LE RETOUR DU ROI SOLAAR

Partager

 

 v

Voici très précisément 26 ans, GBD tendait sa caméra à un (très) jeune MC Solaar de 22 ans, pour sa toute première interview télévisée, diffusée sur FR3. Certes, « Bouge de là » son premier simple était un carton, mais son premier album « qui sème le vent récolte le tempo » n’était pas encore publié. Deux décennies et demie plus tard, après plus de dix ans de silence, MC Solaar  est enfin de retour avec une nouvelle chanson « Sonotone » en estafette d’un mythique 8 éme album de « prose-combat » baptisé « Géopoétique ».

En regardant mes images de 1991, j’ai du mal à réaliser que Claude MC a aujourd’hui 48 printemps au compteur. Lorsque je l’avais convié à se laisser filmer pour « Ramdam » ( FR3) où j’œuvrais alors, « Bouge de là », son premier 45 tours, venait à peine d’être publié. Le premier album « Prose-Combat » n’était pas encore sorti, mais j’avais pu le découvrir et fondre sur les irrésistibles compositions de Claude M’Barali. C’est vrai, je l’avoue, depuis la naissance du rap hexagonal vers 1986, j’attendais impatiemment quelqu’un comme MC Solaar capable de télescoper notre belle langue pour inventer des rimes futées qui frappent de taille et d’estoc notre imaginaire. Et avec Solaar on peut dire que j’étais servi. Avec lui allitérations et litotes devenaient les accessoires indispensables d’une pure poésie urbaine dans cette langue de Molière qu’il affectionnait tant. Ce jour-là, petit Claude de 22 ans était tout de même parvenu à nous faire attendre, mon équipe de tournage et moi, plus de deux heures, signe incontestable d’un vrai tempérament d’artiste. Déjà amateur de calembours, GBD n’avait pas résisté à l’idée de faire un bon mot en conviant Claude MC à Versailles…pour intituler mon sujet « Le château du Roi Solaar ». Claude avait tout juste 22 ans. Un gamin, mais un gamin surdoué.  Car avant de craquer sur le personnage, ce sont ses textes qui ont d’abord su me subjuguer. « Les salauds salissent Solaar cela me lasse, mais laisse-les salir Solaar sur ce… salut » ou encore « Je suis l’as de trèfle qui pique ton cœur, carreau…Caroline. »

Inventer une nouvelle et pure discipline de rap français

Comme dans sa chanson, « Bouge de là » pour Claude, « tout a commencé là-bas dans une ville qu’on appelle Maisons-Alfort… »…et ensuite tout est allé très très vite après son irrésistible « Bouge de là ». Après notre tournage au château de Versailles, nous avions rejoint le studio Bagnolet où Claude, avec son complice producer Jimmy Jay, peaufinait ce rap qui portait si bien l’imagination au pouvoir. « Mon but, c’est d’écrire dans un Français assez cohérent et correct pour inventer une nouvelle et pure discipline de rap français », disait alors le petit Claude, ajoutant « C’est ce qui me plait dans le rap, c’est que c’est  un jeu aussi ». 22 ans et déjà roi Solaar….« J’ai vingt-deux ans depuis peu et je vais continuer à avancer… ». Je lui demandais alors : quand tu auras gagné plein d’argent avec ta musique, tu t’achèteras un  château de Versailles ? ». Et il avait alors rétorqué plein de modestie  : « Château de Versailles, je ne crois pas, non. J’achèterai quelque chose de beaucoup plus petit et puis attendons de voir si je gagne plein plein plein d’argent. ». Ce jour-là, en plus d’un a capella de « Bouge de là » film autour de la fontaine du château de Versailles, Claude MC nous avait interprété trois titres de son premier album « Caroline », « Qui sème le vent… » et « L’histoire de l’art », vocalisés dans le petit studio de Bagnolet. Bluffant.

Filmant avec ma DV des heures et des heures de studioSolaar

Des années durant, j’ai suivi mon rapper hexagonal favori, publiant interviews et réalisant plusieurs reportages pour la télé. Sur les deux derniers albums enregistrés pour le label Polydor « Paradisiaque » et « MC Solaar » enregistrés en fait en même temps, car Claude devait encore deux albums à son label et souhaitait remplir ses obligations contractuelles pour rejoindre une nouvelle maison de disques, j’étais à ses côtés, filmant avec ma DV des heures et des heures de studio. Entre les studios Plus 30 aux Buttes Chaumont et New York où les sessions se sont poursuivies, j’ai pu documenter le travail de Claude MC avec ses deux producteurs d’alors, les deux complices de Cassius, Zdar et Boom Bass pour les besoins d’un film…resté hélas inédit et victime collatérale de la guerre que se sont livrés Polydor/Universal et Solaar et son manager. Résultat des courses, les 4 premiers albums de MC Solaar ne sont plus au catalogue, or à mon sens ils constituent la crème de la crème de l’art de Solaar. Non pas que les deux suivants « Cinquiéme As », « Mach 6 » et « Chapitre 7 » soient de mauvais disques, mais c’est comme si les quatre meilleurs LP des Beatles étaient indisponibles ad vitam aeternam pour cause de bisbille entre McCartney et EMI. Certes, on peut en trouver quelques exemplaires sur internet, et trouver « Bouge de là » sur iTunes…mais uniquement dans sa version live de «  Le tour de la question » où Claude MC a ré-enregistré un « Best of » de ses meilleurs titres en public pour pouvoir continuer à les exploiter en contournant le blocus avec Polydor. Mais ce n’est pas la même chose. Si seulement avec l’arrivée de ce nouvel album de Solaar, ce dernier pouvait trouver un accord avec son ancien taulier et libérer enfin tous ces chef-d’œuvres rapologiques… Le 3 novembre prochain sortira « Géopoétique , le 8éme épisode des aventures de MC Solaar, à cette occasion, GBD exhumera un de ses entretiens vintages débordant de souvenirs, à l’instar de ces films de kung fu que nous regardions jusqu’au petit matin avec Claude dans sa suite du Paramount Hotel de Times Square ou encore ces cahiers d’écolier en vrac sur le sol du studio Plus 30 où Claude rédigeait, corrigeait, arrangeait sans cesse ses fameux textes jusqu’au dernier moment avant de les enregistrer. Hâte de découvrir ces nouveaux morceaux et de me rassurer : le roi Solaar sera-t-il toujours aussi éblouissant ? En espérant que toutes ces années d’attente n’auront pas été vaines.

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *