STEELY DAN “North East Corridor” DONALD FAGEN “The Nightfly Live”

Donald FagenQuatre ans après la triste disparition de Walter Becker, son alter-ego de toujours Donald Fagen reprend en version live le flambeau de son mythique Steely Dan, capturé entre New York  et Los Angeles, en passant par Uncasville ( !) pour revisiter 12 joyaux du groupe de studio le plus sophistiqué de la planète. Parallèlement , Donald reprend également  en concert  et avec le même line up l’intégrale de son propre solo à succès de 82 « The Nightfly ».

Steely-Dan-Northeast-CorridorEn 1995, après bien des années de silence radio, mon duo favori du plus cool des plus cool du « son californien » Steely Dan revenait enfin à la surface avec « Alive In America », un album en public retraçant leurs tournées de 93 et de 94. Ce come-back live sera même suivi d’un tout nouvel album studio « Two Against Nature » publié vingt longues années après leur sidérant « Gaucho », une de mes toutes premières chromiques pour BEST ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/steely-dan-gaucho.html ). Hélas, trois fois hélas, en septembre 2017 tombait la triste nouvelle : l’immense Walter Becker nous avait quitté ( Voir sur Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/my-steely-dan-storyso-long-walter-becker.html ) et avec tous les fans du dan, nous nous retrouvions soudain orphelins. C’est dire si la publication en simultanée de ces deux live pouvait nous ravir. Et d’abord ce Steely Dan Live de l’après-Becker, qui lui est d’ailleurs massivement dédié, ce “North East Corridor” composé de 12 titres. Dont quatre en commun avec son ancêtre « Alive In America » :  «  Bodhisattva », « Aja », « Peg » et « Reelin’ In the Years ». Pourtant si le premier live était le plus fidèle du monde aux versions studio, celui-ci se démarque par quelques improvisations, quelques solos qui offrent un nouvel éclat aux perles 70’s du Dan. Ainsi ce « Kid Charlemagne » encore plus swinguant et gorgé de soul que sa version studio, porté par les cuivres dorés. Plus surprenant encore, cette version slow-motion et carrément mélancolique de « Rikki Don’t Loose That Number », mon premier hit de Steely Dan découvert en 74 sur les radios FM de LA, repris ici de manière particulièrement émotionnelle. De même, « Hey Nineteen » apparait ici en version carrément jazz et portée par un surprenant solo de trompette. Ou encore « Glamour Profession » généreusement pulsée par un une armada de cuivres. Normal, Donald Fagen a choisi une puissante section de cinq cuivres pour réinventer le son doré du Dan. Par contre, dommage que l’inoxydable « Peg » manque quelque peu de swing par rapport à sa version studio. Inversement « Bodhisattva » musclée par le gang des cuivrés dénote un net regain d’énergie. On se dit aussi qu’il est bon de retrouver la flamboyante « Reelin’ In the Years », une composition de « Can’t Buy a Thrill », le tout premier LP des deux compères en 72. Enfin, tout s’achève sur une histoire sans paroles, une reprise-hommage à Becker d’un instrumental jazz des 50’s « A Man Ain’t Suppose to Cry », au titre si explicite (un homme n’est pas censé pleurer) unique inédit de ce projet.

donald-fagen_the-nightfly-live_cd_2Quant à “The Nightfly Live”, capturé dans les mêmes salles à travers les USA, soit le Beacon Theater NY et l’Orpheum Theater LA, avec les mêmes musiciens et la même formidable section de cuivre, s’il nous fait passer un cool moment avec ses nouveaux arrangements, la différence avec leur version studio est un peu mince comme du papier à cigarette. D’autant qu’il n’y a en fait que trois titres exceptionnels sur l’album : « I.G.Y », «  New Frontier » et la chanson-titre « The Nightfly » sur les 8 du track-listing. Ce qui fait de cette réincarnation en public de l’intégrale de son « The Nightfly » solo de 1982, un disque certes agréable mais aussi franchement anecdotique, qui aurait dû faire une jolie rondelle bonus dans une version « double CD » de ces deux albums frères. Cependant si l’on considère que tout ce que touche le Dan est d’or, alors ne passons pas à côté des petits trésors que nous réserve l’existence, surtout lorsqu’ils sont aussi rares.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.