Le Coutin show is back

CoutinCela devait être à la Maroquinerie, finalement le concert prévu de Patrick Coutin a été décalé de … 100 mètres, dans  cette même rue Boyer, à la Belleviloise. Notre Keith Richards national en grande forme et formule trio guitare-basse-batterie a ainsi, pour la plus grande joie du public, alterné ses compositions rock blues avec quelques singulières reprises. Gonzomusic y était… donc vous aussi 😜

CoutinInutile de vous présenter Patrick Coutin. Soit vous êtes un réel aficionado du rock et ce en quoi vous le pratiquez comme moi depuis 40 ans sur de multiples scènes parisiennes ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/?s=coutin ). Soit vous avez vu passer la caravane « Années 80 » et vous l’avez donc applaudi sous un chapiteau aux cotés de Lio ou de l’ex-Avions JP Morgand, par exemple ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/?s=morgand  ). Pour son retour au live, Patrick Coutin avait prévu d’investir la Maroquinerie, mais hélas pour cause d’autorisation préfectorale, ce concert ne pouvait pas s’y tenir. Changeant son fusil d’épaule, notre Coutin l’a téléporté à la Bellevilloise toute proche. Hélas, un autre concert y était déjà programmé, donc notre chanteur-guitariste s’est contenté pour une fois d’un petit créneau de 20 :15 à 21 :45.

Coutin

Mais tout d’abord fraternelle pensée à notre frangin Rachid Taha. Un an après sa disparition, un hommage musical avait justement été organisé à la Bellevilloise ( Voir sur Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/rachid-taha-toujours-vivant-a-la-bellevilloise.html ) où Coutin et moi nous nous étions retrouvés. Ce soir, sur cette même scène, il nous a rappelé combien Rachid pouvait si cruellement nous manquer ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/?s=taha ) . Pensée aussi pour cette tête de mule de Bashung, dont il reprend façon blues rugueux le « Osez Joséphine ». Autres reprises ce soir avec l’explosive « Born to Be Wild” de “ Easy Rider” de Steppenwolf et l’iconique  « Light My Fire » des Doors – dont Coutin a rédigé une fulgurante biographie (Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/coutin-is-morrison.html ) – en version blues psyché longue et ralentie, comme si elle percutait « LA Woman ». Bien entendu, notre Coutin nous a également régalé de ses hits à lui, dont les fameux « Biberon pas prêt blues » et « Maryline est folle ». Et s’il a refusé d’interpréter son provocateur “Fais moi jouir” à cause de la présence d’enfants dans la salle, il ne s’est par contre pas privé de chanter, et nous avec, son emblématique « J’aime regarder les filles »  au refrain repris par toute la salle. Une bien belle soirée… indeed … prémice à bien

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.