LA SAGA ROCKIN SQUAT PART TWO

ROCKIN_SQUAT_CREDIT PHOTO ©TOM KAN-06853

ROCKIN_SQUAT par Tom Kan

Avec son fameux combo Assassin, Mathias Cassel, alias Rockin’ Squat, ou plutôt désormais RCKNSQT, incarne l’un des 3 groupes les plus cruciaux du hip-hop hexagonal. Porté par son puissant nouvel album solo « 432 HZ », le rapper du 18ème arrondissement nous reçoit dans son studio perso pour nous conter la saga de sa vertigineuse et glorieuse odyssée rapologique. Second épisode : de la gloire d’Assassin à l’envol de RCKNSQT !

Rockin' SquatIl n’a pas encore 50 balais et pourtant, Mathias Cassel a de sacrés kilomètres au compteur artistique. D’abord, tout gamin il fut un des premiers graffeurs parisiens reconnus. Mais c’est la rencontre avec Solo Dicko, jeune mannequin prodige et danseur agité au sein des fameux Paris City Breakers popularisés par la mythique émission de Sidney, H.I.P H.O.P, qui va changer le cours de sa vie. Solo et Squat fondent Assassin au milieu des années 80, un des trois groupes les plus créatifs du hip-hop hexagonal, qui donne ses premiers shows chez Roger Boite funk, le club monté par le regretté Jacques Massadian, mon ex-frangin d’Actuel et de Nova. Première apparition sur la mythique compile « Rapattitude » aux cotés de Suprême NTM, Tonton David et de Daddy Yod (Voir sur Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/king-daddy-yod-la-saga-ragga-episode-1.html, https://gonzomusic.fr/king-daddy-yod-la-saga-ragga-episode-2.html et aussi  https://gonzomusic.fr/king-daddy-yod-la-saga-ragga-episode-3.html ),  pur droit et intègre, et surtout résolument indépendant, Assassin s’inscrit durablement dans l’histoire du rap français. D’ailleurs, il suffit de réécouter aujourd’hui le bien nommé « Le futur que nous réserve-t-il » et surtout son brillant successeur « L’homicide volontaire » pour comprendre combien ce groupe savait se montrer si visionnaire : textes incisifs et intelligents, beats entrainants et surtout un son incomparable qui n’a pas pris la moindre ride. Vingt-cinq ans plus tard, Squat’ n’a rien perdu de son mordant comme de sa créativité et il le prouve avec son nouvel album « 432 HZ », aussi imaginatif que qualitatif, intégralement interprété avec de vrais musiciens pour un son juste hallucinant digne des plus belles prods yankees du moment comme Kendrick Lamar ou Anderson. Paak. Bon sang ne saurait mentir, comme on dit. Fils de l’immense Jean Pierre Cassel, frangin du comédien Vincent Cassel et de l’actrice-musicienne Cécile Cassel/ HollySiz, Mathias RCKNSQT est un artiste au sens le plus noble du terme. Il nous reçoit dans son studio perso à Montmartre, pour le second épisode de cette Saga Rockin’ Squat, qui retrace son parcours de l’envol d’Assassin à Paris… en passant par l’émergence de RCKNSQT… jusqu’à cet album solo, le 13ème tout de même, ce classieux  et rebelle « 432 HZ » qui a su tant m’enthousiasmer ! Mention spéciale aux clips spectaculaires qui accompagnent visuellement ce joli projet ( voir à la fin de l’entretien) … qui aurait dû  logiquement figurer en bonne place dans mon Gonzo-Top 2020, sauf que… Mathias C. ayant mis un peu de temps à m’envoyer ses photos que, du coup… « 432 HZ » compte déjà parmi les meilleurs de… 2021 😎🤩  RV à la fin de l’année )

Rockin' Squat« Très vite Assassin a su s’imposer sur scène comme une des formations hexagonales des plus efficaces ; on se souvient notamment du puissant « Live » de 2001. Pourtant, à cette époque il n’y avait pas encore de circuits dédiés au rap.

Effectivement, les premières tournées que j’ai faites en France, ce n’était que dans des salles rock.

C’est normal, il n’y avait que ça !

Voilà. Et moi, cette culture-là ne m’a pas du tout touché en fait.

Oui, car tu étais trop jeune.  

Non, parce que j’étais dans d’autres choses. Moi, lorsque j’étais dans Ultra Magnetic MC’s ou Tuff Crew, je n’étais pas dans les Négresses Vertes ou la Mano ! Même si cela existait, ce n’était pas une culture qui me touchait.

Et ça t’a touché après coup ?

Oui, j’ai écouté et j’ai trouvé qu’il y avait de bons titres, mais ça ne m’a pas touché plus que ça. C’est un autre parcours, en fait, tu ne peux pas être dans tout non plus. Et puis moi ce que j’avais me suffisait amplement. Je retrouvais ce dont j’avais besoin par rapport à mes urgences, à mon exutoire, à plein de choses. C’est pour cela qu’il y a plein de bulles de cultures intéressantes, mais tu n’es pas obligé d’être un puits de culture pour être intéressant, tu as aussi ton expérience personnelle qui est primordiale, en fait.

Car si tu aimes tout, tu n’aimes rien !

Tu ne peux surtout pas tout écouter !

La fin d’Assassin ?

Je ne sais pas quand c’est.

Ça existe encore le groupe, c’est ça ! Même si vous ne sortez pas de disques…

On continue à faire des tournées sous ce nom-là. On a fait énormément de tournées. Là on ne tourne pas à cause de la situation sanitaire, mais l’année dernière on tournait encore.

Mais avec quelle formation ? Avec Solo ?

Solo n’est plus dans le groupe depuis 1994.

C’est ça !  Plein de gens sont rentrés et sortis. C’est comme un club ?

Quand on est en tournée Assassin sous cette bannière, ça représente sur scène 6 ou 8 personnes et plus. La dernière grosse tournée qu’on a faite, on était 15 sur la route. Mais là, depuis 2004, en tout cas au niveau disque, je suis concentré sur mon nom. Et ce sont des projets solos, où je me sens beaucoup plus …Rockin' Squat

Libre ?

… oui libre de sortir ce que j’ai envie de sortir, car c’est beaucoup plus personnel, en fait. Car s’il y a 2 grosses thématiques, je suis aussi souvent sur des sujets très perso.

D’où la concentration sur RCKNSQT …

Oui, j’ai fait tomber toutes les voyelles.

C’est vachement bien, mais c’est imprononçable !  

C’est imprononçable.

Mais cela me rassure que même toi tu n’arrives pas à le prononcer ! En fait, je n’avais pas l’info sur le fait que tu avais vécu tout ce temps aux États-Unis et je me disais … ce type a vraiment un accent incroyable pour un français !  Dès le premier titre du nouvel album «  En haut du trône » on tombe sous le charme du texte si incisif. Quand tu dis « le succès n’est pas fiable », tu vises des gens en particulier ?

Non, en fait je m’appuie sur ma propre expérience. Je pense qu’on est dans une industrie, et tu le sais aussi bien que moi si ce n’est mieux, vu ton expérience, qui de toute façon est gérée par le grand capital. Ce qui marche vraiment, c’est là où l’oseille est investie.

Depuis la concentration à outrance, qui a fait que le petit label s’est fait bouffer par le moyen label, lequel s’est fait bouffer par le gros ?

Depuis la mondialisation, on ne parle même pas de label. Le petit artisan se fait niquer par les supermarchés, et l’industrie du cinéma ne laisse pas de place pour être indépendant. C’est un effet de la mondialisation et de la globalisation. Donc, pour te répondre, le succès n’est pas fiable, du moins au sens où eux l’entendent. Le star-system, quoi ! Mais, quand tu as à un moment une aura, qui dépasse les frontières ou même ton cercle culturel, c’est qu’à un moment des gens te cautionnent. Et à ce moment, quand tu es cautionné, c’est que tu vas dans le sens du poil, sinon tu ne peux pas être cautionné. C’est impossible.

Et pour toi, aller dans le sens du poil paraît inconcevable.  C’est un non-sens. Ce n’est pas possible.

Ce n’est pas une question de « ce n’est pas possible », ce sont des choix, en fait, si à un moment tu décides d’être libre. Ça se voit avec des lanceurs d’alerte comme Julian Assange ou Snowden, qui sont repris par tous les médias. Quand Julian Assange balance ses infos, tous les médias du monde en font leur prime time, en font les couvertures des magazines et vendent des millions de journaux, là maintenant, lorsqu’il risque l’extradition et d’être envoyé aux States où il risque de mourir, il n’y a plus personne. Nul ne parle de lui, c’est un pestiféré. 

Snowden, même combat !

Tu comprends ce que je veux dire, si tu n’es pas cautionné par les gens qui tiennent les rênes, et il y en a, il ne faut pas penser que tout est une histoire de hasard, cela prouve bien que le succès n’est pas fiable.

Rockin' Squat« VOCAB » est un des deux titres que j’aime le plus dans l’album.

C’est cool !

D’abord, j’adore les textes, car je m’y retrouve. Quand tu parles de Virgin en disant « j’ai pas attendu Virgin pour cuisiner mon riz », quand tu dis que tu es un « Survivant de l’époque de Radio 7 » forcément cela me parle puisque moi aussi je suis un survivant de l’équipe qui a fondé Radio 7 !

C’est un vécu qu’on a en commun.

Voilà, j’ai l’impression de me retrouver sur ces mots là et sur un son ultra cool.  Avec cette petite guitare sèche irrésistible qui est là pour adoucir le propos. En fait, pour faire passer le propos, car le propos est vachement dur. Et, justement tu as choisi une musique super détente pour mieux avaler la pilule. C’est ce côté-là qui m’a vraiment touché dans le disque.

C’est vrai que, au niveau du son, c’est un album qui n’est pas agressif. Déjà, j’ai tout enregistré en 432 hertz.

C’est le nom du disque, aussi.

Et c’est surtout le titre d’une chanson pour mieux marquer mon retour à une fréquence naturelle. Le « la » original de la fréquence naturelle de la Terre. Qui a été changée en 1936, pour passer à 440 hertz et qui fait que le liquide n’est plus en harmonie. Ce qui fait que, si concrètement tu prends une molécule d’eau, que tu l’observes au microscope, pour voir comment elle se comporte, en 440, elle va se rétracter. Alors qu’en 432, elle va s’épanouir. Sachant que notre corps est constitué à 70 % de liquide, imagine ce que les fréquences de la musique donnent sur l’être humain.

Donc, ça a été un choix délibéré pour que ce disque nous mette dans un état …

… cool ?

Exactement. Même épanoui !

Pour revenir à « VOCAB », elle me rappelle un peu « Elle m’a mis la fièvre de NTM ».

Oui, pour moi c’était plus un clin d’oeil aux Fugees, mais à chacun ses références.

« New York Network », comme son nom l’indique, me fait d’abord penser à New York, mais aussi et surtout à A Tribe Called Quest dont on a parlé tout à l’heure. Avec aussi un côté EPMD.

En tout cas c’est le prochain clip, on vient de le tourner là.

Bon choix !  

Merci, j’adore ce morceau.

Moi, ce que j’aime dans le disque, c’est surtout ce pari gagné sur l’éclectisme. Ce n’est pas un choix monolithique. Quelque part, chaque chanson réserve sa surprise. L’arrivée du gospel par exemple tu ne t’y attends pas, c’est une surprise.

Quand tu es à New York, tu es un peu obligé !

Oui, tu te retrouves comme plongé dans une église de Harlem.

Exactement.

Ah oui, dans la chanson « Verlaine » le « dollar dollar bill… ya », c’est c’est Wycliff Jean ou le Wu Tang ?

Le Wu Tang  «  C.R.E.A.M » !

Clin d’oeil appuyé tout de même !

Normal, il y a plein de références à tout ce que je kiffe. Moi je suis un artiste qui a toujours donné beaucoup d’amour aux gens qui m’inspirent.Rockin' Squat

« Omerta » c’est carrément Ennio Morricone avec un détour par la Corse !

Oui, surtout grâce à Petru Guelfucci

C’est qui Petru Guelfucci ?

C’est une des plus grandes voix corses.

Ah, je suis nul en polyphonies corses !

C’est une légende. C’est un peu comme si j’avais posé avec James Brown !

Avec « Fondation », on plonge direct dans les années 70 avec James Brown, justement, et aussi Johnny Guitar Watson.

Oui, Maceo Parker… c’est funky quoi ! On a fait le clip là aussi et cette fois on s’inspirant du Muppet  Show.

Est-ce qu’il y a les deux vieux ?

Il n’y a pas les deux vieux, mais il y a d’autres vieux. En tout cas, c’est une vraie vidéo Muppet .

« Mieux vivre » c’est cool funky et jazzy entre Gangstarr et A Tribe Called Quest,  tandis que dans « Grandir », tu chantes « j’ai l’ADN de Kendrick Lamar» qui est justement la référence à laquelle je pensais en t’écoutant.

Alors, il faut savoir que l’album a été justement fait avec les musiciens de Kendrick Lamar.

Ah, du coup je comprends mieux !

Et tout est joué, l’album a été 100% enregistré avec des musiciens. Ce ne sont que de vrais instruments.

C’est énorme. C’est super important, il faut le dire.

Tout est acoustique. Et, on est allé chercher les équipes de Kendrick, Erykah Badu, Alicia Keys, ce sont de très gros musicos.

Rockin' Squat & sa team 432

Rockin’ Squat & sa team 432

D’où le clin d’oeil dans le texte à Kendrick Lamar !

Oui aussi. Sauf que quand j’ai écrit le texte ensemble, je ne savais pas que je le jouerais avec ses propres musiciens. Ça marchait bien dans la rime et ça marchait bien avec le fait que c’est un artiste que j’adore.

Dans « Clown », j’adore lorsque tu chantes : « au nom du père, du fils et du porte-monnaie » !

« Clown » c’est un titre très important pour moi, je trouve, dans mon projet. Il parle de la vie d’artiste, en fait. Car malheureusement, aujourd’hui on n’est pas plus que des clowns. Car quand tu décides de ne plus être le clown, c’est-à-dire le bouffon du roi, tu n’as plus ta place pour être artiste. Tu es tout de suite éjecté de l’échiquier.

Cependant, l’échiquier aujourd’hui est-ce qu’il existe encore vraiment ?  Quand on voit qu’un disque d’or c’est genre 10.000…

… Ce n’est pas 10.000, c’est 50.000 …

Déjà dans les 80’s, Gogol 1er m’expliquait qu’il préférait vendre 20.000 disques sur lesquels il touchait 90% en indé plutôt que de vendre 200.000 sur une major où il ne touchait que 5 %.

« 432 hertz », le projet sur lequel tu m’interroges aujourd’hui, moi je l’ai justement sorti tout seul.  L’album physique, tu ne le trouves que chez moi. On a décidé de ne pas passer du tout par l’industrie musicale. Donc, moi quand je parle d’échiquier ce n’est pas cela !

« Le prix à payer ne vaudra jamais ma liberté de créer ». Cela te résume parfaitement, comme cela te définit, non ?

Voilà !

Rockin' Squat« Leader » est mon 2ème titre favori de l’album.

Rock funk !

Oui, mais en même temps il a un petit côté électroniques cheap début des années 80 un peu à la Taxi Girl.

Oui c’était voulu.

C’était aussi un clin d’oeil ?

Assumé… et c’est un morceau que j’aime beaucoup aussi.

Bon, « Bidonville » me rappelle un peu « Jalousie » de Princesse Erika.

(rire) Moi pas du tout; c’est  juste une guitare samba, en fait. Et c’est surtout une histoire d’amour qui finit bien.

J’adore « Big Booty » qui est super, funky en diable, James Brown à 300%. On a du mal à rester statique face à un tel beat.

J’ai trop hâte de le faire sur scène. Cet album en fait, il est conçu pour être joué en live. D’ailleurs, à la base, il a déjà été enregistré en live. On a donc très envie d’aller le défendre sur scène. C’est tout le but de cet album.

Alors, le morceau qui m’a fait prendre Mathias pour beaucoup plus âgé qu’il ne l’était, c’est « Rap de mon âge » !

Oui, parce qu’en fait je suis un jeune vétéran.

C’est ça le problème, c’est que tu as commencé bien trop tôt. 

(rire) Je ne sais pas si c’est trop tôt, mais en tout cas j’ai commencé tôt. J’ai l’expérience des anciens combattants, tout en étant toujours dans le combat.

Donc, ne lâche pas l’affaire. En tout cas, c’est un bien bel album, belle collection de titres … au son juste incroyable.

Merci beaucoup. Je pense que tu as été vraiment touché par l’album, car tu es un mec qui est dans la musique et je suis très content que tu apprécies, car c’était beaucoup de travail. J’ai mis 3 ans à faire cet album-là cet album-là avec mon partenaire qui s’appelle Stéphane Green  qui a tout produit avec moi, et supervisé par Rico Electrosound et Dj Duke (Ndlr Dj officiel du groupe Assassin depuis 20 ans malheureusement décédé le 6 novembre 2020). Et bien sûr les 15 musiciens avec lesquels nous avons travaillé. Mais c’est un projet qu’on a pensé depuis longtemps et sur lequel nous avons beaucoup phosphoré. Et c’est de moins en moins fréquent dans cette nouvelle industrie dans laquelle on est qui est du vide consommable.

Rockin' Squat & Stéphane Green

Rockin’ Squat & Stéphane Green

C’est ce que j’allais te dire, plus personne ne prend tout ce temps pour faire un disque !

Bien sûr, puisque les gens ne prennent plus le temps de faire les choses. Et cela a été très important de le faire comme ça, car pour moi une fois que l’album est lâché, il est là pour l’éternité. Et le fait de bien faire les choses, comme un bon artisan, cela perdure dans le temps. Alors, après on n’a pas le succès immédiat du vite consommable, mais ce n’est pas grave…

Oui, car sur la longueur, sur la distance…

… c’est mieux d’être là pour des siècles et des siècles comme un vieil arbre et faire de bons fruits plutôt que d’être une très belle fleur qui se fane très vite.

Et qui disparaît ! Merci Mathias… »

Pour me remercier, Rockin’ Squat m’offre son magnifique livre ( que Jean Christophe Mary vous avait déjà recommandé dans Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/rockinsquat.html  )…  et la boucle est ainsi bouclée !

 

Et pour se procurer l’album: https://univers432.com/

 

La saga Rockin’ Squat Part One: De New York City à l’essor d’Assassin https://gonzomusic.fr/la-saga-rockin-squat-part-one.html

 

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Pereira Claude dit :

    Salut Agréable a lire, bon interview. Même si personnellement rien appris de nouveau étant « fan » possédant ce superbe album et livres dédicacés en 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.