EMPIRE OF THE SUN : « Two Vines »

Partager

 

EOTS 

C’est le retour de la kripto-New Wave antipode, avec ce joyeux troisième album délicieusement rétrofuturiste d’Empire of the Sun. En 2006, GBD nostalgique des année OMD, Human League et autres Tears For Fears, avait littéralement fondu, comme neige au soleil, sur les harmonies, les séquences synthés et les costumes extravagants du power duo de Sydney. Et dèscette première rencontre, mes good mates Nick Littlemore et Luke Steele ne m’ont jamais déçu…et ce n’est pas avec ce « Two Vines » qu’ils vont commencer. Ride on.

 

Empire-of-the-Sun-Two-Vines-2016-2480x2480Qui aurait su résister à leur tout premier single, le bien nommé et tellement visionnaire « Walking On a Dream » ?  Nick et Luke avaient déjà fait leurs premières armes dans des formations performantes , the Sleepy Jackson pour Luke, et Pnau pour Nick, avant de se retrouver unis sous la bannière solaire d’Empire of the Sun – clin d’œil au film homonyme de Steven Spielberg- et inventer leur propre cocktail australien de pop et de New Wave, comme si 10cc avait un jour percuté Orchestral Manœuvres. Alors comprenez que je n’ai jamais perdu de vue -ni d’oreille, d’ailleurs- la comète Empire of the Sun. Et  youppie, la voici justement de retour pour ce troisième épisode de ses aventures cosmiques. Avec le premier titre « Before » on retrouve un peu le même beat délicatement funky que George Michael utilise sur son « Shoot the Dog »…mais téléporté au XXIéme siècle par nos 2 zébulons. Sans doute l’un des meilleurs titres/hits du CD voici le festif « High and Low », décoiffant comme un typhon sur Nagasaki, avec ses réminiscences de Heaven 17.

Un « feel good » album

EOTS

La chanson-titre « Two Vines » évoque New Muzik, un groupe obscur de la fin des 70’s, et leur titre-phare « On Islands ». Tandis qu’avec « Friends », nos EOTS s’en vont s’abreuver aux sources de la pop électro des Pet Shop Boys. Vous allez peut-être trouver que j’hallucine, mais le refrain de « There’s No Need » navigue dangereusement du côté du… « What’s Going On » de Marvin Gaye. Avec « Way To Go » , nos deux petits gars de Sydney reviennent à leurs premiers amours, développant une troublante similitude avec leur « Standing on the Shore » du premier album. Second prétendant au hit de  « Two Vines », le pulsé électro-choqué « Ride » tient admirablement toutes les promesses de son titre. Étrangement, la délicate « To Her Door » évoque carrément le « Call It A Loan » de Jackson Browne. Enfin, retour à la piste de danse avec « Welcome To My Life », qui clôt avec entrain ce « Two Vines » insouciant, qui n’est peut être  qu’un « feel good » album, mais face à l’adversité  parfois si menaçante un zeste de futilité suffit parfois à nous rendre le sourire. C’est bien tout le pouvoir d’Empire of the Sun.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *