William Hart le chanteur des Delfonics s’éteint à 77 ans

The DelfonicsIl était la voix satinée qui vocalisait sur les classiques tels que « La – La – Means I Love You », « Didn’t I (Blow Your Mind This Time) » et « Ready or Not Here I Come (Can’t Hide From Love) » et dès qu’on l’entendait on était comme téléporté dans un film de Tarantino, hélas William Hart le chanteur des mythiques Delfonics s’est éteint à 77 ans chez lui à Philadelphie. Encore une page de la soul illimitée qui se tourne tristement.

The DelfonicsIl est un ceux ont su façonner le Philly sound, William « Poogie » Hart, chanteur des Delfonics, est décédé voici trois jours. Son fils Hadi a déclaré à la presse que le chanteur interprète avait été transporté au Temple University Hospital de Philadelphie en raison de difficultés respiratoires, et qu’il était décédé jeudi à la suite de complications liées à une opération chirurgicale. Il était âgé de 77 ans. À la fin des années 60 et au début des années 70, les Delfonics incarnaient le meilleur de la scène soul de Philadelphie. Ils ont pulvérisé les hits parades de leurs classiques « La – La – Means I Love You » ( 1968) et surtout la sublime « Didn’t I (Blow Your Mind This Time) » (1970)  épaulés par le fameux producteur local Thom Bell ( qui cartonnera ensuite avec les Stylistics et les Spinners. Les harmonies luxuriantes et évanescentes du groupe savaient créer un son soul encore plus doux et plus délicat que la chaîne de montage de la Motown à Detroit, ou sur les plus funky de Stax/Volt à Memphis.

The DelfonicsHart a co-fondé le groupe(connus à l’époque sous le nom d’Orphonics) à Philadelphie avec son frère Wilbert, avant d’élargir le groupe avec Randy Cain et Major Harris. Leur premier album, « La La Means I Love You », sorti en 1968 compte déjà son lot de tubes. Hart était la voix dominante de cette soul dorée à l’or fin car sa voix haute fait immédiatement la différence, à la fois envoûtante et puissante. La popularité des Delfonics s’est poursuivie tout au long du début des 70’s atteignant son apogée avec leur album éponyme de 1970 porté par le titre magique la chanson « Didn’t I ». Mais avec la montée de la Philly Soul qui a ouvert la voie au disco à la fin des années 70, le groupe a connu des difficultés commerciales et s’est séparé en 1975. L’héritage des Delfonics s’est toutefois largement perpétué dès le milieu des 90’s, lorsque leurs hits ont été repris par une nouvelle génération de rappers : Les Fugees qui ont réinventé l’accroche du tube de 1968 « Ready or Not Here I Come (Can’t Hide From Love) » pour leur propre hit « Ready or Not » en 1996, tandis que Missy Elliott a samplé  la même chanson pour son single « Sock It 2 Me » juste un an plus tard. Quant à Quentin Tarantino, dans son film « Jackie Brown » de 1997 Pam Grier écoute « Didn’t I » avant d’acheter une mini-cassette des Delfonics pour le passer dans sa propre voiture.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.