SELENA GOMEZ : « Revival »

Partager

 

selena-gomez-good-for-you-shoot-1

Second CD solo et cinquième album ( tout de même ), la jeune -23 ans !- Selena Gomez nous propose sa « résurrection » et, contrairement à toutes les attentes, son « Revival » est aussi bien gaulé qu’elle. En 16 chansons et quelques tubes incontestables, on peut dire que Selena aime nous surprendre. Entre Janet Jackson et Jennifer Lopez, avec vingt ans de moins, la jeune et jolie latina de la pop US n’a décidément pas fini de faire des ravages.

 

Selena Gomez "Revival"En novembre 2014, je signais dans Gonzomusic un méchant papier sur « l’invasion des bimbos de la pop US », égratignant au passage miss Gomez. Pourtant, quelques mois plus tard, je faisais déjà amende honorable, comme on dit, avec le titre de Zedd, « I Want you To Know » où la miss imposait sa moue badine et son joli petit brin de voix sur fond de beat électro imparable . Et aujourd’hui, il faut bien admettre que Selena Gomez transforme l’essai avec son « Revival ». Certes, toutes ces 16 chansons ne sont pas à inscrire au patrimoine de l’humanité, néanmoins les amateurs éclairés de jolis bijoux pop ne seront pas déçus. Quant, aux autres, je comprends leur a priori. Pas facile d’admettre qu’une ex-princesse Disney à la Britney Spears où à la moitié de Lovato – ben oui quoi, une Demi Lovato, c’est la moitié, non ?- puisse ainsi se métamorphoser ! Alors « My Revival » qui ouvre l’album prend ainsi tout son sens : c’est une réincarnation, une nouvelle Selena qui s’offre ainsi à nous, sensuelle et sans suite, comme le disait si bien Serge. Pop balade sensuelle, « Revival » est franchement digne d’une Janet Jackson- qui revient d’ailleurs avec un excellentissime nouvel album « Unbreakable » dont nous reparlerons très bientôt-. Mais les choses sérieuses commencent vraiment avec l’insouciante « Kill Em’ With Kindness », littéralement « tue les avec gentillesse ». Néo-funky et électro, à l’instar de « I Want you To Know », elle est portée avec énergie par un drôle de gimmick siffloté. Et un fille qui siffle il n’y a pas à dire, c’est sexy !

 

Une jeune diva électro-pop

 

 

 

Entre poperie et R&Berie, l’électrochoquée « Hands To Myself » produite par Max Martin- yes, le suédois comme son nom ne l’indique pas qui a « fait » le « Can’t Feel My Face » de the Weeknd …mais il signait déjà le « Baby One More Time » de Britney en 99 !- compte aussi parmi les atouts de cet album. On passe sur la boudeuse amoureuse de « Same Old Old Love » – co-écrite par la cockney de choc Charli XCX- et l’électro « Sober », une victoire sur elle-même après une cure de désintox voici deux ans. C’est sans doute sur l’hyper sensuel duo « Good For You » avec le rappeur A$$ap Rocky qu’elle frappe le plus fort. « Je suis en 14 carats… », sussure t’elle, aussi lascive que Lana Del Rey lorsqu’elle se sent « raide à la plage » en pure pop-Valium. Avec « Me and the Rythm », Selena nous joue le retour de la petite sœur funky de Janet Jackson. C’est certain, nous ne sommes pas du tout dans le registre de « Times They’re a Changes » ou « Born To run», mais nul ne nous interdit d’aimer à la fois Rembrandt etle spetits Mickey, pas vrai ? Retour à la catégorie « hits » et, preuve que Selena peut désormais se passer de Zedd pour jouer les divas de l’électro-pop, « Survivors » me fait pourtant songer à une version «mutante de charme» du … « Love is a Battlefield » de Pat Benatar . Dans la seconde partie de l’album, elle semble retrouver ses racines latines avec deux titres qui lui donnent un petit air de Jennifer Lopez ou de Shakira. Ainsi, la fiesta continue avec « Me and My Girls » et son électro-flamenco-un poco loco, puis avec l’allumeuse « Outta My Hands ». Enfin, il faut également évoquer la délicate « Perfect » où Miss Gomez se pose en successeur de Mary J Blige dans un langoureux R&B et « Cologne » qui s’envole sur ses nappes de synthés aux faux accents de « In Your Eyes » de Peter Gabriel. Bref, cette Selena-là, avec son petit air cruche n’est vraiment pas celle que l’on croyait !

Voir dans Gonzomusic « L’invasion des bimbos de la pop US » et la kronik du CD de Zedd

L’invasion des bimbos de la pop US

L’invasion des bimbos de la pop US

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *