La couronne de King of NY de Notorious B.I.G aux enchères

BIGAssassiné depuis 23 ans déjà, nous n’avons jamais oublié l’immense Christopher Wallace, alias Notorious B.I.G. les spéculateurs non plus puisque la couronne de « roi de New York » portée pour la photo qui illustrait la « une » du magazine Rap Pages en 1997 devrait s’arracher aux enchères à près de 300.000 dollars. Les lettres d’amour d’ado de 2Pac seront également proposées au cours de cette même vente aux enchères exceptionnelle organisée par Sotheby’s New York.

Notorious B.I.GLes lettres d’amour d’adolescents de Tupac Shakur et la couronne de « roi de New York » de Notorious B.I.G., qui illustrait la couverture et l’article du magazine Rap Pages de 1997, font partie des objets de collection que Sotheby’s offre à sa toute première vente aux enchères consacrée à l’histoire et à l’héritage du hip hop. Cette couronne dédicacée avait été portée par Biggie lors de sa toute dernière séance photo, trois jours avant sa mort, et par conséquent Sotheby’s estime qu’elle s’envolera entre 200 000 et 300 000 dollars.

LA CÉLÈBRE COURONNE DU « ROI DE NEW YORK » DE NOTORIOUS B.I.G.

En tête des enchères figure la couronne portée par Christopher Wallace (alias Biggie/Biggie Smalls et Notorious B.I.G.) lors de la séance de portrait « K.O.N.Y. (King of New York) » de 1997, la dernière séance de photos du rappeur avant qu’il ne soit assassiné à Los Angeles trois jours plus tard. La couronne, qui a récemment été présentée dans le livre et l’exposition révolutionnaires « Contact High » : A Visual History of Hip-Hop de Vikki Tobak, est offerte par le photographe Barron Claiborne, dont elle est restée en possession depuis la séance de photos. Le lot comprend trois tirages au format spécial (36 x 40″) – tous au 1/1 et signés par Claiborne – de la photo iconique « K.O.N.Y », la photo du 10e anniversaire de K.O.N.Y. et la planche contact (estimation 200/300 000 $). L’intérieur de la couronne porte l’inscription « Crown from Biggie KONY Shot NYC 3-6-97 » et est signé par Biggie et Claiborne.

Engagé par le magazine Rap Pages pour photographier Biggie en couverture, le concept de Claiborne était de représenter le rappeur comme le roi de New York sur son trône, mais de manière dépouillée – un écart par rapport à l’imagerie hip-hop populaire de la fin des années 90. Pour donner à Biggie un style royal, Claiborne a apporté deux couronnes de tailles différentes sur le tournage ; l’une était beaucoup trop petite et pour que la couronne désormais légendaire puisse être ajustée, il a fallu retirer le rembourrage intérieur en mousse. Sean « Diddy » Combs, propriétaire du label Bad Boy Records de Biggie, a accompagné l’artiste sur le tournage, et aurait été mécontent du concept, craignant que cela ne le fasse ressembler au « Burger King ». Cependant, Biggie s’est montré ouvert à l’idée, ce qui a donné lieu à l’une des images les plus identifiables de la culture hip-hop et à l’un des portraits hip-hop les plus célèbres jamais réalisés.

 

D’autre part, seront également proposée au cours de cette vente des précieuses 22 lettres d’amour écrites par un jeune Tupac Shakur de 16 ans à sa petite amie de lycée Kathy Loy, ont été estimées à une valeur de 60 000 à 80 000 dollars, selon Sotheby’s. Les lettres sont datées de fin mars 1987 à avril 1988 et sont toutes signées par Shakur avec des petits mots de tendresse touchante tels que « 4 Eternity, Tupac », « With Passion, Tupac » et « Forever Yours, Tupac ».

LES LETTRES D’AMOUR D’ADOLESCENT DE TUPAC SHAKUR

2PacUn autre point fort de cette vente aux enchères est une archive profondément intime de 22 lettres d’amour autographiées écrites par un Tupac Shakur de 16 ans à Kathy Loy, un amour de lycée et camarade de l’école des arts de Baltimore (estimation : 60/80 000 $). Les lettres, qui comptent 42 pages au total, sont signées par Shakur sur 24 feuilles de papier et une carte de vœux, avec divers termes d’affection : « Amour, Tupac », « 4 Éternité, Tupac », « Avec passion, Tupac », « À jamais, Tupac » et « De tout mon cœur, Tupac ». Écrites alors que Shakur était inscrit dans la classe de théâtre de 10e année et Loy dans la classe de théâtre de 11e année, les lettres datent de fin mars 1987 à avril 1988 et décrivent la romance d’environ deux mois de leur première rencontre à leur éventuelle rupture, en passant par une lettre de regret envoyée un an plus tard.

La correspondance sincère et douce révèle la vulnérabilité de Shakur et son style d’écriture naturellement poétique, avec de fréquentes tournures lyriques et des poèmes d’amour séparés inclus dans le corps des lettres, qui ont jeté les bases de son style et de son ton distinctif en tant que rappeur. Par exemple, dans une lettre, il écrit : « Je t’aime maintenant plus que jamais, je te veux maintenant plus qu’avant, personne ne se compare à toi, celui que j’adore… ». Ces lettres illustrent une romance tourbillonnante entre le couple, Shakur déclarant rapidement son amour à Loy, mais éprouvant tout aussi rapidement des sentiments d’insécurité et la peur de la perdre. Les lettres illustrent également l’amitié étroite de Shakur avec sa camarade d’études Jada Pinkett, à laquelle il fait référence dans une lettre où il écrit : « Jada m’a dit qu’elle peut voir combien je t’aime… », et donnent un petit aperçu de sa vie familiale avec des mentions de sa mère travaillant tard le soir et de ses responsabilités pour aider à prendre soin de ses cousins. Shakur écrit même à Loy au sujet de sa carrière musicale naissante, divulguant les doutes de la future superstar quant à la poursuite du rap comme profession. Il écrit : « Mon ancienne manager est venue me voir et m’a dit qu’elle ne voulait pas que je me retire du rap, mais je pense que je le fais parce que je ne peux pas supporter trop de refus et que je n’ai pas le temps… ». Shakur admet également craindre le rejet et son manque de confiance en soi, en notant que « je veux juste être moins sensible et moins casse-pieds…. Ce que je ressens est lié à mes insécurités, et je dois gérer cela par moi-même… ». Dans la dernière lettre adressée à « Mme Loy » et écrite près d’un an après la rupture, Shakur partage qu’à présent, à l’âge de 17 ans, il a quitté la maison de sa mère et exprime sincèrement ses regrets sur leur rupture tout en se rappelant tendrement les bons moments qu’ils ont passés ensemble en écrivant : « Pardonnez-moi si je me souviens…. vous vous souvenez ?

Cette vente aux enchères exceptionnelle aura lieu le 15 septembre à New York. Monica Lynch, ancienne présidente de Tommy Boy Records, est consultante pour la vente, qui comprendra de l’art contemporain (y compris par des artistes hip-hop qui sont aussi des artistes visuels), des expériences uniques avec des légendes hip-hop sélectionnées, des textes manuscrits et des lettres, des vêtements portés sur scène, des bijoux et des objets éphémères rares, y compris des prospectus et des affiches. La majorité des objets sont directement signés par les artistes ou leurs successions. Sotheby’s indique que « plusieurs des vendeurs feront don du produit de leur vente à diverses organisations caritatives, ainsi une partie du produit de la vente viendront soutenir les programmes hip-hop de la Queens Public Library et de Building Beats, « une organisation à but non lucratif qui enseigne les techniques, l’esprit d’entreprise et les compétences de leadership à des jeunes défavorisés par le biais de programmes de DJ et de musique ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.