THE WHITE BUFFALO “On the Widow’s Walk »

the white buffaloNon seulement il ressemble à Bob Seger mais en plus il a carrément la voix de Bob Seger…et sa musique, bien que plus cool, n’a rien à envier à celle du rocker de Detroit, même s’il est natif de l’Oregon, Jake Smith alias The White Buffalo publie son séduisant 7éme album intitulé « On the Widow’s Walk », une précieuse mine d’or qui déborde de ses pépites rock, soul, folk, blues et americana.

the white buffaloOn connaissait déjà Grant Lee Buffalo, dont le « Fuzzy » avait su allumer l’année 1993 et aussi la composition de Bob Marley « Buffalo Soldiers », en hommage aux soldats noirs de la cavalerie US, mais ce Buffalo-là, the White Buffalo, le bison blanc c’est encore une autre histoire du rock et c’est l’ami JCM qui vous la conte….

 

Par Jean-Christophe MARYthe white buffalo

 

Près de trois ans après la sortie de « Darkest Darks, Lightest Lights », Jake Smith aka The White Buffalo sort son « On the Widow’s Walk », un album des plus séduisants. Originaire de l’Oregon, notre bison blanc, Jake Smith de son nom véritable, a grandi au sud de la Californie où a su largement s’imposer ces dernières années sur la scène country folk rock contemporaine, un peu à la manière de Justin Townes Earle, Lukas Nelson ou encore deRichard Buckner avant lui. Mariant des riffs de guitares, que Tom Petty n’aurait pas reniés, à des morceaux de bravoure rock enflammée, d’inspiration E. Street Band, à des harmonies savamment soul, ce conteur d’histoire commence à se faire un nom. Quelques morceaux pour les séries CALIFORNICATION et SONS OF ANARCHY auront contribué à le révéler au grand public. Des concerts aux côtés d’artistes tels que Gomez, Ziggy Marley et Donavon Frankenreiter lui auront permis de se forger une solide réputation scénique. La poésie de Jake Smith est taillée dans la même veine que celle des artistes des 70’s Steve Earle, Richie Havens, Bob Dylan mais surtout John Prine, son mentor, celui qui lui aura donné envie d’attraper une guitare et d’écrire des chansons. Jake Smith est doté d’une voix puissante, à son image de gros ours mal léché, dont l’écriture sensible fonctionne aussi bien aux images qu’aux sensations. Gorgée d’émotion, capable de s’élever en apesanteur dans les notes les plus aiguës, comme de se lâcher rageuse dans de violentes douleurs exacerbées, cet organe à la fois chevrotant et pourtant plein d’assurance, mets l’auditeur à genoux quand Jake Smith s’aventure sur les territoires du folk rock et de la soul. Dès « Problem Solution », on en prend plein les oreilles avec l’ouverture de ces guitares carillonnantes sur lesquelles s’adossent ces vocalises puissantes venues des cieux. Sur « Looking Glass » ballade folk au piano qui sonne très pop, dans la veine des grands compositeurs folk, on nage dans la ouate. On jurerait entendre un nouveau titre d’Eddy Wedder (Pearl Jam) tant la voix pleine de grâce se fait tour majestueuse ou rauque puissante, comme trempée dans de l’acier trempé. Comment rester insensible à « Drifter » ballade électrique et chaloupée au refrain accrocheur, comment ne pas fondre ne pas fondre sur ce « No History « équipé d’un gimmick de guitare obsédant au refrain accrocheur et ouvert vers les cieux ? Un titre particulièrement habité dans la lignée de feu Tom Petty. « Faster Than Fire » est lui un bolide lancé à tombeau ouvert sur l’autoroute du rock pur et dur.  » The Rapture « explore l’instinct primaire de la nature humaine : être le loup ou bien l’agneau, il faut choisir son camp. Sans oublier ces somptueuses ballades habillées de guitares acoustiques, enroulées dans un superbe son technicolor, telles « Cursive » ou l’émouvant « Widow’s Walk ». La grande réussite de ces enregistrements est d’avoir trouvé le juste équilibre entre montées violentes d’adrénaline et moment d’accalmie. Le mariage de la voix et des guitares approche souvent une certaine grâce et valorise les titres au maximum. Ici difficile de dire si ce sont les compositions ou bien le chant qui retiennent le plus l’attention. Peut-être est-ce tout simplement la combinaison des deux ?

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.