La maison de Bob Marley à Londres enfin distinguée

Située sur Oakley street, près de King's Road, cette maison sur rue n’a pas vraiment été privée de vibrations positives lorsque Marley  y vivait avec son groupe les Wailers en 1977. Lorsqu’ils n'étaient pas en train d’enregistrer, ils faisaient le court trajet jusqu’à l’Albert Bridge pour disputer des matchs de football à Battersea Park. C'est durant leur séjour à Oakley Street que Marley et les Wailers ont fini d'enregistrer « Exodus », l'album qui contenait les deux singles « Jamming » et « One Love ». L'historien David Olusoga, administrateur de la fondation English Heritage et éminent membre du jury qui décerne les « plaques bleues », s'est dit particulièrement enthousiasmé par la plaque attribuée à Bob Marley. Marley, a-t-il souligné, est resté "l'un des musiciens les plus aimés et les plus écoutés du XXe siècle. Il aura été l'une des premières superstars issues d'un pays en voie développement. C'est l'un des visages les plus célèbres du monde, l'un des visages les plus reconnaissables au monde, et il a ouvert la voie à tant et tant d'autres artistes des pays émergents." Marley racontait qu'il considérait Londres comme sa deuxième maison et que son séjour dans la capitale britannique lui avait apporté la stabilité nécessaire après les horribles événements de 1976, lorsque des hommes armés ont fait irruption dans sa maison de Kingston et ont tiré sur son épouse Rita, son manager Don Taylor et sur lui-même. Une douzaine de plaques bleues sont distribuées chaque année par la Fondation English Heritage, qui met cette année l’accent sur la diversité en honorant Bob Marley, mais aussi  des femmes comme  la romancière féministe Angela Carter,  l’archéologue Gertrude Bell, Lilian Lindsay, la première femme dentiste du pays ou la correspondante de guerre Martha Gellhorn. L’architecte du fameux Tower Bridge Sir John Wolfe Barry sera aussi distingué par une « blue plaque ».La maison de Chelsea où Bob Marley s’est réfugié après avoir subi une tentative d’assassinat en Jamaïque va bientôt être distinguée d’une emblématique plaque bleue English Heritage, à l’instar des demeures où ont vécu Hendrix, Freddie Mercury ou encore David Bowie.

Bob Marley House in ChelseaSituée sur Oakley street, près de King’s Road, cette maison sur rue n’a pas vraiment été privée de vibrations positives lorsque Marley  y vivait avec son groupe les Wailers en 1977. Lorsqu’ils n’étaient pas en train d’enregistrer, ils faisaient le court trajet jusqu’à l’Albert Bridge pour disputer des matchs de football à Battersea Park. C’est durant leur séjour à Oakley Street que Marley et les Wailers ont fini d’enregistrer « Exodus », l’album qui contenait les deux singles « Jamming » et « One Love ». L’historien David Olusoga, administrateur de la fondation English Heritage et éminent membre du jury qui décerne les « plaques bleues », s’est dit particulièrement enthousiasmé par la plaque attribuée à Bob Marley. Marley, a-t-il souligné, est resté « l’un des musiciens les plus aimés et les plus écoutés du XXe siècle. Il aura été l’une des premières superstars issues d’un pays en voie développement. C’est l’un des visages les plus célèbres du monde, l’un des visages les plus reconnaissables au monde, et il a ouvert la voie à tant et tant d’autres artistes des pays émergents. » Bob Marley racontait qu’il considérait Londres comme sa seconde maison et que son séjour dans la capitale britannique lui avait apporté la stabilité nécessaire après les horribles événements de 1976, lorsque des hommes armés ont fait irruption dans sa maison de Kingston et ont tiré sur son épouse Rita, son manager Don Taylor et sur lui-même. Une douzaine de plaques bleues sont distribuées chaque année par la Fondation English Heritage, qui met cette année l’accent sur la diversité en honorant Bob Marley, mais aussi  des femmes comme  la romancière féministe Angela Carter,  l’archéologue Gertrude Bell, Lilian Lindsay, la première femme dentiste du pays ou la correspondante de guerre Martha Gellhorn. L’architecte du fameux Tower Bridge Sir John Wolfe Barry sera aussi distingué par une « blue plaque ».

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.