Vendredi noir à Paris

Partager

Bataclan Paris

Atalmont puissance 1000, cauchemar, terreur, horreur…ce matin après les attentats de Paris, les mots les plus terribles courent dans nos têtes et sur la toile. En s’attaquant au foot et au rock, à travers le Stade de France et mon cher vieux Bataclan, ces lâches ont prouvé qu’ils frappaient là où cela leur fait le plus mal : notre liberté leur est peut être intolérable, continuer coute que coute à l’exercer sera leur défaite.

6028-noir-zoomSi les Eagles avaient donné leur concert hier au Bataclan, j’aurais sans nul doute fait partie du public. Et je ne serais peut-être pas là aujourd’hui à écrire sur mon ordi. Mais que cela soit the Eagles of Death Metal ne change rien, ces djihadistes de merde n’ont pas choisi leurs cibles au hasard. Et nous, ce matin on se réveille avec la gueule de bois, en état de choc, dévasté par tous ces morts innocents, massacrés à cause de l’obscurantisme de ces « fous de Dieu ». Mais quel « Dieu » peut se reconnaître chez pareils détraqués ? Voici quelques années- les images sont toujours sur le net- on voyait à Gaza des membres du Hamas débarquer à bord de deux camions et mitrailler à tout va des hommes désarmés qu’ils truffaient de plomb. Leur tort ? Ils osaient célébrer un mariage en écoutant- entre hommes- de la musique et en dansant. Les islamistes du Hamas ne supportaient pas leur allégresse et la musique qui l’incarnait. Hier soir à Paris, la même triste histoire se répétait. Les islamistes ont une peur bleue de la musique, voilà pourquoi ils ne la supportent pas, comme ils ont peur des femmes, d’où leur sordide obsession à les dissimuler, à entraver leur liberté. Voilà pourquoi ils nous ont déclaré la guerre. Tous ces morts, tous ces blessés et notre Paris transformé en champs de bataille, notre quartier en état de guerre, parce que ces tarés haïssent notre mode de vie. Qui a vécu par le feu périra par le feu. Il n’est pas en mon pouvoir de bombarder Raqqa, leur capitale de merde, mais j’espère que nos politiques sont déjà en train de calculer les plans de vol des drones et avions de chasse qui ne devraient sans doute guère tarder à les visiter. Fuck Daesh ! Nous, à notre niveau nous pouvons juste continuer à faire péter les décibels, démontrant ainsi que nous ne sommes pas prêts de changer quoi que ce soit à notre mode de vie. We won’t back down ! À cette heure terrible, toutes nos pensées vont aux victimes et à leurs familles, aux membres et personnels des Eagles of Death Metal, à tous ces héroïques anonymes survivants dont beaucoup ont sauvé des vies, ainsi qu’à tous ceux qui seront sans doute traumatisés à vie par ces attentats, mais nous restons debout. Long live rock !

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *