Un demi-million de dollars pour des collector’s de Bob Dylan

Tony Glover

Tony Glover

Décidément, quand on aime, on ne compte pas. Ou si peu. Une série de collector’s de Bob Dylan appartenant à son pote Tony Glover comprenant des lettres, des paroles inédites et le texte manuscrit de « Blowin’ In the Wind » se sont envolés pour près d’un demi-million de dollars, au cours d’une vente aux enchères.

DylanOrganisée par la société RR Auction Company, cette vente aux enchères exceptionnelle a dispersé de bien précieux objets voués au culte du Dieu Dylan. Ils appartenaient à Tony Glover, ami et collègue musicien de Dylan, décédé l’an passé. La collection de collector’s Dylan appartenant Glover comprenait des lettres personnelles et les transcriptions d’une interview réalisée par Glover et annotée à la main par Dylan  dont on vous avait parlé au début du mois ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/50-ans-plus-tard-on-decouvre-que-bob-dylan-a-ecrit-lay-lady-lay-pour-barbra-streisand.html  ). RR Auction a déclaré vendredi que la collection avait généré près de 500 000 dollars. Dans une lettre dactylographiée et signée, envoyée depuis le chalet de Bearsville, New York, de son manager Albert Grossman, Dylan qualifie de « groovy » les Beatles John Lennon et Ringo Starr après les avoir rencontrés pour la première fois en 1964.

« Le rythme soutenu et le style lyrique fluide de la lettre semblent refléter la manière même dont il a abordé le processus d’écriture des chansons, avec l’écrasement des touches de la machine à écrire presque audible à la lecture de la page, vendue pour 36 187 dollars », a déclaré la société RR Auction Company dans son communiqué ».

Les paroles de « Blowin’ in the wind », datées de 2011 et signées par Dylan, ont atteint le prix le plus élevé, 108 253,75 dollars, toujours selon RR Auction Company. Letter DylanPendant ce temps, des paroles inédites écrites lors d’un voyage en 1962 avec Glover et le musicien John Hammond Jr. pour rendre visite à Woody Guthrie au State Hospital de Brooklyn se sont vendues 38 781 $.

« Mes yeux sont fendus, je crois que j’ai été piégé / Je ne me souviens plus du son de mon nom / Qu’est-ce qu’il t’a appris ? J’ai entendu quelqu’un crier / Il t’a appris à faire la roue et à te détendre / Il t’a appris à révéler, à respecter et à te repentir du blues / Non Jack, il m’a appris à dormir à ma place », a écrit Dylan dans ce texte jamais publié de 1962. La société de vente aux enchères RR a déclaré que les paroles concernaient les expériences de Dylan avec la légende du blues Big Joe Williams. Elle a cité Glover qui se souvient du voyage et de l’écriture de Dylan dans « No Direction Home », un documentaire de 2005 :

 » [Hammond] conduisait, j’étais sur le siège avant, et Bob était à l’arrière. Et à un moment donné, il a commencé à griffonner quelque chose sur un morceau de papier… C’était comme un petit poème. Nous parlions de Big Joe Williams. Parce qu’il avait rencontré Big Joe à Chicago, et j’ai joué avec Big Joe Williams [aussi]… Et j’ai pensé que [les paroles] résumaient bien Big Joe Williams, vous savez, et l’attitude de Bob envers lui aussi.

DylanLa transcription de l’interview de 1971 entre Dylan et Glover a également révélé que Dylan avait écrit « Lay Lady Lay » pour Barbra Streisand. Or, durant des décennies, on a cru que cette chanson avait été écrite pour le film « Midnight Cowboy » de 1969. Les transcriptions auraient été réalisées pour un article d’Esquire que Glover avait écrit, bien qu’il n’ait jamais été publié. Dans l’entretien qui s’est déroulé le 24 mars, il est clair que Dylan avait écrit la chanson pour Streisand:

« Vous avez dit que « Father of Night » avait été écrite pour une pièce de théâtre, et  que « Lay Lady Lay » a été composée pour Midnight Cowboy », a interrogé Glover.

« En fait, elle a été écrite pour Barbra Streisand », a répondu Dylan.

Selon RR Auction, Glover s’est liée d’amitié avec Dylan à ses débuts sur scène dans les bars de de Minneapolis. « Il était l’un des rares amis de Duluth avec lequel Dylan était resté en contact après s’être installé à New York. La maison de vente aux enchères a déclaré que la succession de son client était « ravie » des sommes obtenues.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.