Le rock est (un peu ) mort l’immense Charlie Watts a quitté le building…

Charlie WattsC’est un choc tellurique énorme… Charlie Watts, immense batteur et un des trois membres fondateurs des Rolling Stones restants est décédé à Londres tout à l’heure. Il était âgé de 80 ans. On savait qu’il était convalescent et son remplacement pour la tournée d’automne des Stones par Steve Jordan, le batteur des X-pensive Winos de Keith Richards n’était pas de bon augure. Pourtant on croyait tous que Charlie était éternel. Nous nous trompions… hélas. So long Charlie…

Charlie WattsC’est comme un cousin qui tire sa révérence, ou un vieil oncle qui a toujours su être à nos côtés. Charlie Watts, le batteur des Rolling Stones depuis 1963 n’est plus. Il s’est éteint voici quelques heures dans un hôpital de Londres, à l’âge de 80 ans.

« C’est avec une immense tristesse que nous annonçons le décès de notre bien-aimé Charlie Watts », indique le communiqué officiel avant de poursuivre, « Il est décédé paisiblement dans un hôpital de Londres plus tôt dans la journée, entouré de sa famille. Il était un mari, un père et un grand-père particulièrement aimé et l’un des plus grands batteurs de sa génération. Nous demandons que soit respectée en ce moment si difficile la vie privée de sa famille, des membres du groupe et de ses amis proches. »

Charlie WattsCette breaking heart news intervient tout juste quelques semaines après l’annonce que Watts ne participerait pas à la tournée US du groupe, qui se prépare, pour se remettre d’une intervention médicale, dont on ignore encore les détails. Cependant, pour mémoire Charlie avait été traité pour un cancer de la gorge en 2004. Il avait rejoint les Rolling Stones en janvier 1963, participant avec Mick Jagger, Keith Richards et Brian Jones à la Genèse du « plus grand groupe de rock du monde ». Fou de jazz, Watts les aura non seulement aidés à trouver leur son et à créer des classiques du rock, trop nombreux pour être énumérés, il aura aussi ouvert l’imagination des Rolling Stones et aura été incontestablement le ciment solide qui aura su préserver la cohésion du groupe et garanti le juste équilibre entre la nitro Jagger et la glycérine Richards. Résolument british, Charlie Watts était un immense musicien et aussi surtout un humain aussi drôle que flegmatique. C’est une perte immense pour l’humanité. So long, uncle Charlie… you will be missed…

 

 

 

 

.

 

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Yazid Manou dit :

    Félicitations à la rédaction musique de Télérama pour avoir re-publié sur leur site la belle et très rare interview que Charlie Watts avait accordée à Frédéric Lecomte (peut-être le journaliste le plus passionné des Stones) qui nous a quittés en juillet 2020.

Répondre à Yazid Manou Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.