Disparition du légendaire batteur Alphonse Mouzon

Partager

 

Alphonse_Mouzon_ 

Et ça continue…comme le dieu barbare Baal, 2016 continue d’engloutir d’inestimables et précieux musiciens. Le légendaire batteur Alphonse Mouzon s’est, hélas, éteint hier à Los Angeles, terrassé par un arrêt cardiaque, provoqué par un cancer de type carcinome diagnostiqué cette année. Le musicien avait, entre autres, accompagné Weather Report, Miles Davis, Herbie Hancock et Larry Coryell. Il n’avait que 68 ans.

 

Alphonse_Mouzon_Le 7 septembre dernier, lorsqu’il est sorti de cet hôpital de LA, pour Alphonse Mouzon c’est comme si le sol s’était soudain dérobé sous ses pieds. Les médecins venaient de lui confirmer l’horrible diagnostic : il souffrait d’un carcinome, un type rare de cancer cutané. Le batteur a poussé son dernier souffle hier, chez lui, à Los Angeles. D’origine cajun et indienne Blackfoot, Mouzon né à Charleston, en Caroline du Sud. Après des études musicales, il rejoint bientôt New York, où il décroche ses premiers engagements, avant de rejoindre Weather Report. Alphonse Mouzon est si doué qu’il parvient à décrocher son premier contrat sur le prestigieux label Blue Note en 72 : il n’a que 24 ans. Le batteur prodige enregistrera plus de vingt albums solos et participera à des dizaines et des dizaines d’enregistrements comme session-man auprès de héros du jazz et du rock. On l’entendra ainsi aux côtés de Stevie Wonder, Eric Clapton, Jeff Beck, Santana, Chubby Checker ou Robert Plant. Son collègue ?love de the Roots a publié le plus émouvant des hommages sur son compte Instagram : «  Si vous demandiez à John Bonham de Led Zep qui était son batteur héros, sans aucun doute il déclarerait que le grand Alphonse Mouzon était le plus grand de tous. Et c’est une citation exacte. Je ne peux même pas COMMENCER à vous décrire l’immense influence que sa manière de battre a pu avoir sur moi. Repose en beats Alphonse ! ( Rest in Beats Alphonse) »

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. pierre ( ski fischer ) dit :

    ça commence fort…certaines de mes références jazz rock : jaco pastorius, weather report, pat metheny et une de mes idoles de jeunesse le grand MILES…
    un univers sans limite pour le jeune batteur que je fut … mais la pop rock et la cold wave me rattrapèrent bien vite… plus adaptées à mon modeste niveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *