So long John Warren Geils Jr… Mister J Geils

Partager

 

 1973_geils_promo_photo_march_front_1040

 

Le légendaire guitariste fondateur du J Geils Band, John Warren Geils Jr a été découvert chez lui sans vie à Groton dans le Massachusetts. Il serait décédé de mort naturelle à 71 ans. 

 

 

J GeilsAu tout début de ma carrière journalistique, j’avais craqué sur l’album « Love Stinks » du J Geils Band  et sur sa chanson-titre. Love stinks…l’amour ça pue ! Je trouvais ce concept cynique et décalé assez original. Voire provoc. J’ignorais alors que la formation du Massachusetts, active depuis l’aube des 70’s comptait déjà huit 33 tours à son actif. Sur mon curseur perso d’alors, ils se situaient quelque part entre les Faces et Aerosmith, aux confins de la galaxie Stones, partageant avec ces formations le même amour du blues et du rock, des girls et des jolies caisses. Et, si musicalement, le J Geils se distinguait, c’était surtout grâce au petit son de Farfisa piloté par Seth Justman. Sans oublier la pèche du chanteur, le toujours bondissant sur scène, Peter Wolf, et le jeu de guitare aussi puissant qu’impeccable de John Geils. Basés à Boston, mais c’est pourtant à Detroit, que la groupe a capturé son live le plus explosif, le bien nommé « Showtime » publié en 82, dans la foulée de ses deux LP les plus populaires le colossal «  Love Stinks » et son joyeux successeur « Freeze Frame ».

Ferrari, Maserati et autres Aston Martin

Love Stinks

Hélas, après un ultime album en 84, Peter Wolf décide de tenter sa chance en solo. Après tout, ne signait-il pas l’intégralité des titres en binôme avec Seth Justman ? Le J Geils Band n’y survivra pas…et la carrière en solitaire de Pete Wolf ne décollera pas vraiment non plus. Néanmoins, le J Geils se reformera de temps à autre, pour un concert ou une tournée.  Mais John revient à ses premiers amours : les caisses. Il se lance alors dans la restauration de véhicules de sport de collection. Après le rock, John a choisi de s’éclater avec des Ferrari, Maserati et autres Aston Martin. La police de Croton, Massachusetts, où il s’était installé depuis le milieu des 80’s, a retrouvé hier chez lui le corps inanimé de John Geils, il venait à peine de fêter ses 71 ans. À cette heure, les premières investigations du chef de la police locale, Donald Palma, suggèrent une mort naturelle. Mais la police a néanmoins ouvert une enquête, ce qui constitue une procédure normale pour ce type d’affaires. Nous, en attendant, on se consolera en poussant le rock du J Geils à fond la caisse sur les HP…long live rock and RIP John Warren Geils Jr !

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *