LE « TRUE FAITH » DE NEW ORDER REVELE UN NOUVEAU CONCEPT-ARTIST

Partager

 

True Faith 

 

Voici 30 ans dans BEST, GBD succombait à l’incroyable vidéo-clip de « True Faith » que New Order avait confié à un jeune  français inconnu dont c’était la toute première réalisation Trois décennies plus tard, Philippe Decouflé est au sommet. Chorégraphe génial, il sera révélé en 92 par son show fantasmagorique conçu pour l’ouverture des Jeux Olympiques d’Albertville. Flashback et naissance d’une superstar de l’art sous ses formes les plus diverses avec la toute première interview de sa vie.

 

 

True FaithChorégraphe allumé, vidéaste génial, danseur étoilé, maitre de ballet, metteur en scène fantasque et professeur Tournesol de shows carrément mégalomaniaques, nul n’ignore aujourd’hui qui est Philippe Decouflé. Mais à l’époque… lorsque je lui ai tendu mon micro pour évoquer cette toute première réalisation d’un prestigieux groupe British, Decouflé était un cool gamin de vingt-cinq piges. Aujourd’hui ses ballets, conceptions et autres chorégraphies se comptent par dizaine et la réputation du chorégraphe Français brille sur les cinq continents. Mais c’est pourtant dans un simple petit mag rock que tout a commencé, dans le numéro 232 de BEST…

 

Publié dans le numéro 232 de BEST

 True Faith

 

Premier clip réalisé par  Philippe Decoufflé, un jeune parisien ( il est ne fait né à Neuilly/s Seine) de vingt-cinq ans, le « True Faith » de New Order a bien failli imploser mon Trinitron Sony par le choc de ses images. Personnages mythiques et utopiques, les créations de Decoufflé, arlequins aériens, hommes-tortues et autres mutants télévisuels se mêlent au live du groupe obscur le plus lumineux de la planète. En fait, les New Order voulaient que Jean-Paul Goude signe leur clip, mais la french star n’était pas disponible. Bon zigue, Goude les a alors aiguillés sur Decoufflé : « Tout s’est passé si vite. Un jour j’ai reçu un coup de fil du management du groupe et 48 heures plus tard je tournais les New Order sur la scène du festival de Glastonbury. Comme je baragouine très mal l’anglais, je communiquais par gestes avec mes cadreurs. Ensuite j’ai bossé durant trois jours dans un studio parisien pour mettre en boîte le reste des images. Deux jours de montage et la vidéo s’envolait pour Manchester. »

Danseur, acteur, performer, Philippe Decoufflé est un vidéo-novice allumé comme un réacteur de fusée. « Pour moi le clip de New Order était une expérience fascinante, mais je ne sais pas si j’aurais encore envie de faire des vidéos-promo. En fait, je rêve en long métrage. Je me fais peut-être du cinéma, mais j’ai la fièvre du grand écran et il faut à tout prix que je l’exorcise. »

 

Publié dans le numéro 232 de BEST daté de novembre 1987

BEST 231 small

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *