ROADIES

Partager

ROADIES

En 2000, l’homme de Rolling Stone US, devenu réalisateur, nous avait offert ce qui constitue sans doute le film nec plus ultra du rêve que peut incarner le showbiz avec « Almost Famous ». Aujourd’hui, et avec la complicité de JJ Abrams, Cameron Crowe revient à ses premiers amours avec ROADIES, une série aussi déjantée que rock qui nous ouvre le jardin secret des coulisses d’une tournée vue à travers le prisme de tous ces anonymes sans lesquels la « big rock machine » serait bien incapable de tourner. Après « Vinyl » c’est la seconde série rock de l’année…décidément, rock and roll is here to stay !

ROADIES « Now the seats are all empty/Let the roadies take the stage/ Pack it up and tear it down/ They’re the first to come and last to leave/ Working for that minimal wage… » ( Maintenant que les siéges sont tous vides/ Laissons la scène aux roadies/ ils vont l’emballer et la démonter/ Ils sont les premiers arrivés et les derniers partis/ Bossant pour un salaire minime…) « Jackson Browne « The Load Out »

En 82, j’avais déjà craqué sur le tout premier long métrage de Cameron Crowe, le « feel good teen movie » « Fast Time At Rigmenont High » avec les débuts du jeune Sean Penn et la déjà craquante Jennifer Jason Leigh. Sans oublier une BO rock impeccable où l’on retrouvait justement Jackson Browne ( « Somebody’s Baby ») ainsi que plusieurs Eagles en version solo. Puis, en 2000 avec le semi-autobiographique « Almost Famous », Crowe nous faisait partager de la manière la plus succulente ses aventures de jeune rédacteur à Rolling Stone et son immersion dans l’univers tumultueux des rock-stars. 16 ans plus tard, le réalisateur revient à ses premiers amours en braquant ses projecteurs de manière aussi indiscrète qu’intimiste sur ces ROADIES sans lesquels le show et donc le biz n’existeraient pas. Et au vu de ce premier épisode réalisé pour la chaine Showtime, on se dit que c’est plutôt réussi. « Je pense que le grand public n’a aucune idée de tout ce que peuvent faire les roadies. Qu’ils soient tous bénis. Moi je me contente de jouer mes chansons. Eux font en sorte que le show puisse se produire. », expliquait Tom Petty. Et ces quelques mots ouvrent ce premier épisode de ROADIES. sex drugs & rock and roll sont bien entendu au programme de cette série. D’ailleurs dés les premières images, on découvre Bill Hanson ( Luke Wilson), le tour manager en train de s’envoyer en l’air avec une jolie et jeune groupie…sauf qu’il découvre après coup qu’elle est la fille unique du promoteur local des trois prochaines dates de la tournée…ooops. Omniprésent, le rock l’est également soniquement avec des titres aussi classieux que classiques comme ce « Tangled up in Blue » de Bob Dylan extrait de son légendaire « Blood On the Track ».

« Mais qui est Ronnie Van Zandt ? « Mais qui est Ronnie Van Zandt ?

Arrivée à la Nouvelle Orleans à la Daiquiri Queen Arena où le super-groupe ( inventé) de la série le SHB ( The Staton-House Band) doit se produire le soir même. Direction les backstages tandis que la scène est peu à peu installée par les roadies. Kelly Ann ( Imogen Poots), la jolie éclairagiste arpente les loges en skate. Shelli ( Carla Gugino) la production manageuse se prend comme d’habitude le chou avec son collègue Tour manager. Elle lui annonce que Preston , le manager de SHB ne le rejoindra pas, mais qu’il envoie à sa place un nouveau conseiller financier. Pour pour Bill et Shelli, cela sent le roussi : cela signifie que le management cherche à réduire les couts de la tournée et donc remettre en cause leur gestion. On rencontre Phil ( Ron White) le chef de la sécu qui régale les jeunes roadies de ses histoires classiques de l’âge d’or du rock. Cette fois il évoque la larme à l’œil les Lynyrd Skynnyrd avec lesquels il a tant tournée t qui lui ont offert cette médaille qu’il porte toujours au cou et qu’il exhibe avec beaucoup d »émotion en songeant à ses potes musiciens dont trois se sont écrasés en 77 dans un terrible accident d’avion. « C’est Ronnie Van Zandt qui me l’a offert et je ne l’ai plus jamais revu après. », confie Phil aux jeunots. L’un des roads lui demande alors « Mais qui est Ronnie Van Zandt ? ». Désespérant …mais drôle. Or l’humour est un des éléments cruciaux de ce succulent ROADIES où l’on retrouve forcément des situations typiques que nous avons tous vécu dans les tournées.

All accessKelly Ann

Comme Nathalie la groupie harceleuse et interdite de séjour par une mesure d’éloignement édictée par un juge. Bien entendu, comme dans « The Wall », après avoir offert une gâterie forcément succulente à un naïf de la sécu en pleine jouissance, elle lui vole son pass backstages all acces plastifié pour s’introduire dans le saint du saint : la loge du groupe. Pour s’y livrer à un acte contre nature, en s‘emparant du micro du chanteur de SHB pour s’en servir comme d’un vibro-masseur…lorsque Kelly Ann la surprend. Chasse à l’homme…enfin à la femme dans les coulisses avant que le groupe n’investisse les lieux. Bref c’est comme dans la vraie vie du rock mais en encore plus fun. Après avoir vu ROADIES, comme Jackson Browne ou Tom Petty, lorsque vous les croiserez dans les concerts, vous le les verrez plus jamais de la même manière. Diffusée depuis la mi juin sur la chaine Showtime, la minisérie ne compte jusqu’à présent que six épisodes. Mais on en attend plus. Long live rock !

Diffusé sur la chaine Showtime depuis le 13 juin 2016

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *