RAISED BY WOLVES

Raised By WolvesC’est sans doute la série de SF la plus cruciale à porter la marque Ridley Scott depuis l’excellent THE MAN IN THE HIGH CASTLE, et elle est particulièrement  identifiable avec ce superbe RAISED BY WOLVES dont les images futuristes évoquent son “Prometheus” de la plus troublante et spectaculaire manière.

Raised By Wolves« Nous étions les premiers, des pionniers, mais nous n’avions pas peur. Nous savions que quoiqu’il advienne nous serions toujours en sécurité sous la protection de mère et père. » La voix du narrateur est celle de Campion, un jeune humain élevé sur une planète hostile. Après que la Terre se soit déchirée par des conflits religieux et que la race humaine soit au bord de l’extinction, un architecte athée et androïde envoie deux de ses créations, baptisées Mère et Père, pour fonder une colonie pacifique et mécréante sur la planète Kepler-22b. Ils tentent d’élever des enfants humains dans cette mystérieuse terre vierge, une tâche difficile qui va se retrouver compromise par l’arrivée du Mithraic, un ordre religieux fanatique dévoué aux humains survivants.  Images de planètes,  puis Kepler 22b ; atterrissage d’un étrange vaisseau. Un couple vêtu d’une combinaison moulante latex parvient à s’en extraire avant qu’il ne tombe dans un ravin. Le paysage désertique est incroyable, il ressemble un peu à Joshua Tree. Une tente circulaire se déploie automatiquement, les deux androïdes ouvrent différentes flight cases. « Es-tu prête mère ? » demande-t-il à sa compagne qui vient de s’allonger. « Initiation » et il lui branche des petits câbles dans le ventre . « Cables ombilicaux en place ». « Rends les actifs », lui dit-elle. Neuf mois plus tard… les câbles reliés à des bains d’une substance gélatineuse révèlent six bébés. Mais l’un semble ne pas respirer. « Laisse-moi le tenir entre mes bras », affirme-t-elle. Elle le serre contre sa peau et commence à lui chanter une berceuse. Soudain, le bébé s’éveille à la vie et se met à pleurer. Le narrateur poursuit : « C’était dur de nous garder en vie, mais mère et père ne se plaignaient jamais. Jamais ils ne semblaient fatigués ou de mauvaise humeur, comme ils ne se ménageaient jamais de temps pour eux-mêmes. Mais ils faisaient toujours en sorte que nous soyons heureux ».

Raised By WolvesLes six enfants grandissent, ils ont cinq ans, portent les mêmes combinaisons moulantes latex et font résonner leurs rires joyeux sur cette planète.  Mais une petite fille décide de sortir seule pour aller jouer. Mère et père s’en aperçoivent et partent à sa recherche. Mais, hélas, elle est tombée dans le ravin. Mère pousse alors un cri de bête de douleur, comme un loup. RAISED BY WOLVES ! 4 ans plus tard… quatre enfants n’ont pas survécu sur les six. Et l’un des deux survivants a attrapé la fièvre qui a déjà tué ses frères et sœurs. Pendant l’enterrement mère a un bogue… car si on pouvait en douter depuis le début mother et father étaient effectivement des androïdes. Et Campion le kid survivant est un des derniers représentants de l’espèce humaine. Mère est en train de lâcher, ses circuits ont trop tourné. Avec Père, Campion essaye d’atteindre le vaisseau tombé dans le ravin. Mais mother l’apprend, elle pète les plombs et zigouille father. Carrément. Puis, Campion retourne au ravin et arrive à atteindre le vaisseau, avant de le remettre en fonction, mais il est déséquilibré et achève de s’abimer tout au fond, parvenant néanmoins à envoyer un signal de détresse. Et, justement, des types se pointent. Ils viennent d’une arche spatiale. Ils ont grillé que mère était un androïde. Et ils veulentpiller leur récolte et menaçant d’abandonner mère sur la planète. Devant son refus, leur androïde tente alors de massacrer mère… mais elle est coriace. Elle le neutralise, ainsi que deux des trois gars, juste en criant et poursuit le troisième jusqu’à son vaisseau… qu’elle parvient à bloquer avant d’y pénétrer et de lui faire la peau. Elle s’empare de dudit vaisseau et rejoint le vaisseau mère, en prenant son apparence. Et c’est le massacre, dés qu’elle hurle, les corps explosent devant elle. Elle ruine le vaisseau, mais sauve une poignée de gamins qu’elle ramène à Campion. C’est effectivement puissant comme un film d’anticipation du plus grand réalisateur de films d’anticipation.  En effet, RAISED BY WOLVES partage tout l’ADN de « Bladerunner » et d’« Alien », cette touche Ridley Scott qui nous attire et nous fascine depuis plus de quatre décennies. Fort de son succès et alors que le 8éme et dernier épisode sera demain à l’antenne de HBO, on sait déjà que l’addictive série de SF tournée dans le désert sud-africain fera l’objet d’une saison 2.

 Diffusée sur HBO Max depuis le 3 septembre

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.