Les Greta Van Fleet envoient du bois à Paris

Greta Van FleetIls ont emporté haut la main leur Zénith hier soir, nos Greta Van Fleet nous rappelant au passage l’étymologie de leur nom : une Gretna Van Fleet de 87 ans chez qui leur grand-père allait couper du bois dans leur petite ville de Frankenmuth dans le Michigan. Du coup, rien de surprenant à ce que le quatuor, composé des trois frangins Kiszka et de leur pote d’enfance Danny, envoie littéralement du bois en live confirmant ainsi leur incendiaire première galette « Anthem For the Peaceful Army ».

Greta Van Fleet liveGBD avait littéralement fondu comme neige au soleil en découvrant leur tout premier album, le puissant « Anthem For the Peaceful Army » ( Voir sur Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/greta-van-fleet-anthem-of-the-peaceful-army.html ). Et hier soir au Zenith de Paris, la formation de Frankenmuth a très largement confirmé l’essai face à un public hexagonal aussi conquis qu’hétéroclite. Jeunes, vieux, hard rockeux ou simples aficionados, comme pour Danette, tout le monde se lève pour Greta. Certes, avec juste un album à son actif, on se doutait bien que les GVF n’allaient pas nous emporter jusqu’au bout de la nuit. En tout, 12 titres débordant d’énergie dont une surprenante reprise du « The Music Is You » de John Denver, pour un show compact d’environ 90 minutes où le fantôme d’un certain dirigeable semblait inlassablement planer au-dessus de la scène. Vous l’aurez compris, en live comme sur disque la similitude avec Led Zeppelin se révèle absolument troublante. Et pour deux causes : d’abord il y a la voix de Josh Kiszka dont le timbre ressemble à s’y méprendre à celui de Robert Plant, mais aussi le jeu de guitare de son frangin jumeau Jake Kiszka n’a rien à envier à celui d’un certain…Jimmy Page. Donc rien de surprenant à ce que leurs vibrantes compositions telles que « The Cold Wind » qui ouvre le concert, « Age of Man », « Watching Over », « You’re the One » et surtout les imparables « When the Curtain Falls » ainsi que le brulot « Lover Leaver » offrent de telles similitudes avec leurs cousins anglais de Led Zep. Bon, petite déception, ce soir pas de « Whole Lotta Love », « Ramble On » ni même de « Stairway to Heaven » qui auraient ravi tous ces fans qui n’ont jamais eu le privilège de voir, comme moi, Page et Plant en concert, mais on ne peut pas en vouloir aux épatants Greta Van Fleet, n’est-ce pas ?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.