RIP Allan Williams, premier manager des Beatles

Partager

 

The Beatles 

One more pour la fucking Faucheuse, cette fois elle emporte Allan Williams, le tout premier manager des Fab Four. L’homme crédité pour avoir « découvert » les Beatles s’est éteint hier à Liverpool à l’âge de 86 ans. Pour beaucoup, il restera dans les mémoires comme un sacré filou.

 

Allan WilliamsD’abord à Liverpool, puis à Hambourg, le patron de club et promoteur Allan Williams a eu une influence majeure sur les prémices de la carrière des Beatles. Cependant, jusqu’à son dernier souffle, Williams aura continué à agir au nom du rock, puisqu’il était encore le propriétaire de son club, le Jacaranda, dans sa ville natale aux bords de la Mersey. Le club a d’ailleurs Tweeté  son hommage au « boss » disparu: « Ce jour notre fondateur et l’homme qui a découvert les Beatles nous a quittés. Allan Williams, jamais tu ne cesseras de nous manquer. Williams a managé les Beatles de 1960 à 1961 et c’est bien sous son impulsion que les futurs Fab Four vont décrocher ces fameux gigs fondateurs en Allemagne, qui façonneront à jamais le groupe le plus célèbre du Monde. Son Jacaranda, dans les années de l’après-guerre devient vite le point de ralliement de la jeunesse liverpudlienne, et tout particulièrement pour tous les aspirants musiciens. Macca, Lennon et Sutcliffe, en habitués des lieux, ont un jour demandé à Williams s’il les autorisait à se produire dans son club. Sa réponse positive a sans doute changé à jamais l’Histoire de la rock culture. Again, c’est Williams, accompagné de sa femme Beryl, qui conduire le fameux van des Beatles jusqu’à Hambourg. Paul McCartney se souviendra toute sa vie de cette camionnette moisie qui ne disposait même pas de sièges, forçant les jeunes musiciens à s’asseoir sur leurs amplis, durant tout le trajet jusqu’au port allemand. En 61, les Beatles signeront leur contrat de management avec un certain Brian Epstein et Williams s’inscrira à jamais dans l’histoire comme l’homme qui avait perdu les Beatles. Au début des 90’s, envoyés spéciaux à Liverpool pour un Evènement du Jeudi hor-série consacré à John, Paul, George & Ringo, avec le photographe Maurice Rougemont, nous avions, entre autres, rencontré Mike McGear, le jovial frangin de Paulo et l’oncle de John Lennon. Nous avions alors contacté Allan Williams, qui exigeait une liasse de £ivres pour nous parler,  ce qui heurtait notre conscience journalistique, nous forçant à décliner l’ITW. Je pense, sans trop m’avancer, que Williams devait être un sacré filou, mais dans le rock and roll les escrocs ne sont-ils pas si souvent sympathiques ? La preuve par Malcolm Mclaren,  Gary Kurfitz( Ramones, Blondie, Talking Heads), Michel Esteban (ZE) ou Jean KaraKos( Celluloïd, la Lambada) 😉

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *