THE EXORCIST

Partager

 

father-tomas-angela 

C’est un peu le même feeling que le come-back télévisé de WESTWORLD, THE EXORCIST, le terrifiant film de William Friedkin nous revient plus de 43 ans après sa sortie salle et au petit écran sous le titre de… THE EXORCIST et c’est incontestablement un retour vers le futur du film d’épouvante…comme on dit. Et l’on n’a pas fini de voir couler à flots l’eau bénite !

 

theexorcistposterComment oublier la longue et filiforme silhouette du père Lankester Merrin, interprété par l’immense Max Von Sydow, se découpant dans le brouillard. Et les invectives de Linda Blair, Regan MacNeil,  comme son légendaire « ffffffuck..me ». À la sortie du film, ces deux mots dans la bouche d’une ado de 14 ans avaient fait scandale et avaient durablement marqué les consciences…au moins autant que la purée de pois verte qu’elle déglutissait sur le malheureux homme d’Église. Quatre décennies plus tard, la recette a certes évolué, mais on retrouve bien entendu une jolie adolescente, Katherine Rance ( Brianne Howey), en proie aux forces les plus obscures du démon et un prêtre, voire deux, armés de leurs éternels crucifix, Bibles, incantations et autres accessoires pour déloger le Diable de gré et surtout de force. Seule et principale variante de la série par rapport au film de 73 : le vieux prêtre est remplacé par…un jeune ( et très séduisant) prêtre, le Père Tomas Ortega, incarné par la vedette latine Alfonso Herrera. Bon, il y a également un vieux prêtre, l’exorciseur et torturé Père Marcus Keane, campé par l’excellent comédien anglais Ben Daniels (découvert dans HOUSE OF CARDS). Autre « retrouvaille » de poids avec Geena Davis (Thelma and Louise)…dans le rôle d’Angela Rance, la maman de Katherine Rance. Chef d’entreprise et fidèle paroissienne toujours généreuse dès qu’il s’agit de réparer l’église ou de contribuer à ses bonnes œuvres, cette dernière n’est jamais avare de ses dollars.

Katherine grimpe au plafond

purée de pois...

purée de pois…

Mais, cette fois, Angela aune requète à faire au Père Tomas : elle est persuadée que sa maison est hantée. Elle entend des voix à travers les murs et une force obscure est en train peu à peu de s’emparer de sa fille Kath. D’abord très dubitatif, Father Tomas se rend néanmoins dans la résidence familiale et là, on doit convenir qu’effectivement quelque chose ne tourne pas rond. Des bruits louches attirent le prêtre dans le grenier où Katherine grimpe au plafond en vociférant  et déplace violemment toutes sortes d’objets. Certes, on n’en est pas encore à la purée de pois verte…mais on s’en approche. Heureusement, Father Tomas va solliciter l’aide du vieux briscard Father Marcus pour tenter de déloger le diable qui a pris possession du corps de la jeune fille. Comme dans le film de 73, les chiens enragés hurlent à la mort et dés le premier épisode un énorme corbeau se « suicide » en se précipitant sur la fenêtre du bureau de Tomas, s’auto- décapitant à travers la vitre brisée. Détail croustillant : quelques gouttes de sang viennent maculer la Bible ouverte du prêtre. Vous l’aurez compris, THE EXORCIST n’est pas avare de symboles ésotérique. Ni de « time capsules » liées au film, comme ce « Tubular Bells » aussi emblématique qu’obsédant que Mike Oldfield avait composé pour le film de Friedkin et qui résonne à nouveau à la fin de ce premier épisode, comme un magnifique clin d’œil. Tourné à Chicago et  diffusé depuis le 23 septembre sur la Fox, THE EXORCIST peut bien entendu compter sur un super-pouvoir qui n’existait pas à l’époque du film : les effets spéciaux. Et, ma foi – c’est le cas de le dire- cela lui réussit plutôt bien. La série tiendra-t-elle le rythme sur la distance ? Wait and see…

 

Diffusée sur la FOX depuis le 23 septembre 2016

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *