « Running Game ( Son of A Slave Master) » aux faux airs de « Mister Goodnight » de 2007. Mais c’est avec « Born 2 Die » que les choses sérieuses commencent sur un titre-hit en puissance, comme un hommage subliminal au « Billy Jack » de Curtis Mayfield, influence majeure de notre nain pourpre. « 1000 Light Years From Here » guilleret insouciant mais toujours aussi irrésistiblement funky. Avec « Hot Summer » on peut dire qu’on a trouvé le « Kiss » de l’album musclé, body-buildé, adrénalisé, testerosoné en diable cet « Été chaud » semble effectivement taillé pour les dance-floors.  

Prince

Quant à « Stand Up And B Strong » sous ses airs de faux-dur, c’est une balade aussi délicate que minimaliste, gorgée d’harmonie, un titre surprenant puisque composé par les rockers minneapolitains de Soul Asylum ( Voir sur Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/minneapolis-et-le-parc-psychedelique-de-prince-episode-3.html  ) et qui se révèle à l’usage particulièrement addictif. Au fur et à mesure de son intense progression en accélération maximale propulsée par un Farfisa allumé puis par une guitare intensément rock à la Van Halen on touche au feeling stratosphérique. « Check the Record » délicieusement rétro nous ramène aux heures dorées de « Jungle Love » de the Time, tandis que « Same Page Different Book » semble un pari largement gagné coté funk attitude urbaine. Avec « When She Comes » et son titre si … ambigu, le Kid de Minneapolis joue et gagne à nouveau au jeu de la séduction. Sensualité torride à la « International Lover » pour slow assumé voire revendiqué, sous ses cotés jazzy, porté par la voix de Prince qui a à nouveau chaussé ses talons aiguilles, « When She Comes » est incontestablement une des compositions majeures de l’album. Déjantée et pourtant prophétique, avec « 1010 (Rin Tin Tin) » le seigneur du Paisley Park évoque une crise climatique que nous vivons justement aujourd’hui. « Rin Tin Tin/ Tremblement de terre, inondation/ Vous feriez mieux de vous dépêcher, /Demandez au Ranger Solitaire/ (ou à) Rin Tin Tin… » chante-t-il voici plus d’une décennie et , au-delà de la  simple référence à « Rin Tin Tin et Rusty », l’été pourri que nous traversons résonne comme un écho à ces mots. Speedée-gonzales « Yes » illustre parfaitement le style cross-over de Prince, à la fois rock et funk, sans jamais se décider à choisir son camp entre guitares vrombissantes et basse qui pulse la chamade. Enfin, cette belle aventure s’achève avec « One Day We Will All B Free” qui déborde forcément d’espoir, vocalisé en duo avec Shelby J, un titre qui génère une belle et communicative énergie. Peu de temps après avoir capturé son « Welcome 2 America », Prince s’embarqua pour une tournée du même nom dans plusieurs villes US, couronnée par le « 21 Nite Stand » historique au Forum, d’Inglewood, à LA. L’édition Deluxe comprendra l’album studio complet sur CD et sur vinyle ainsi qu’un concert complet inédit en DVD Blu-Ray de la performance du 28 avril 2011 au Forum. Existe aussi en version super-luxe boosté par quelques goodies qui sauront j’en suis sur titiller les fans.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.