So long Andy Anderson batteur de Cure et d’Iggy Pop

Andy-Anderson-En ce moment, c’est un preux chevalier du rock qui mord chaque jour la poussière. Et à ce triste jeu, la mort finit toujours hélas par triompher. Cette fois, il s’agit d’Andy Anderson, cool et excellent batteur qui a, entre autres, accompagné The Cure de 1983 à 1984. Il est décédé en Angleterre à l’âge de 68 ans, emporté par un fucking cancer en phase terminale.

Andy AndersonOriginaire de West Ham, Essex, Andy Anderson avait démarré avec notre bon Steve Hillage au crépuscule des 70’s, puis avec Hawkwind, avant de collaborer en 1983 pour la première fois avec Robert Smith, sur le projet annexe baptisé The Glove, monté avec Siouxsie Sioux et Steven Severin des Banshees.  Après The Cure, Anderson a joué avec de nombreux artistes tels Iggy Pop, Glen Mattlock des Sex Pistols, Edwin Collins, Peter Gabriel même  Isaac Hayes.  La semaine dernière, le musicien était encore sur Facebook pour raconter qu’il luttait contre la maladie. Il écrivait

« Salut les gars, j’ai un cancer en phase terminale 4, et il n’y a aucun moyen de s’en sortir, ça couvre totalement l’intérieur de mon corps, et je suis totalement bien et conscient de ma situation, »

Son décès est rapporté sur Facebook par des proches du musicien et plus récemment par Lol Tolhurst, membre fondateur de Cure. Sur son compte Twitter, le guitariste de the Cure a annoncé : « C’est le cœur lourd que je dois annoncer le décès d’un frère de Cure. Andy Anderson était un vrai gentleman et un grand musicien avec un sens de l’humour malicieux qu’il a su conserver jusqu’à la fin, un exemple de son bel esprit concernant cet ultime voyage. Nous sommes bénis de l’avoir connu. »

Iggy Pop, de son côté, lui a également rendu un vibrant hommage sur Twitter: « Andy était un mec génial. C’était l’une des personnes les plus gentilles que j’aie jamais rencontrées ou avec qui j’ai travaillé. Je suis vraiment désolé qu’il soit parti. » On se souviendra de son beat sur « The Love Cats » ainsi que sur « Japanese Whispers » et l’inoxydable « The Top ». RIP Andy Anderson

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.