LES DÉSAXÉS AU 7éme CIEL

Partager

 

desaxes 

Voici 30 ans dans BEST, GBD continuait de batailler pour défendre les Désaxés qui incarnaient à son sens le chainon manquant français entre Squeeze et les Beatles. Cette fois, le groupe parisien s’offrait son tout premier clip vidéo tourné avec tous les moyens du cinéma, une première pour un groupe hexagonal, qui méritait bien de figurer dans la rubrique vidéo du légendaire mag rock. Flashback…

 

desaxes 2Au tournant des années 80, les Désaxés avec leurs collègues du sémillant label Réfléxes édifié par Patrice Fabien incarnaient ce futur du rock Français que nous attendions tous, une nouvelle vague aussi salvatrice que rafraichissante. Cinq ans plus tard, en 87 Hervé Zerrouk, Pierre Mikaïloff, Yannick Musy et François Mongaillard comptent parmi les tous premiers groupes hexagonaux à tourner leur clip en film 35 mm pour ce premier maxi publié sur le label Phonogram. Hélas, l’essai ne sera jamais transformé. Nos Beatles en herbe ne prendront jamais vraiment leur envol et feront mentir mes prévisions. Mais les Désaxés auraient au moins mérité un franc succés comme celui qu’ont pu connaitre les Innocents, par exemple. Mais on ne refait jamais l’Histoire, n’est-ce pas, fût-elle celle du rock. Heureusement, Pierre Mikaïloff faute de trouver sa voix a trouvé sa voie en devenant l’auteur à succés et le chroniqueur rock éclairé que nous connaissons (voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/pierre-mikailoff-auteur-rock-par-excellence.html )

 

 Publié dans le numéro 224 de BEST

desaxes 2 

Ciel de Camargue, soleil et océan, dans le galop des chevaux blancs  Les Désaxés se sont offert du rêve à l’état brut et en 35 mn pour leur toute première expérience vidéoclippée. Remember les Désaxés ? En 83, ils étaient le fleuron rock et évanescent de la fantastique écurie Réflexes de Patrice « Colonel » Fabien. Avec les Bandits, les Ablettes, les lnfidèles et une poignée d’autres, ils constituaient  LE fer de lance, un futur doré et impulsif pour notre cher rock camembert. Gigs inoubliables, tel ce show au Rex-Club en 1986 pour les deux ans de « Planète » ( l’émission quotidienne sur RFI d’un certain GBD 😉 ), deux simples et un mini LP Live sur Réflexes, les Désaxés ont su réinventer la dimension romantique et acerbe du rock. Des vocaux ensoleillés, comme les Beach Boys ou les Beatles, avec ces quatre voix à l’unisson et leurs guitares, les petits Parisiens redécouvraient toute cette innocence perdue depuis les sixties Reprise à la chamade du « Je Veux qu’Elle Revienne » de Françoise Hardy, les Désaxés revendiquaient aussi pleinement toute leur filiation yéyé. Des scopitones au vidéo clip, Hervé, Pierre, Yannick et François s’offrent une nouvelle définition en 619 lignes SECAM couleurs. Le rock des Désaxés attaque une nouvelle ère plus technologique ou les chips des synthés supplantent l’acier des guitares. « Ah, les Désaxés sont tombés dans la variette électronique ! » , a balancé un confrère en guise d’oraison rapide. Autant se planter la tète dans le sable à la recherche de pissenlits dévorés par la racine: en 87 on ne trahit plus la cause du rock and roll en flirtant avec les machines. Le rock est un état de corps et d’esprit, avec tous ses paradoxes et c’est juste une question d’en avoir ou pas; certains comme les Luna Parker ou les Niagara en ont ; d’autres au contraire comme les Jeanne Mas ou les Image n’en auront jamais et basta.

Notre éditeur Thierry « Polygram Music » Haupais

desaxes

Pour le pied et la polémique, j’ai néanmoins demandé aux Désaxés où étaient passées leurs guitares ? « Elles sont toujours là !», réplique Pierre, « D’abord en concert, puis en conserve, grâce à l’Emulator ou nous avons échantillonné les sons naturels de batterie, de basse et même de contrebasse. Le son garage à la Richman, c’est bien, mais depuis un moment, on se sentait le cul entre deux chaises pour franchir le passage obligé de la FM.» Et Hervé d’embrayer : « Notre premier disque date de 83, ça prouve qu’il faut bien quatre ans pour passer du Gibus a la télé. » Aujourd’hui, si les Désaxés attaquent en vidéo c’est justement grâce à la télé : « Le réalisateur Jean-Louis Dartiel nous a vus un jour sur Système 6, » reprend Hervé, « et il nous a contactés pour la musique de son film a venir, « 7éme Ciel ». Le deal, c’est qu’en échange de la BO de son film que nous devions composer, il nous tournait gratuitement deux clips en 35 mm avec tous les moyens du long métrage Fin octobre, nous étions en Camargue pour ce « 7éme Ciel ». Les chansons avaient déjà été mises en boite en Angleterre au studio Jacob’s, dans le Surrey grâce aux dollars de notre éditeur Thierry « Polygram Music » Haupais. Le tournage s’est étalé sur une semaine. Jean-Louis faisait son film le matin et notre clip l’après-midi dans les mêmes décors. Grue pivotante, hélicoptère pour les vues plongeantes, chevaux loués qui galopaient sur la plage et Fiona Gélin, la vedette de son film, Jean-Louis nous a tout donné, comme à Hollywood. »D’abord il y a « Celle Que Je Préfére ». Avec ses images chaudes et colorées comme ces ombres sur le sable qui se fondent avec la mer, le clip se joue de l’insouciance de nos quatre garçons dans le vent d’été. En images aussi, les Désaxés s’imposent comme LE groupe dont on a tous rêvé pour déchirer nos boums. Si la musique parait plus soignée, c’est qu’elle colle à l’air du temps. Je ne sais pas au juste si je craque à cause de mon adolescence attardée, mais je prédis  « Celle Que Je Préfère » une existence tubesque à la «  She Loves you yeah yeah yeah… C’est nouveau, et aussi vidéo : le B side en clip bonus. Et « Les Jours Impairs » , c’est vraiment un cadeau. Tourné en studio, plus slow, plus intimiste, plus tendre, plus chaloupé, moins smash hit à la radio, cette seconde pop promo rappelle un peu l’esprit des films des Beatles. Et, assurément, « Les Jours impairs » sont musicalement plus près de toi mon rock and roll que «  Celle Que Je Préfère ». Faces A et B sortent chez Phonogram et, avec leur clip, les Désaxés vont pouvoir zapper d’une chaîne à l’autre, histoire d’insuffler un peu de romantisme a ces charts qui en manquent si souvent.

 Publié dans le numéro 224 de BEST daté de mars 1987

BEST 224 small


Les Désaxés – Celle que je préfère par love15


Les Désaxés – Les jours impairs par love15

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *