PRINCE : HitNRun Phase One

Partager

 

Prince

C’est son 33éme album studio en 37 années d’une carrière solide comme le roc, Prince Roger Nelson nous revient avec « HitNRun Phase One », une nouvelle collection de dix titres agités où, comme à l’accoutumée, le rock et le superfunkycalifragisexy s’électrochoquent joyeusement. Est-ce le meilleur album EVER du Kid de Minneapolis ? Franchement, non…mais c’est loin d’être le pire. Les aficionados en resteront scotchés, les autres ne seront guère plus subjugués. Match nul.

 

PRINCE : HitNRun Phase OneDés les premières notes de « Million $ Show » qui ouvre l’album, Prince active la fonction nostalgie. « Don’t worry, I won’t hurt you, Ionly want to … », suivi de « Dearly beloved we are gathered today to… ». En clair, il enchaine l’intro de « 1999 » publié en 83 avec celle de « Let’s Go Crazy » sorti en 84…pour nous transporter à nouveau vers ce funky univers qui ne sied qu’à Sa Principauté. Épaulé par la super-choriste Judith entendue au fil des albums et des ans successivement aux côtés de Michael Jackson, d’Elton John ou encore de Stevie Wonder, le Kid de Minneapolis tient ses promesses d’un grand show paradoxalement aussi cool qu’énergique. Mais notre héros ne se contente pas de rouler en regardant inlassablement dans le rétroviseur, il fonctionne à l’instinct et celui-ci lui permet de glaner les vibes de ces années 00, des vibes forcément électro, qui viennent ici pimenter le beat bodybuildé de « Shut This Down ». Tout aussi efficace, « Ain’t About To Stop » en duo avec Rita Ora tient toutes les promesses de son titre : celles d’un rythme endiablé que rien ne peut arrêter…pas si éloigné que cela d’un « Bad Blood » de Taylor Swift. Prince n’a jamais caché la filiation secrète qui le lie au Funkadelic George Clinton- qu’il avait d’ailleurs signé dans ses années fastes du label Paisley Park-, « Like a Mack » brille effectivement des couleurs vives de Parliament sur un rythme chaloupé pulsé par les cuivres et adrénalisé par la présence des deux Curly Friz, duo atomique de danseuses choristes, que l’on a pu voir entre autres aux coté de Rihanna. Surprenant, Prince reprend « This Could B Us », un de ses titres de son CD précèdent, « Art Official Age ».

Fallinlove2nite

Et toujours au rayon réchauffé, il nous ressert la fabuleuse « Fallinlove2nite », découverte voici déjà quelques mois au cours de la série télé New Girl où Prince, dans son propre rôle, joue les Pygmalion pour Zoey Deschanel et l’interprète live en duo avec elle. Et, tant pis, si je préfère l’originale de New Girl à cette version « Zoey Deschanel free », « Fallinlove2nite » reste un putain d’irrésistible hit à danser. Sur une pure base funk, Prince colle une petite touche électro et puis voilà…comment une simple ritournelle se transforme en tube potentiel. En 92, lorsque Prince n’était plus Prince mais l’énigmatique «  Love symbol » il nous avait f-déjà gratifié de l’ego-trip « My Name Is Prince », cette fois c’est « Mr Nelson », une composition puissante au groove quasi hypnotique, dopé par la présence de Lianne La Havas, la nouvelle coqueluche de la scène folk-soul British. Enfin, sans doute en clin d’œil à son « International Lover » de 83, Prince le serial lover achève ce « HitNRun Phase One » par le slow cool sexy « June » …Phase One ? Cela signifie-t-il que nous allons à un moment donné switcher à un Phase Two, voire Three ? Wait and see…avec Prince, justement, on ne sait jamais !

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *