Bob Dylan live au Beacon Theater

DylanSouvenirs d’un show grandiose de notre Zim’ universel qui poursuit inlassablement sa tournée sans fin amorcée le 7 juin 1988, l’ami Zak Alister raconte SON concert de Bob Dylan à New York : « Après un hiatus de 2 ans de son « Never Ending Tour », pendant lesquels il m’a tellement manqué, Bob Dylan est revenu au Beacon Theatre à Manhattan pour 3 concerts divins ».

DylanPar Zak Alister

Bob Dylan alternant entre versions exactes à couper le souffle de 8 des morceaux sur son dernier et sublime disque « Rough & Rowdy Ways », et une fois de plus, les grands classiques que nous connaissons tous, mais réarrangés, à réécouter comme la première fois (de nouveau…) L’accompagnant depuis toujours, Tony Garnier – basse, Don Herron – Pedal Steel et Bob Britt (replaçant Charlie Sexton en tournée avec Elvis Costello), et  deux nouveaux compagnons, Charley Drayton à la batterie, qui avait déjà tourné avec Dylan dans les années 90s, mais à l’époque tenant la basse et Doug Lancio -guitare. La lumière orange sur les rideaux du fond d’une scène dépouillée, dispersée venant du sol en verre blanc fumé, met l’accent sur la musique, non vers les musiciens, qui restent subtils, en accords fluides dans et avec la musique.

Bob n’a jamais été en meilleure voix, profonde, pleine, en contrôle de toutes les nuances de ses diphtongues, les étirant pour rattacher sa musique autour de ses propres mélodies Blues et Gospel.Un son précis, équilibré de l’équipe du son, je ne sais si celle du Beacon ou de Dylan, mais : chapeau bas et remerciements infinis ! Bob et son « Never Ending Band » donnent tout et laissent tout sur scène. Un bonheur de l’entendre, de le voir une fois de plus. Un si bon feeling, ses paroles encore si à propos dans ce monde déchiré. Si cathartique, qui donne chaud au cœur par sa présence, nous en sommes pris, intimement émus par son groupe et lui.

 

Le set-list !  S’il passe en ville, allez-y :

 

Watching The River Flow

Most Likely You Go Your Way & I’ll Go Mine

I Contain Multitudes

False Prophet

When I Paint My Masterpiece

Black Rider

I’ll Be Your Baby Tonight

My Own Version Of You

Early Roman Kings

To Be Alone With You

Key West

Gotta Serve Somebody

I’ve Made Up My Mind To Gove Myself To You

Melancholy Mood

Mother Of Muses

Goodbye Jimmy Reed

Every Grain Of Sand

NB: Bob Dylan ayant demandé au public de ne pas prendre de clichés du show Zak Alister notre Dylanophile de choc ( Voir sur Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/?s=Zak+Alister+  ) s’est plié aux exigences du Zim’… d’où l’absence de photos en live…

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.