THE SHOES : « Chemicals »

Partager

the shoes

Après Daft Punk, Woodkid, et désormais the Shoes, la France peut s’enorgueillir de posséder une incontestable maitrise de la scéne électro. Avec ce puissant 3éme CD intitulé « Chemicals », le duo post-atomique originaire de Reims se qualifie sans peine dans le peloton de tête des disques de l’année.

the-shoes-chemicalsAu début, franchement je n’appréciais pas du tout the Shoes à cause d’un a priori à la con : au crépuscule des années 70, j’adorais…les Shoes, un groupe originaire de Zion dans l’Illinois qui avait sorti – entre autres-un joli brin de hit pop intitulé « Tomorrow Night » sur leur premier LP Elektra « Present Tense ». Mais comme je me refuse de demeurer un crétin tout le reste de ma vie, j’ai bien du admettre…que j’étais un écervelé de ne pas succomber à ce duo homonyme originaire de Reims. De plus, ils sont signés sur un petit label hexagonal qui nous a déjà apporté la claque magistrale de Woodkid : GUM (Green United Music). Mieux vaut tard que jamais, GBD fait son mea culpa et admet l’incontestable : the Shoes est un putain de groupe, doté d’une écriture sonore particulièrement originale. Guillaume Brière et Benjamin Lebeau appliquent à leur musique électronique la technique du hip-hop contemporain, un jeu subtil de séquences synthétiques superposées, ralenties, accélérées, décalées, parfois explosées, à l’image d’un kaléidoscope en 3D.

Enivrant champagne sonique

 

 

Parmi ses onze titres, « Chemicals » peut compter sur quelques hits solides, boostés par quelques featurings qualitatifs, qui mettent incontestablement l’imagination au pouvoir. Prenez « Drifted », sur ses vagues de synthés électro-choquées, the Shoes casse leur rythme, accélérant ou ralentissant au gré des césures, comme si Underworld rencontrait la quiétude de the Blue Nile. Même combat pour l’excellente « Feed the Ghost » qui oscille entre la pop planante de Todd Rundgren et les palpitations rétro-futuristes du Yellow Magic Orchestra. C’est certain, the Shoes a également beaucoup goûté à la New Wave d’OMD, New Order et Depeche Mode, mais qui saurait le leur reprocher ? Et si mon titre favori « Vortex of Love » puise ouvertement à cette source des 80’s, le « traitement » du son est lui par contre résolument tourné vers nos années connectées. Il faut également compter avec l’irrésistible et émotionnelle « Give It Away », pulsée par un funky beat rafraichissant aussi cool qu’harmonieux. Enfin « Instead » et son rythme délicatement hip-hop évoquent le Canadien à succès the Weeknd. Bref, d’un bout à l’autre de ce précieux CD, l’émotion à l’état brut transpire entre les nappes de synthés, trames subtiles en marque de fabrique du pétillant duo rémois et de son enivrant champagne sonique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *