50 ANS APRÈS LE SPLIT DU FLOYD CE RAGEUR DE WATERS A TOUJOURS LA HAINE

Pink FloydDire qu’on parle souvent de waters closed (🤣 ), ici en l’occurrence concernant Roger Çacraint ce serait plutôt waters opened… à la polémique et à la haine illimitée contre son ex-camarade de jeux, David Gilmour. Son dernier grief : Il affirme que la réédition de l’album « Animals » de Pink Floyd était bloquée à cause d’un désaccord sur les… notes de pochette. Bon l’appel du cash est le plus fort et le CD sera bientôt dispo.

AnimalsOn a l’habitude des coups de gueule ( Voir sur Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/pour-faire-taire-cette-merde-antisemite-de-roger-waters.html ) comme des coups de haine de Roger Waters dont l’antisionisme notoire sert de cache-sexe à son antisémitisme notoire  ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/roger-waters-toujours-aussi-obsede-par-sa-haine-disrael.html et aussi https://gonzomusic.fr/pour-faire-taire-cette-merde-antisemite-de-roger-waters.html ), cette fois son « juste courroux » s’abat sur son alter ego au sein du Floyd bien que toujours considéré comme une « pièce rapportée » puisqu’il n’a rejoint le groupe qu’après le départ de Syd Barrett, David Gilmour. Ce dernier refuse d’autoriser la réédition de la version d’ « Animals » de 1977 boostée de nouveaux mixages stéréo et 5.1 par James Guthrie car il conteste les notes de pochette qui devaient accompagner cette sortie. Elles sont signées du journaliste Mark Blake documentant l’histoire du groupe. Notre bon Waters a son explication concernant le blocage de Gilmour: « Il ne conteste pas la véracité de l’histoire décrite dans les notes de Mark, mais il veut que cette histoire reste secrète ».

Waters s’épanche ensuite très largement pour diffuser sa haine sur son site internet, consacrant un temps considérable à insinuer que Gilmour a exagéré le degré de contribution créative qu’il a eu avec le groupe, nous pondant la belle phrase suivante : « Il a, au cours des 35 dernières années, raconté un tas d’énormités sur qui faisait quoi dans Pink Floyd quand j’étais encore le boss ».

Bon on parle d’un type qui crachait au sens propre sur ses fans durant les concerts ! La « good news » c’est que Waters doit avoir besoin de cash frais et qu’il est prêt pour cela à avaler son chapeau, puisqu’il accepte que le nouveau remix d’« Animals » soit enfin publié sans ses fucking notes de pochette.

David Gilmour

David Gilmour

Si vous avez :

  1. Du courage
  2. De la curiosité
  3. De la patience…

… voici l’intégrale de la (très longue) diatribe de Waters traduite par l’ami DeepL traducteur automatique de renom… le Waters ne pourra plus prétendre qu’on le censure !

 

Une note de Roger Waters aux fans de Pink Floyd :

 

Comme Dave Gilmour m’a interdit de publier sur la page Facebook de Pink Floyd, qui compte 30 millions d’abonnés, je publie cette annonce ici aujourd’hui et dans son intégralité sur mon site rogerwaters.com.

Roger Waters

Roger Waters

Tout d’abord, un retour chaleureux à notre petit groupe de frères et sœurs qui ont toujours gardé un esprit ouvert, espérons que certains des fans dont l’accès à mes déclarations est supprimé par Gilmour trouveront leur chemin ici et découvriront un peu de vérité. Ce qui a précipité cette note est qu’il existe de nouveaux mixages stéréo et 5.1 de James Guthrie de l’album « Animals » de Pink Floyd, 1977. Ces mixages sont restés inédits en raison d’un conflit concernant les notes de pochette que Mark Blake a écrites pour cette nouvelle version. Gilmour a opposé son veto à la sortie de l’album si ces notes de pochette ne sont pas retirées. Il ne conteste pas la véracité de l’histoire décrite dans les notes de Mark, mais il veut que cette histoire reste secrète. Ceci n’est qu’une petite partie de la campagne en cours du camp Gilmour/Samson pour revendiquer plus de crédit pour Dave sur le travail qu’il a fait dans Pink Floyd, 1967-1985, que ce qui lui est dû. Oui, il était, et est toujours, un très bon guitariste et chanteur. Mais, au cours des 35 dernières années, il a raconté beaucoup de choses sur qui a fait quoi dans Pink Floyd quand j’étais encore le boss. Il y a beaucoup de « nous avons fait ceci » et « nous avons fait cela », et « j’ai fait ceci » et « j’ai fait cela ». Donc, deux choses :

 

(1). J’accepte la sortie du nouveau remix des « Animals », sans les notes de pochette. Bon travail James Guthrie d’ailleurs, et désolé Mark Blake. La version finale des notes de pochette a été vérifiée et validée par moi, Nick et Gilmour. Les voici, appréciez-les, il n’y a rien de controversé, juste quelques faits simples.

 

Mark Blake : Notes de pochette

David Gilmour

David Gilmour

Pink Floyd : Animals

Bien qu’il ait été enregistré à Londres pendant la longue vague de chaleur de l’été 1976, « Animals » de Pink Floyd reste un album sombre. Sa critique du capitalisme et de l’avidité correspond à l’état d’esprit qui prévaut en Grande-Bretagne : une période de conflits industriels, de troubles économiques, de troubles en Irlande du Nord et d’émeutes raciales à Notting Hill. L’album est sorti le 23 janvier 1977, mais les racines du dixième album studio de Pink Floyd remontent plus tôt dans la décennie. Après le succès de « The Dark Side Of The Moon » en 1973, Pink Floyd réfléchit à ce qu’ils vont faire. Pendant une session de jam de deux à trois semaines au début de 1974, le groupe a travaillé sur des idées pour trois nouvelles compositions. De ces sessions, le groupe a développé « Shine On You Crazy Diamond », (Un hommage passionné à Syd Barrett, paroles de Roger Waters. Ajouté par moi, désolé, je n’ai pas pu m’en empêcher.) qui devient la pièce maîtresse de l’album suivant du Floyd, « Wish You Were Here », ainsi que « Raving And Drooling » (composée par Roger Waters) et « You Gotta Be Crazy » écrite par Waters et David Gilmour.

« Raving And Drooling » était une histoire de désordre social violent, tandis que « You Gotta Be Crazy » racontait l’histoire d’un homme d’affaires sans âme qui griffe et triche pour arriver au sommet. Les deux morceaux ont été joués en direct pour la première fois lors de la tournée d’hiver 1974 des Floyd. Elles ont toutes deux été envisagées pour l’album « Wish You Were Here », mais Roger a insisté sur le fait qu’aucune des deux chansons n’était pertinente pour l’idée générale, que « Wish You Were Here » parlait essentiellement d’absence, et que comme aucune des deux chansons ne correspondait à sa conception du thème général du disque, aucune ne devait être incluse. Le groupe finit par se ranger à son avis. Deux ans plus tard, Roger a une idée pour le prochain album de Pink Floyd. Il s’inspire de l’histoire allégorique de George Orwell, La Ferme des animaux, dans laquelle les cochons et autres animaux de basse-cour sont réimaginés de manière anthropomorphique. Waters dépeint la race humaine comme trois sous-espèces piégées dans un cycle violent et vicieux, les moutons servant les cochons despotiques et les chiens autoritaires. « You Gotta be Crazy » et « Raving And Drooling » correspondent parfaitement à son nouveau concept. Entre-temps, un an plus tôt, le groupe avait acheté un ensemble de bâtiments d’église désaffectés à Britannia Row, Islington, qu’il avait transformé en studio et en entrepôt. Avant cela, toutes les sorties studio de Pink Floyd avaient été enregistrées en partie ou en totalité aux studios d’Abbey Road. Pink Floyd avait également trouvé un nouvel ingénieur du son. Brian Humphries, un ingénieur des studios Pye, qu’ils avaient rencontré lors de l’enregistrement de la bande sonore de « More », un film réalisé par Barbet Schroeder. Brian a ensuite été l’ingénieur de « Wish You Were Here » à Abbey Road, et les a également aidés sur la route, ils ont donc appris à bien le connaître. L’utilisation de leur propre studio a marqué un changement significatif dans leurs méthodes de travail. Il y a eu des contretemps et des problèmes de démarrage, mais aussi un grand sentiment de liberté.

Roger Waters

Roger Waters

Suivre l’instinct de Roger à propos des nouvelles chansons a porté ses fruits, les chansons avaient un côté agressif bien loin des paysages sonores luxuriants de « Wish You Were Here ». C’était un changement de direction opportun. À Britannia Row, il a renommé « Raving And Drooling », « Sheep » et “Gotta Be Crazy” “Dogs”. Le récit est complété par l’ajout de deux nouvelles chansons de Waters : « Pigs (Three Different Ones) » et « Pigs On The Wing ».

 

Dans « Pigs (Three Different Ones) », les paroles citent Mary Whitehouse, directrice de la National Viewers And Listeners Association. Whitehouse était une critique ouverte du sexe et de la violence à la télévision britannique et une cible d’actualité pour l’ire de Roger. Le sujet est sombre, mais Nick Mason se souvient de moments plus légers lors du doublage des chansons avec des effets spéciaux et des bruits de basse-cour. « Sheep » fait également de la place pour la variation comique de Roger sur le psaume 23 : « He maketh me to hang on hooks in high places/ He converteth me to lamb cutlets… ». La musique et l’interprétation reflètent l’intensité des paroles. Les synthés et l’orgue Hammond du claviériste Richard Wright accentuent le malaise. Le chant de David Gilmour sur « Dogs » et son jeu de guitare sur « Animals » offrent un contrepoint saisissant aux paroles brutales de Roger. En revanche, « Animals » commence et se termine sur une note optimiste. Les couplets de « Pigs on The Wing » sont divisés en deux et forment la fin de l’album. Les paroles de Roger et la performance vocale de l’intro et de l’outro acoustiques (« You know that I care what happens to you/ And I know that you care for me too… ») suggèrent un espoir pour l’humanité. L’idée du cochon volant de Pink Floyd était aussi celle de Roger. Il avait déjà commandé sa construction comme dispositif scénique pour la prochaine tournée. Storm Thorgerson ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/storm-thorgerson-le-visionnaire-du-floyd.html )  et Aubrey Powell, de la société de design Hipgnosis, ont produit un certain nombre d’idées de design pour la pochette d’ « Animals » et les ont présentées au groupe, mais aucun d’entre eux ne les a aimées, et lorsque Roger a fait part de sa désapprobation, quelqu’un a dit : « Pourquoi ne pas proposer quelque chose de mieux ? » C’est ce qu’il fit, sur le trajet entre sa maison du sud de Londres et Britannia Row, il passait régulièrement devant la centrale électrique de Battersea. Il était attiré par l’imposant bâtiment en briques, et par le chiffre quatre. Quatre dans le groupe, quatre cheminées phalliques, et si la centrale était retournée, elle ressemblait à une table à quatre pieds. Il a poursuivi son idée et a fait réaliser une maquette, un modèle réduit de l’éventuel cochon gonflable à l’échelle réelle. Il a ensuite pris des photos de la centrale électrique de Battersea et a créé une maquette photographique d’une pochette d’album. Le reste du groupe a adoré. Storm et Po, qui avaient conçu toutes les couvertures des précédents albums de Pink Floyd, ont gracieusement proposé de trouver des photographes pour la séance photo, ce qu’ils ont fait. Le premier jour de la séance photo, le cochon n’a pas réussi à se gonfler. Le deuxième jour, il s’est détaché de ses amarres et a disparu dans un ciel magnifique, provoquant un appel frénétique à la police et l’arrêt de tous les vols à destination et en provenance de Heathrow. Le cochon s’est finalement écrasé dans le champ d’un fermier du Kent.

 

Le lendemain, le tournage s’est déroulé sans problème, avec de superbes prises de vue du cochon sur place, mais pas de ciel morose. Donc Storm et Po ont dépouillé le cochon du troisième jour dans le ciel du deuxième jour, bingo ! L’histoire. « Animals » fut un succès, atteignant le numéro 2 au Royaume-Uni et le numéro 3 aux États-Unis. Le cochon de Pink Floyd, Algie, fait ses débuts sur scène lors de la tournée « In The Flesh » qui suit en 1977. Dans les stades américains, il est rejoint par une autre idée de Water, une famille nucléaire gonflable composée d’une mère, d’un père et de deux enfants et demi, entourés des trésors d’un mode de vie consumériste : une Cadillac gonflable, une télévision et un réfrigérateur surdimensionnés. Roger l’appelle Electric Theatre. L’album et la tournée ouvrent la voie au prochain album de Pink Floyd, The Wall, et aux idées toujours plus ambitieuses de Roger, que ce soit en termes de musique, de récits, de politique ou de spectacles. Mais les thèmes et les idées explorés sur Animals ont perduré. Plus de 40 ans après, l’album a été remixé en stéréo et en 5.1. En ces temps troublés et dans un monde incertain, Animals est plus que jamais d’actualité et pertinent.

Mark Blake

 

Merci Mark, désolé que vous ayez été censuré

 

 (2). Je suis en train d’écrire mes mémoires et, inévitablement, une partie de celles-ci contient des références à certains des contenus ci-dessus. Pour ceux qui ont le cœur fragile, je vous suggère de vous asseoir, mais pour ceux qui aiment bien rire, asseyez-vous et hurlez, putain ! 😂 🤣 ✊🏼 Je vais m’asseoir et hurler avec vous.

 

Au début de ce billet sur le sujet des pâtés de porc, je dis :  » Il y a énormément de  » nous avons fait ceci  » et  » nous avons fait cela « , et  » j’ai fait ceci  » et  » j’ai fait cela « .  » Pas vrai ? Alors voici un court extrait de mes mémoires :

 

« Le hasard a voulu que je fouille un peu dans un recueil de coupures de presse et que je tombe sur une interview que David Fricke du magazine Rolling Stone a faite de DG dans une chambre d’hôtel à New York en 1982, DG parle de la cassette de la caisse enregistreuse pour le rythme 7/8 déterminant sur « Money ». L’interview a été publiée dans Musician Magazine, donc même à l’époque DG semait les graines de la fausse narration. Je cite textuellement ce passage de l’article :

David Gilmour

David Gilmour

David Fricke : « Vous avez enregistré les sons de « Money » sur une boucle de bande. » Gilmour explique : « Tu essaies d’obtenir l’impact de la caisse enregistreuse, ‘the snap, crack, crsssh’. Tu le marquais et tu mesurais la durée du rythme, et c’est le morceau que tu utilisais. Et tu le coupais ensemble. C’était des essais et des erreurs. Il suffit de découper les bandes ensemble, et si ça sonne bien, on l’utilise. Sinon, on enlève une section et on en met une autre. Parfois, on en mettait une et elle était à l’envers, parce que la coupe diagonale sur la bande, si on la retourne, est exactement la même. On mettait ça et à la place ça faisait « chung, dum, whoosh ». Et ça sonnait bien, alors on l’utilisait. »

Eh bien ! La raison pour laquelle tout ce que DG dit ici à David Fricke ressemble à du charabia, c’est parce que c’est du putain de charabia. Il n’a aucune idée de ce dont il parle. Pourquoi ? Parce qu’à moins qu’il ne se soit caché sous une putain de chaise, DG n’était pas là quand j’ai fait cette boucle SFX pour « Money » dans le studio que je partageais avec ma femme Judy au fond de notre jardin au 187, New North Road, Islington, à côté du North Pole Pub où je jouais aux fléchettes !

 

L’HISTOIRE COMPLÈTE DE CE QUI S’EST RÉELLEMENT PASSÉ SE TROUVE DANS MES MÉMOIRES !

Alors, j’espère que cela a aiguisé votre appétit, ainsi que celui de David et Polly 😂

Je t’aime

R.

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.