Mellano Soyoc au Petit Bain

Mellano SoyocMellano Soyoc… Soyoc Mellano, on peut dire que ces deux-là font rudement la paire. À ma gauche, l’immense Mona Soyoc, puissance vocale si originale issue de KaS Product, à ma droite Olivier Mellano, guitariste multi-instrumentiste et producteur rudement capé passé, entre autres, par Complot Brunswick et Dominic Sonic. Épaulés par un batteur frénétique, leur nouvelle formation a joué les grandes marées hier au Petit Bain. Moi qui n’avais pas vu Mona sur scène depuis des lustres, sa performance généreuse et incendiaire a su profondément me toucher.

Au début des années 80 RCA mise sur deux nouveaux groupes : les Parisiens d’Orchestre Rouge et les Nancéens de KaS Product, au point de leur organiser une mini-tournée commune en Angleterre. Et c’est au Venue, dans un club de Londres, que j’ai découvert ce drôle de duo nommé KaS Product, fer de lance de la New Wave française ( Voir sur Gonzomusic HOMMAGE A SPATSZ DE KAS PRODUCT ). Derrière ses claviers hypnotiques, Spatsz mène la danse, tandis que la volcanique Mona nous subjugue de sa présence magnétique. La Belle vocalise déjà en Anglais, qu’elle maitrise à la perfection. Hélas, le groupe se sépare en 86 après seulement trois albums. Mais KaS Product aura su marquer de sa manière si particulière la légende du rock Hexagonal. Heureusement, KP se reforme au milieu des années 2000 et se produit à nouveau en concert. Hélas trois fois hélas Spatsz, de son vrai nom Daniel Favre nous quitte soudainement en février 2019 ( Voir sur Gonzomusic Au revoir mister Spatsz). Mona dévastée va se consacrer à la rédaction d’un livre résumant l’épopée KaS Product. Mais en 2020 elle finit par rencontrer Olivier Mellano guitariste surdoué et vaillant touche à tout de la musique. Et cette rencontre va agir comme lorsque la nitro entre en contact avec la glycérine. Hier soir au Petit Bain je n’avais jamais entendu auparavant les 12 compositions inédites qu’ils nous ont offert et pourtant c’est comme si elles avaient toujours fait partie de nos vies. Déjà Mona est juste bluffante, avec une présence scénique colossale. J’écrivais déjà dans BEST qu’elle me faisait songer à Siouxsie, désormais elle peut aussi ajouter Kate Bush, Patti Smith et même Marlene Dietrich à sa galerie d’héroïnes.

Car vocalement, la Nancéenne est une tornade d’une puissance inégalée, qui se joue de ses cordes vocales comme d’un étrange instrument pour mieux nous subjuguer et toujours en Anglais. Sa voix passe allègrement du mode tempête à la douceur d’un calme plat, comme une Tesla passe de 0 à 100 kmh en 3 secondes. Mais Mona moulée dans sa robe à paillettes est aussi une magnifique performer, d’où la comparaison avec Kate Bush justement, qui maitrise à la perfection son corps et les expressions de son visage telle une comédienne du théâtre Nô japonais. Elle ne danse pas, elle flotte au-dessus des planches comme pour défier l’attraction terrestre. Musicalement, on est loin bien sûr des synthés de KaS Product. Épaulé par un excellent batteur, Mellano apporte son expertise rock et ses guitares climatiques, créant un nouvel environnement pour Mona Soyoc. C’est un peu comme lorsque Dave Gahan abandonne un moment les synthés de DM pour s’investir dans le rock organique des Soulsavers et bouleverser totalement sa manière de poser sa voix. Une heure durant passée trop vite Mellano Soyoc font vibrer la coque du Petit-Bain en parfaite osmose rock et je me dis que l’amie Mona a trouvé son Chris Stein, son Gerry Leonard (Voir sur Gonzomusic SUZANNE AND GERRY IN PARIS ) ou son David Byrne perso… et cette rencontre n’a pas fini d’apporter ses fruits. Pour info, le nouveau CD de Mellano Soyoc « Alive » est disponible depuis le 20 mai et doit être apprécié sans modération 😎

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.