KANAZOÉ ORKESTRA : DE LA FUSION AU FUSIONNEL

Partager

 

 Kanazoé Orkestra & Jean Philippe Rykiel 

Amoureux de la musique au sens le plus pur du terme, le claviers surdoué Jean Philippe Rykiel ( voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/mon-concert-au-bataclan-avec-youssou-ndour.html et également https://gonzomusic.fr/lhommage-de-jp-rykiel-a-djeli-moussa-kouyate.html ) a toujours su me faire partager ses coups de cœur. Et cette fois il bat très fort pour le Kanazoé Orkestra, puissante formation à l’intense fusion menée par le virtuose du balafon Seydou Diabate, alias Kenazoé. Ce dernier a déjà, par le passé, invité le Français à rejoindre sur scène son incroyable Orkestra, une expérience aussi cool qu’ensoleillée qui sera renouvelée le 21 octobre prochain à Toulouse où se tiendra le Festival Jazz sur son 31 et où ne manquera pas de briller cet épatant Kanazoé Orkestra, que vous ne voudriez manquer sous aucun prétexte. En attendant, Jean Philippe Rykiel vous présente ce groupe qui ne ressemble à aucun autre.

Kanazoé Orkestra mainLe Jazz, déjà métis par définition, n’a jamais cessé de s’inspirer des musiques venant du monde entier, mais c’est dans le creuset parisien des années 80 que se forment des groupes tels que Sixun ou Ultramarine, pour n’en citer que  deux, avec des musiciens venant d’Europe, d’Afrique, des Caraïbes ou d’Asie, unis pour inventer un Jazz réellement multiculturel.
J’ai adoré cette époque, un nouveau souffle venait de naître, et je baignais dedans.
Et pourtant, nous n’étions pas encore au bout du chemin.
Je l’ignorais encore, même si j’étais déjà parti en Afrique, et avais déjà succombé au charme des instruments de ce continent magique, et pas seulement des percussions, il y avait la kora, le balafon, le ngony, les flutes et d’autres encore.
Ces instruments, même s’ils faisaient quelques apparitions fugaces dans mes groupes de fusion préférée, n’étaient encore à l’époque que des pièces rapportées, qui donnaient une délicieuse couleur exotique à un morceau dans un album, mais sans s’y intégrer vraiment. Il a fallu attendre beaucoup plus tard, une sorte d’aller-retour qui a redistribué les cartes du mélange musical. C’est avec le XXIe siècle que sont nées ces nouvelles formations dans lesquels les instruments traditionnels occupent enfin LE rôle central.

Seydou Diabaté dit Kanazoé a donné son nom à la formation.Kanazoé Orkestra

 

Et parmi celles-ci, Kanazoé Orkestra doit être considéré comme un pionnier. En voici le casting…
Ce groupe est emmené par le virtuose du balafon Seydou Diabaté dit Kanazoé, qui a donc donné son nom à la formation.
Son jeu, fulgurant, qui est parfois complètement en dehors du tempo de la musique, et c’est bien entendu tout à fait volontaire, m’évoque les histoires d’un conteur. À ses côtés, on retrouve Martin Étienne aux divers Saxophones, en réalité augmentée d’effets électroniques. Le saxe, ça évoque presque toujours le jazz. Néanmoins, le musicien ne se considère pas comme un jazzman. Car de chez lui peuvent sortir des chorus joyeux et fluides, autant que d’étranges cris d’animaux, ou même des boucles rythmiques…
Eh oui, on trouve également un chanteur dans ce groupe, en la personne de Zaky Diarra. Sa voix claire et puissante m’impressionne toujours, il peut être vindicatif, joyeux ou mélancoliques, et possède un vrai don pour nous faire partager ses états d’âme.
La basse est tenue par Elvin Bironien. Il a une lourde responsabilité, c’est le seul instrument polyphonique et chromatique du groupe. Infaillible rythmicien, il se révèle particulièrement inventif sur le plan harmonique, attention à ses solos, ça déchire !
Au deuxième balafon, au kamele ngoni ( un instrument à cordes pincées d’Afrique de l’Ouest)  et à la flute, on trouve Mamadou Dembele, soutien indéfectible du balafoniste leader, au point qu’on dirait souvent que les deux ne font qu’un, surtout quand Mamadou est au balafon, c’est incroyable à quel point les deux instruments parviennent à se fondre aussi parfaitement. Et maintenant, il faut évoquer les peaux et le métal, ceux de la batterie de Laurent Planells qui s’amuse à déconstruire les rythmes en y incorporant des breaks de malade ; mais quand il s’agit d’être stable, fiable et régulier, il est là aussi. Une salsa à cinq temps ? Même pas peur…
Il est parfois bon d’être aveugle. Car lorsqu’on m’a dit que le percussionniste du groupe s’appelait Stéphane Perruchet et qu’il était aussi blanc que moi, je n’en suis pas revenu. Ayant eu des maîtres burkinabés et cubains, il est à l’aise dans toutes les situations, et je défie quiconque de deviner sa couleur… de peau, en l’écoutant les yeux fermés…Et il ne faut surtout pas oublier celui qui n’est pas sur scène, et qui fait que tout cela sonne, David Aplani l’ingénieur du son, membre à part entière de la bande, qui connait les morceaux sur le bout des ongles, et sait mixer le tout comme personne.

 Festival Jazz sur son 31 


La musique du Kanazoé Orkestra est aussi intense que fusionnelle, car les compositions sont aussi métissées que sait l’être le groupe, s’inspirant à la fois des traditions du Burkina Faso, dont sont originaires ces doux Zaki et Mamadou, que de notre culture occidentale, et on passe de l’une à l’autre parfois carrément au cours d’un même morceau, et il arrive également que les deux univers se superposent simultanément. Je les ai rencontrés au cours de la présentation de leur premier album, en 2015 à Paris et je suis tombé amoureux de cette musique. Je connaissais le frère de Seydou Diabaté, et suis allé me présenter à eux. De la manière la plus adorable, ils m’invitèrent à les rejoindre sur scène pour une résidence et un concert donnés à Toulouse, l’an dernier.
Et ce qui est absolument magique, c’est que nous remettons cela le 21 octobre prochain, et toujours à Toulouse, dans le cadre du « Festival Jazz sur son 31 » où nous vous attendons de pied ferme.


Jean-Philippe RYKIEL


http://jeanphilipperykiel.com
http://soundcloud.com/ryksounet
http://twitter.com/ryksounet
http://facebook.com/jeanphilipperykiel

Le Kanazoé Orkestra se produira dans le cadre du festival « Jazz sur son 31 » le 21 octobre 2017  à l’Automne Club – Cour du Conseil départemental de la Haute-Garonne à Toulouse.

http://jazz31.haute-garonne.fr/

http://www.kanazoe-orkestra.com/

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *