MUMFORD & SONS « Delta »

Partager

 

 Mumford & Sons

 

Porté par cette vibrante émotion éthérée qui est la marque de fabrique de Mumford & Sons depuis ses débuts, « Delta » ce 4éme épisode des aventures du groupe de Londres ne manquera pas de satisfaire grandement leurs aficionados tout en conquérant de nouvelles âmes par leur folk-rock grandiose du troisième type. Car comme son nom l’indique, ce « Delta » ne devrait pas manquer de vous faire…planer !

 

C’était en juin dernier, dans un château écossais sans doute garanti hanté, le Wardhill Castle situé dans le Aberdeenshire et appartenant au père de la mariée Seb Leslie, que Kit Harington alias Jon Snow épousait Rose Leslie, alias Ygritte la troublante « sauvageonne » rousse aux yeux verts de GAME OF THRONES ( voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/love-story-dans-game-of-throneset-dans-la-vraie-vie.html ) en présence de la quasi-totalité des « talents » de la fameuse série télé…et d’une certaine mais discrète rock star, leur ami Marcus Mumford, qui jouera pour les invités les troubadours dans la soirée avec son groupe Mumford & Sons. Si l’équation GOT/Mumford & Sons/ château écossais fonctionne aussi bien, c’est qu’elle va au-delà de la simple amitié entre Kit , Rose et Marcus. Cela tient sans doute au caractère de cette formation si particulière, dont le cool folk aérien percute la pure tradition british. Entre Cat Stevens, Pink Floyd et Radiohead avec ses réminiscences des Moody Blues et de Procol Harum,  le discret Mumford & Sons est sans doute aujourd’hui un des groupes les plus populaires du Royaume-Uni et, si l’on pouvait en douter, la présence de Marcus Mumford dans le classement du Sunday Times des musicos anglais et irlandais les plus riches du monde (Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/les-vieux-riches-rock-et-les-nouveaux-riches-toc.html ) avec 19 millions d’€ générés l’atteste de la manière la plus cinglante. Car si Mumford & Sons ne défrayent pas les chroniques people des magazines, c’est bien à la qualité extrême de leur musique qu’ils doivent leur popularité. Et avec ce « Delta », elle n’est pas prête de faiblir.

Les Mumford & Sons se ménagent un avenir doré

Mumford & Sons

Produit par Paul Epworth (Adele, Lana Del Rey, Florence and the Machine,Coldplay, London Grammar, U2 etc…) ce climatique et mélancolique quatrième album nous transporte sur ses délicates vibrations hivernales. Winter is coming…comme dans GOT, pourrait être le leitmotiv de ce « Delta » dés le premier titre, ce « 42 »gorgé d’harmonies. Lumineux, le single « Guiding Light » s’inscrit dans la trame de cet album hanté par ce que le claviers Ben Lovett qualifie des 4 D : death, divorce, drugs, depression ( mort, divorce, drogues, dépression). Sans doute moins folky que son prédécesseur « Wilder Mind, sous la houlette de son producteur, « Delta » laisse une place bien plus large à l’expérimentation avec des instruments acoustiques passés à la moulinette de l’ordinateur, comme le prouve la climatique « Woman ». Capturé dans une ancienne église transformée en studio, The Church, souvent utilisé par Dave Stewart durant ses années Eurythmics, l’album porté par des cordes prend des allures lyriques à la Pink Floyd avec l’élégant « The Wild ».  De même la mystique et mélancolique « October Skies », qui reflète toute la grisaille de l’automne, partage cette grandiloquence floydienne. Cependant Mumford & Sons s’engagent également aux confins du beat trip hop avec l’étrange et entêtante « Picture You » qui illustre parfaitement la veine rétro-futuriste adoptée par le groupe anglais. Couleur country avec « Forever » ou blues folk sombre qui monte peu à peu en apothéose pour la chanson-titre, avec ce solide album les Mumford & Sons se ménagent un avenir doré aux plus hauts sommets du rock made in England.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.