THE MANDALORIAN

The MadalorianC’est la toute première série issue de l’univers Star Wars, THE MANDALORIAN  se déroule après la chute de l’Empire et avant l’émergence du Premier Ordre et si cet élégant et spectaculaire spin-off, futuriste western intergalactique, se révèle juste addictif c’est que la Force est avec lui.

The Madalorian« Après les aventures de Jango et de Boba Fett, un autre guerrier émerge dans l’univers Star Wars. THE MANDALORIAN se déroule après la chute de l’Empire et avant l’émergence du Premier Ordre. La série dépeint un chasseur de primes solitaire aux confins de la galaxie, loin de l’autorité de la Nouvelle République. », tel est le pitch de cette première série labellisée Star wars.

Une figure familière se profile de dos, face à une étendue glacée, une figure qui ressemble étrangement à Boba Fett ; elle pénètre dans un saloon, une « cantina » version Star Wars et c’est comme si Clint Eastwood, le Blondie de « Le Bon, la Brute et le Truand » lui-même, débarquait en ville. Il est face au bar et un truand commence à l’invectiver. Le pauvre. S’il savait quelle dérouillée il allait prendre. Lui et ses deux copains mordent la poussière et le chasseur de primes se retourne vers un des clients du bar : sa cible. Un mandat d’arrêt holographique a été dressé contre lui.  « Je peux te ramener vivant ou refroidi », dit-il. Générique THE MANDALORIAN. Dehors, on est dans un décor planète des glaces modèle Hoth et c’est à couper le souffle : on se croit vraiment dans un des épisodes film de la fameuse saga. Sous la houlette de John Favreau, un habitué des films de l’univers Marvel, Lucasfilm et Disney le nouveau taulier n’ont semble-t-il pas lésiné sur les moyens. Notre pistolero et son prisonnier prennent un taxi local pour rejoindre son vaisseau spatial.

The MadalorianMais soudain à peine éloigné, le cab se fait dévore par un monstre du Loch Ness qui brise la glace et avale sa proie. Puis le monstre essaye en vain de s’attaquer au spaceship avant qu’il ne décolle vers les étoiles. Sous le masque on retrouve Pedro Pascal plus connu sous son sobriquet de Oberyn Martell dans GAMES OF THRONES. Dans le vaisseau du chasseur, sa prime tente le coup de la conversation, mais notre pilote demeure aussi mutique qu’incorruptible.  Du coup la « prime » trop bavarde se retrouve cryogénisée dans le métal, tel Han Solo à la cour de Jabba the Hutt dans «  Le Retour du Jedi ». Puis notre pistolero livre ses proies avant  d’accepter une nouvelle  mission que lui confie Greef Karga ( l’ex- joueur de foot US Carl Weathers vu dans tous les « Rocky ») patron de la Guilde des Chasseurs de Primes. Mais auparavant il doit rencontrer le mystérieux client, protégé par des Strorm Troopers impériaux qui lui remet une barre de précieux acier de Beskar à titre d’avance pour ramener vivant son prochain fugitif. Il repart en mission sur une planète désertique où il manque à nouveau de se faire bouffer par un couple de monstres. Plus tard éclate une vraie belle baston où, aidé par un chasseur de primes droïd auquel il s’est associé, cela sulfate dans tous les sens dans un décor de kripto- mission mexicaine modèle El Alamo et on se dit que notre THE MANDALORIAN n’a semble-t-il, pas fini de puiser ses racines dans les sources westerns. En tout état de cause, on est loin de rester sur sa faim et c’est juste magique de replonger, via cet élégant spin-off, dans notre chère Guerre des Étoiles.

 

Diffusée sur Disney + depuis le 12 novembre

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.