NICOLETTE LARSON À PARIS

Nicolette LarsonVoici 40 ans dans BEST GBD tombait sous le charme de la belle Nicolette Larson, protégée de Neil Young qui avait composé pour elle l’irrésistible balade « Lotta Love ». La native du Montana était à Paris pour évoquer son troisième LP « Radioland », produit par le réalisateur attitré des Doobie Brothers, Ted Templeman pour lequel elle continuait toujours de vocaliser assurant les chœurs de leurs albums. Flashback…

Nicolette LarsonRétroactivement, en relisant ces lignes, je me trouve un peu dur avec Nicolette Larson, sur le thème… ah mais elle n’est pas aussi jolie que je l’imaginais. J’étais jeune et con et je le regrette aujourd’hui, surtout à l’aune de la disparition bien trop précoce de la chanteuse américaine à seulement 42 ans en 1997, morte d’un œdème cérébral et d’une défaillance du foie sans doute à cause d’un abus de Valium. Mais la brune vocaliste aura eu une vie artistique bien remplie, accompagnant de sa voix cristalline nombre de stars US telles Emmylon Harris, Linda Ronstadt, Graham Nash ou encore Van Halen. Mais c’est surtout sur les LP de Neil Young, qui lui offre son plus gros hit « Lotta Love » et ceux des Doobie Brothers qu’elle se distingue. Nicolette Larson devient également une chanteuse country réputée, vocalisant sur la scène de Nashville jusqu’à la fin de sa bien trop courte carrière.

Publié dans le numéro 153 de BEST sous le titre :

 

Nicolette LarsonDOOBIE SISTER

 

Elle n’écrit pas. Elle ne compose pas. Elle ne tripe pas non plus sur la radioactivité. Nicolette Larson se contente de chanter et de laisser pousser ses cheveux… La première fois que j’ai entendu Nicolette, c’était au détour de la face 3 de« No Nukes »: « Lotta Love », une chanson de Neil Young où sa voix s’envolait doucement grâce aux réacteurs puissants de nos copains les funky Doobies. Jolie carte de visite pour, une débutante! Pour retrouver Nicolette, je n’ai pas pris le vol AF 756 pour LA et j’ai laissé mes liasses de dollars à la maison. J’ai seulement glissé mon ticket jaune dans la fente de la machine: direction «right coast », un palace prés des Champs. Dans une chambre du 4ème étage, Nicolette finit de se maquiller. Il est 11 h du mat et le square-dance des journalistes va pouvoir commencer. Are you ready… Trois coups frappés et la porte de la chambre 425 s’ouvre sur un joli sourire de California girl. Moi, je suis un peu déçu: Nicolette est beaucoup moins chouette que sur ses photos. Tant pis! Elle s’assoit en tailleur dans un fauteuil et me demande tout de go si j’ai écouté son LP, ce que j’en pense et si je l’aime. Ça commence bien! « Radioland », c’est le troisième LP de la demoiselle. Produit par Ted Templeman (je ne saurai jamais s’ils sont encore ensemble ou pas), le disque a exactement le même son funky californien que les Doobies Bros. Normal, c’est aussi leur producteur et les Doobies au grand complet sont crédités sur sa galette polyvinylée. Et si on parlait un peu de « No Nukes » ?

«  «No Nukes », c’était vraiment le concert de I’année. C’était en septembre 79 au Madison Square Garden. En fait, j’étais surtout l’invitée des Doobies.

Comment te situes-tu par rapport aux nombreux problèmes posés par I ‘énergie nucléaire ?

En fait, je suis beaucoup moins militante que Bonnie (Raitt) ou Jackson (Browne). Je manque d’information sur la politique du nucléaire. Cela dit, c’est une cause juste que de vouloir la contrôler. Depuis I’accident de Three Mile Island, nous sommes conscients des risques courus. Aux States, par exemple, certaines centrales ont été édifiées dans des zones où il existe des probabilités de séismes. C’est très grave. Voir sur Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/jackson-browne-david-lindley-retour-a-diablo-canyon.html  et aussi  https://gonzomusic.fr/jackson-browne-episode-2-apres-le-deluge.html )

Est-ce toi qui a décidé de chanter « Lotta Love » ou quelqu’un I’a-t- il fait pour toi?

C’est moi qui I ’ai choisi. Il y a quatre ans, je passais des vacances,dans la ferme de Neil Young, au,Colorado. Neil est un garçon qui écrit énormément. Bien souvent, il laisse ses partitions trainer dans un coin pendant des mois sans jamais les enregistrer. Moi, je suis tombée par hasard sur «Lotta Love» et comme elle me plaisait, j’ai commencé à la chantonner tout en la décryptant. Neil m’a dit: « Si tu la veux, tu peux la prendre ». Et voilà !

En dehors de votre producteur commun, est-ce que tu t’entends bien avec les Doobies ?

Bien sûr on est de vrais copains. Ils jouent sur mes albums. Quant à moi, je chante sur leurs deux derniers LP, «One Step Closer » et « Minute by Minute ». Je crois qu’on adore travailler ensemble. Pour « Radioland », nous avons très peu répété avant d’enregistrer pour conserver la spontanéité d’un enregistrement public. Mon premier disque sonnait dix fois trop carré et ça ne me convient pas. J’ai envie que ceux qui m’écoutent se laissent gagner par le naturel. La chanson « Radioland » a été enregistrée en une seule prise. Tout comme la plupart des vocaux. On a fini d’enregistrer en 6 semaines: c’est très rapide ».

Nicolette LarsonNicolette a débarqué en 75 à Los Angeles. Pour elle, c’était le showbiz ou la mort. Ses petits copains de l’époque étaient déjà musiciens. Lorsqu’ils allaient répéter, la petite suivait fidèle comme une ombre. Un beau jour, l’ombre s’est emparée d’un micro qui trainait… Ted Templeman passait par là. Il I‘a tirée par les cheveux jusqu’à Burbank chez les frères Warner et le contrat rêvé n’a guère tardé. À suivre. Le seul problème avec ces yankees, c’est qu’on ne les voit jamais sur scène dans notre lointain hexagone : pour eux, Europe demeure encore une jungle sauvage et inexplorée. Il parait que c’est surtout une histoire de gros sous; les tournées coutent cher, tout le monde n’est pas Fleetwood Mac ou les Eagles. Vous qui êtes frustrés de votre ration quotidienne de West Coast, il vous reste une ultime solution : le congelé sur microsillons. Quant à Nicolette, si elle ne dégage pas en puissance comme Emmylou, si elle n’a ni le charme de Linda, ni le potentiel poésie de Joni, elle offre par contre une intéressante alternative au féminin sur la musique des Doobies. En fait, je parierai presque mon frisbee de compétition que Nicolette Larson et Mike Mc Donald sont, en fait, une seule et même personne, l’une étant la version transexuée de l’autre.

 

Publié dans le numéro 153 daté d’avril 1981BEST 153

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.