Moby se paye Trump again et c’est si bon !

Partager

 

 

John Miller 

Voici quelques jours, Moby publiait son dernier clip intitulé « In This Cold Place ». Confiée à l’artiste de l’animation anglais Steve Cutts, la vidéo attaque directement Donald Trump en recyclant et modifiant de vieux dessins animés américains des années 30 ou 40. Du coup, des tas de groupes d’extrême droite s’en prennent à Moby, lequel a décidé de leur répliquer avec humour, via un communiqué signé d’un certain John Miller…pseudo utilisé justement par Trump dans les années 80, un fake porte-parole pour des fake news !

 

 

« Cette vidéo est VRAIMENT TERRORISTE ! C’EST SI TRISTE » écrit ce fameux John Miller, avant de poursuivre, « mon patron DONATLD J TRUMP est le plus présidentiel de tous les présidents. Dans ce clip on le voit en swastika avant de se transformer en anus et de porter des chaussons-lapins. TRISTE. Moby et Steve Cutts sont des #FAKENEWS. Quant à la Russie ? TRUMP n’est PAS russe. Mon boss DJT ne parle pas russe #ALLIÉS

Signé John Miller »

« In This Cold Place »

Répression

Sacré Moby ! Toujours le mot pour rire et toujours l’art de verser le sel dans les plaies ouvertes. En février dernier, il attaquait déjà Trump sur ses accointances avec Poutine et son régime autoritaire ( voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/moby-se-lache-grave-sur-trump.html ) cette fois, il utilise l’arme artistique pour s’attaquer à nouveau au 45 éme Président US. Extrait de son dernier CD « More Fast Songs About the Apocalypse », ce titre « In This Cold Place » est illustré par de vieux cartoons recyclés. A l’automne dernier, Cutts avait déjà réalisé pour Moby le clip de son titre “Are You Lost In the World Like Me” qui détournait déjà de vieux dessins animés. L’artiste Steve Cutts s’en explique : « Selon moi, ce format vidéo basé sur d’anciens dessins animés très connus était une bonne manière de représenter le cirque qu’est la société moderne, de dénoncer par ce biais le consumérisme, la cupidité, la corruption et notre propension naturelle à l’auto-destruction. Cela déplore aussi la façon dont les dessins animés pour enfants enrobent la réalité d’un manteau de sucre, et la publicité, qui dépeint les animaux comme des êtres imbéciles, heureux que l’on se serve d’eux pour faire de l’argent et dont les personnages sont toujours fiévreusement obsédés par telle ou telle marque de produit ».

George Orwell ne s’en prenait pas autrement avec ses animaux d’Animal Farm 😉

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *