LE CLUB DES 27

Pierre Mikaïloff C’est sans doute l’un des bouquins rock les plus passionnants du moment, LE CLUB DES 27 par Pierre Mikaïloff nous offre de partager 27 destins brisés, de musiciens connus ou inconnus qui ont tous disparus à l’âge fatidique de 27 printemps. Car si l’on connait tous les funestes détails des vies fracassées de Jimi, de Janis, de Jim, de Brian ou de Kurt, bien d’autres artistes hélas, bien moins médiatisés, n’ont jamais survécu à cette fatidique 27ème année.  Quelque part, LE CLUB DES 27 les fait tous revivre sous nos yeux.

Le club des 27Je ne vous présente plus Pierre Mikaïloff, (Voir sur Gonzomusic PIERRE MIKAILOFF  AUTEUR ROCK PAR EXCELLENCE , AUSWEIS, UNE NOUVELLE INEDITE DE PIERRE MIKAILOFF et aussi ADIEU À LAURENT SINCLAIR PAR PIERRE MIKAÏLOFF ) guitariste rock au sein des légendaires Désaxés ( Voir sur Gonzomusic LES DÉSAXÉS AU 7éme CIEL ), journaliste, auteur, biographe rock éclairé et ardent contributeur de Gonzomusic dont le dernier ouvrage LE CLUB DES 27 compile les 27 destins brisés de 27 musiciens, tous décédés à 27 ans, qui ont définitivement rejoint ce triste Club des 27. Superbe bouquin, magnifiquement illustré, LE CLUB DES 27 se dévore d’une seule traite. Overdose, bien sûr, mais aussi suicide, pendaison, électrocution, accident de voiture ou carrément assassinat, si les causes sont multiples, le résultat est hélas le même :  un gâchis artistique et une terrible perte pour la musique. Rencontre avec l’auteur.

« Donc Pierre tu as 26 ans et demi, donc il ne te reste plus que 6 mois à vivre. Cela ne t’inquiète pas trop ?

Alors ça ne m’inquiète pas parce que je n’ai pas le même mode de vie que tous ces artistes qui sont dans mon livre.

C’est une super idée d’avoir consacré un bouquin au Club des 27 et à ma grande surprise, moi qui croyais qu’il y en avait que 7 de de vraiment connus, là tu nous en sors 27. Alors, on va d’abord parler des connus, tu n’en as oublié aucun. De Hendrix à Kurt Cobain en passant par Brian Jones, Amy Winehouse. Et bien entendu Robert Johnson pour ceux qui sont un peu plus pointus qui connaissent le blues.

Il est un petit peu le premier on peut même dire qu’il est le membre fondateur du Club.

Une question à la con, quand même, est-ce qu’il y a un rapport avec l’âge de 27 ans ? Est-ce qu’il y a une étude scientifique qui démontrerait la présence de neurones spéciales à 27 ans ?

Non, il n’existe absolument aucune étude scientifique qui corroborerait un tel fait, qu’il y aurait une malédiction à l’âge de 27 ans. Soit qu’il existerait un âge critique pour les jeunes musiciens. C’est simplement une coïncidence, c’est que dans les années 60 et au tout début des années 70, les premières victimes de la scène rock ont été parmi les plus grandes icônes. Ça a été Brian Jones, Jimi Hendrix, Janis Joplin, Jim Morrison. Et à partir de là, on s’est aperçu qu’ils avaient tous 27 ans et que de surcroit ils avaient tous la lettre J dans leur nom, et c’est là que les journalistes ont commencé évoquer une malédiction du Club des 27 ou encore la malédiction de la lettre J. Bon, la lettre J a été oubliée, mais on est resté sur le chiffre 27 parce que dans les années 90, il y a eu Kurt Cobain et que plus près de nous, il y a eu Amy Winehouse.  Donc cela commençait à faire beaucoup de stars et on a commencé à voir apparaitre des articles dans la presse. Puis on a un peu gratté et on s’est aperçu qu’il y avait des artistes moins connus qui étaient tous morts à 27 ans et à partir de là attention 27 chiffre maléfique… que se passe-t-il ?Pierre Mikaïloff

Concernant ce chiffre « 27 » il n’y a aucun lien avec l’ésotérisme, la numérologie, la kabbale ?

Alors effectivement, il y a eu des articles plus ou moins fantaisistes, colportant toutes les théories possibles, signes astrologiques, kabbale ou encore pacte avec le diable. En ce qui concerne Robert Johnson, effectivement, on a évidemment évoqué le fameux « cross-road », lorsque  les guitaristes noirs, allaient par une nuit de pleine lune avec leur guitare rencontrer le diable qui venait leur voler leur âme et leur proposer le deal, moyennant quoi ils devenaient des virtuoses.

Mais donc il n’y a pas d’explication.

Non il n’existe aucune explication, simplement le seul point commun de tous ces artistes c’est qu’à 90%, ils ont eu une vie très agitée avec plein d’alcool et plein de de produits stupéfiants illicites et à forte quantité. L’autre point commun, c’est que ce sont tous des individus fragiles qui compensaient cette faiblesse par des excès en tous genres. La plupart des gens dans cette liste ont eu des enfances difficiles, ils sont nés dans des familles brisées, avec des parents alcooliques et/ou drogués ou voire des antécédents de personnes suicidaires dans leur famille. Donc ce sont souvent des gens qui ont une construction de leur personnalité compliquée et qui atteignaient le succès dans ce milieu musical qui est toujours assez dangereux pour les gens fragiles. Alors forcément, ils vont tomber dans tous les pièges de l’alcool, de la drogue et cetera pour compenser cette fragilité.

Alors ils ne meurent pas tous de drogue ou d’alcool n’est-ce pas ?

Non, effectivement Il y a aussi des morts qui pourraient arriver à Monsieur tout-Le-Monde. Accident de voiture, accident de moto, électrocution aussi.

Mais alors Claude François avait 27 ans ?Kurt Cobain

Alors, il avait sans doute un peu plus, mais il n’est pas dans mon livre. Non le mort par électrocution sur scène c’est Leslie Harvey, le guitariste de Stone the Crow. Tu joues de la guitare et en même temps tu vas toucher avec ta bouche un micro qui n’est pas relié à la terre, ça fait une sorte de circuit et tu te prends du 220 volts. Et hélas parfois, tu n’en réchappes pas.

Il y a d’autres morts violentes, déchirantes même comme la petite grungeuse de Seattle ?

Oui, ça c’est horrible, c’est la fin tragique de Mia Zapata. Là on est vraiment dans une histoire criminelle, une histoire judiciaire car il s’agit d’un « cold case ». Elle est violée puis assassinée ; une prostituée retrouve son corps dans la rue où se où se réunissent la nuit les prostituées et les junkies pour acheter leur matos où elle est abandonnée par son meurtrier. On le retrouvera dix ans plus tard. Cette histoire a créé une vraie psychose à Seattle car on savait que ce fou dangereux était en circulation. Mais par conséquent, les femmes de la scène grunge vont s’organiser pour pratiquer des sports de combat, pour apprendre à se défendre dans la rue pour pouvoir se protéger au cas où elles seraient agressées. Il y aura aussi des benefit concerts qui réuniront des fonds pour payer un détective privé lorsque la police interrompt l’enquête. Donc il y aura des concerts pour Mia Zapata, auxquels participeront notamment Nirvana pour réunir jusqu’à un million de dollars pour payer un an n durant un détective privé qui ne trouvera rien non plus. Mais par hasard on découvre que c’est un immigré d’origine hispanique qui sévissait, qui maltraitant les femmes en toute impunité depuis des années et qui était le tueur de Mia Zapata.

Par hasard…  pas tout à fait, en fait c’est que la science a fait des progrès et que l’ADN a fini par le trahir, non ?

Tout à fait, on le retrouve grâce à son ADN ce qui était impossible techniquement, quand le meurtre a été commis.

Oui mais alors il y a des musiciens pas si… musiciens que ça, je pense à Jean Michel Basquiat. Mais il fait partie du club parce qu’il est mort à 27 ans.

Il faut rappeler qu’on est à New York dans les années 80 et que dans ces années 80 ce qu’il y a de plus hype au monde pour tous les artistes, que tu sois un vidéaste, un photographe, un comédien ou … un  peintre, c’est le rock’n’roll, c’est de monter un groupe. C’est vraiment le sommet du hype que de monter un groupe à New York comme le Velvet.  D’ailleurs dans le groupe de Basquiat il y a Vincent Gallo, qui deviendra plus tard acteur. Jean-Michel Basquiat va faire de la musique avant de de se lancer à fond dans la peinture.Basquiat

Est-ce que c’est bien ?

Et bien finalement j’ai été surpris ; c’est écoutable, c’est pas mal rock new-yorkais no wave de l’époque.

Alors, on retrouve plein d’inconnus célèbres mais il faut préciser surtout que l’iconographie est assez époustouflante. C’est vraiment un très bel objet, les photos sont top, la mise en page super classe. Et pour revenir aux artistes, il y en a plein dont je n’ai jamais entendu parler comme Jesse Belvin, par exemple.

Pourtant il a eu des hits, dans les charts R&B. Il était promis au succès mais il a été assassiné. Enfin probablement assassiné dans un accident de la route particulièrement louche dans une ville où il donnait le premier concert racialement mixte, ce qui ne plaisait guère aux blancs les plus réactionnaires de la ville. Des échauffourées ont eu lieu durant le concert, il y a eu des coups de fils anonymes, des menaces de mort et comme par hasard il a un accident de voiture sur la route de son concert suivant.

Évidemment parmi les plus connus, on retrouve Brian Jones. Quelle est ton hypothèse sur la disparition ? C’est le contremaître Thorogood qu’il a entraîné au fond de la piscine ou mieux, qu’il a noyé dans une sorte de plan d’eau à côté de la de la piscine et qui aurait ensuite jeté le corps dans la piscine pour un différend commercial. Parce que Brian l’avait viré et qu’il ne voulait pas payer les travaux ?

Ça restera toujours forcément un mystère. C’est vrai que c’était un type assez louche. Il avait été recruté par le chauffeur des Rolling Stones, qui était aussi un type plus ou moins mafieux. Donc on peut imaginer que ses connaissances n’étaient pas très nettes. Une des théories quand même, peut-être la plus valable, c’est que c’est un jeu idiot qui aurait mal tourné. On se met la tête sous l’eau, on appuie. Et Brian Jones était asthmatique et pas en très bonne forme. Or avant ce bain de minuit, ils ont eu un repas très arrosé tout au long de la journée. Brian Jones a vécu une journée classique, c’est à dire en prenant des drogues, en buvant donc il est possible que ce jeu stupide ait mal tourné. Un ami de Thorogood aurait recueilli ses derniers mots sur son lit de mort et il lui aurait avoué être l’auteur du meurtre de Brian Jones. Mais bien entendu, il n’y avait pas de témoin lorsqu’il a fait cet aveu.

Oui le mort qui avoue, c’est toujours bien pratique !

Exactement.

Bon Jimi, hélas on connait tous par cœur ( Voir sur Gonzomusic YAZID HENDRIX )

Oui peut être l’hypothèse de la négligence d’une girl-friend qui tarde aussi à appeler une ambulance parce qu’il y a pas mal de dope à planquer avant de passer un coup de téléphone

Janis Joplin c’est la dope aussi.

Oui la dope et le Southern Comfort.Jimi Hendrix

Jim, même combat ?

Ouais, Jim qui était vraiment jusqu’à présent anti-héroïne et là ça serait sans doute une des premières fois qu’il prend de l’héroïne, peut-être sous l’influence de Pamela qui elle était héroïnomane. On prétend aussi que peut-être elle lui aurait donné de l’héroïne, en la faisant passer pour de la cocaïne, qu’il consommait régulièrement. Et du coup, voilà, elle le laisse dans une baignoire pour soi-disant se reposer quelques instants et se remettre en forme.

Ah oui, moi j’ai l’autre version, la version rock and Roll Circus. Il s’écroule dans les chiottes après une overdose. Le patron ne veut pas d’ennui, il le met dans un taxi avec des gars et sa copine, ils arrivent à la maison, ils le mettent effectivement dans la baignoire pour essayer de le ranimer. Et évidemment ça ne marche pas.

Alors ça en fait une version un peu rocambolesque que raconte Sam Bernett. Mais que conteste Agnès Varda qui avait été appelé par Pamela Courson. Agnès Varda a longtemps dit qu’elle connaissait exactement les circonstances de la mort de Morrison, mais qu’elle ne parlerait pas. Mais elle a fini par parler, et selon elle, elle est appelée par Pamela qui explique que Jim a eu un malaise, qu’elle lui a fait couler, un bain puis elle est allée dormir et à son réveil, elle l’a retrouvé mort. Et là je trouve que la thèse de la mort au Rock And Roll Circus ne tient pas la route, parce que je ne vois pas pourquoi l’ayant ramené, mort dans l’appartement de la rue Beautreillis on l’aurait mis dans un dans un bain, on ne met pas une personne morte dans un bain, n’est-ce pas ?

Et qui est Ron McKernan ?

Un des fondateurs du Grateful Dead qui était aussi le petit ami de Janis Joplin et qui va mourir au même âge que Janis Joplin. Même raison aussi. Ouais c’est encore l’héroïne, mais de surcroit sur une santé fragile aussi.

Et Pete Ham ?Jacob Miller

Lui c’est le guitariste de Badfinger et il se suicide. La malédiction de Badfinger c’est qu’ils ont signé avec un manager véreux qui a monté une société pour recueillir tous les fonds que gagne le groupe et qui leur verse des à-valoir dès qu’ils ont besoin d’argent. Donc au début le groupe ne marche pas trop, donc ce n’est pas très grave, mais le groupe va être signé ensuite chez Warner après Apple. Et là ils ont un contrat monstrueux avec plusieurs millions de dollars d’avance. Sauf que le manager Stan Polley se met tout dans la poche. Et je crois qu’en fait sur le mot qu’a laissé Pete Ham, avant de se pendre, il explique que c’est à cause de son manager qui les a spoliés de leurs droits qu’il renonce ainsi à la vie.  Or Badfinger a des morceaux qui passent en radio, des hits, des albums qui se vendent et ils ne touchent pas un sou, or justement la femme d’un des musiciens lui dit « chéri, tu es une rock star, mais on n’a pas de quoi changer le lave-vaisselle ». Et c’est exactement l’histoire du groupe. Peter Ham est accablé de dettes, il a acheté une maison, dont il se retrouve incapable de rembourser les mensualités. Et ce manager qui s’est assis sur les millions de dollars a naturellement disparu avec. Une horreur !

De tous ces garçons et ces filles qui meurent à 27 ans, lequel t’a le plus ému ?

Sans doute Mia Zapata dont nous avons parlé et aussi le dernier de la liste Fredo Santana qui est un rapper, un petit gars du quartier de Chiraq à Chicago, soit le quartier le plus dangereux de la ville. Il s’appelle Chiraq car sur un laps de temps donné il y a eu autant de morts par balles là-bas que de marines tombés en Irak. Donc un quartier ultra violent. Le père de ce gamin fait partie du gang le plus violent de la ville. Il grandit au milieu des armes, des trafics en tous genres mais il parvient à s’en sortir par la musique, par le hip hop.  Et au moment où ça commence à marcher, à un moment donné il se retrouve à l’hôpital et il se rend compte qu’il faut qu’il arrête ses conneries, qu’il va mourir. Il envoie un message à ses fans sur Instagram, il leur dit : « ne faites surtout pas comme moi, il faut arrêter les conneries ; moi aussi je vais arrêter la dope maintenant que j’ai enfant, je choisis la vie. » et il va mourir quelques semaines après, moi je trouve ça tragique qu’au moment où il peut s’en sortir, il est rattrapé par la fatalité.

Il prenait des médocs genre fentanyl ?

Oui des opiacés mélangés avec des jus de fruits, des sirops à base de codéine, toutes ces merdes.

Cela t’a aussi permis de découvrir plein d’artistes que tu ne connaissais pas forcément ?

Oui. Je te cache pas que je n’écoute pas tous les jours les Count Bishops ni Huriah Heep. Même Jacob Miller, je ne suis pas un spécialiste de reggae mais je connaissais Inner Circle mais j’ignorais qu’il était mort à 27 ans. Cela m’a permis de redécouvrir leur discographie.

J’ignorais que Danny Boon faisait aussi partie du club ?Pete de Freitas

Ah tu veux dire D. Boon…soit Dennes Dale Boon des Minutemen ?  Lui aussi c’est une mort à la con, un accident de voiture. Il s’est endormi dans un van ; sa petite amie est au volant, ils vont voir sa famille. Elle sort de la route en conduisant en pleine nuit. Elle s’endort et les portes du van s’ouvrent, il est éjecté et il est tué instantanément. Il ne s’est même pas rendu compte de sa mort.

Le seul que je connaissais personnellement et dont la mort m’a vraiment bouleversé, c’est Pete De Freitas. Que j’adorais, qui était vraiment un mec super drole, allumé. Et fait j’avais deux potes au sein des Bunnymen, c’était Mac, Ian McCullogh et Pete de Freitas qui étaient mes interlocuteurs privilégiés lorsque j’interviewais le groupe pour BEST. Et ça a été un choc lorsque j’ai appris qu’il s’était tué en moto. Quelle tristesse de voir ainsi partir un type aussi drôle, aussi vif…

Pete de Freitas c’est un peu la pièce rapportée d’Echo and the Bunnymen car il est issu d’un milieu très bourgeois, il venait de Londres alors que tous les autres étaient des Liverpooliens pur jus et plutôt prolétaires. Donc il y a toujours eu cette petite barrière entre lui et les trois autres même s’il était parfaitement intégré au groupe. Mais à un moment-donné, il va partir en vrille, s’échapper pendant plusieurs mois à New Orleans assez agités où il appelle ses copains restés en Angleterre pour leur poser d’étranges questions. Il demande au père du bassiste qui est ingénieur de lui fabriquer un appareil pour communiquer avec les extra-terrestres ou il passe un coup de fil à mac pour lui demander de lui envoyer… 200 cartouches de cigarettes. Pour compenser toutes celles qu’il lui a offertes. Il est complètement parti en vrille et du coup il est momentanément viré du groupe avant de revenir… mais en tant que salarié. Et quand Echo redémarre sans Mac mais avec un nouveau chanteur, il va mourir d’un accident de moto entre Londres et Liverpool.

Et sans doute la plus bouleversante c’est Amy Winehouse.

Oui la diva du rythm and blues britannique comme la presse l’avait surnommée, dotée d’une personnalité hyper fragile d’un talent juste incroyable autant comme chanteuse que comme compositrice. C’est dingue les morceaux qu’elle arrive à composer à 16 ans à 17 ans et une voix qui envoyait du très lourd.

Depuis Janis Joplin on n’avait jamais entendu un truc pareil !

Amy WinehouseMais personnalité fragile, manque d’assurance, peut être aussi la personnalité écrasante du père, un combat perpétuel entre ses envies, ses désirs, sa famille, ses amants` ; ce que je voulais dire pour terminer c’est que ce n’est pas une nécrologie, c’est finalement une histoire de la pop music étendue sur un siècle, de Robert Johnson à Fredo Santana, on part du blues pour arriver au hip hop et on traverse tous les courants musicaux du XXème siècle. C’est aussi ça l’histoire du livre, l’histoire de la musique populaire à travers ses artistes.

Et le paquet de Kleenex n’est pas obligatoire avec l’achat du livre ?

Non, effectivement, il n’est pas obligatoire. »’

LE CLUB DES 27 par Pierre Mikaïloff

HachetteLe club des 27

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.