POST MALONE « beerbongs and bentleys »

Partager

post-malone-

 

L’été dernier, à LA, j’avais déjà craqué sur son imparable « Rockstar » et son CD a beau être sorti depuis avril dernier, comme on dit, mieux vaut tard que jamais, il est grand temps de vous parler de Post Malone et du joyeux Hip-Hop auto-tuné de son « beerbongs and bentleys » un des indispensables albums de 2018, car depuis Eminem aucun rapper blanc ne s’était montré aussi percutant.

 

beerbongs and bentleys 

Rapper ET blanc, ces deux termes sont souvent antinomiques…et pourtant ! Certes, on se souvient tous du terrible contre-exemple MC Hammer, mais fort heureusement depuis cette catastrophe industrielle, nous avons connu les Beastie Boys et Eminem, tout comme le regretté Mac Miller ou l’éphémère Asher Roth pour bigrement relever le niveau. Mais depuis Eminem, justement, Post Malone est sans doute la meilleure surprise du genre. Originaire de Syracuse dans l’État de New York, élevé au Texas et désormais résident de LA, notre nouveau pote Post publie avec son « beerbongs and bentleys » son deuxième album à seulement 23 ans et depuis l’été on peut dire que c’est un tabac. Emporté par son hit aussi puissant que pulsé  « Rockstar », boosté par son casting de stars tel le Rae Stremmurd Swae Lee, Ty Dolla $ign et notre femme de Minaj favorite, « beerbongs and bentleys » ( cans de bière et Bentleys) n’a pas fini de nous transporter. De son vrai nom Austin Richard Post, avec ses tatouages faciaux, ses nattes et sa barbe noire, le garçon est loin d’être un beau gosse. Mais justement, il ne doit son succès qu’à ses compositions mélodiques et à l’efficacité de son rap nonchalant. Avec des titres imparables et cool comme le « Spoil My Night » (feat. Swae Lee), l’entêtant « Rich and Sad », l’addictif intégral “Zack and Codeine”, digne d’un tube réussi de Kanye West, l’aérien et passionné  “Over Now”, le planant et lumineux « Otherside », le surprenant « Stay » en balade acoustique à la guitare, sans doute due aux influences country transmises par le père du jeune Austin ou le joyeux « Sugar Wraith », « beerbongs and bentleys » n’a décidément pas fini de résonner dans nos oreilles. Et encore, je vous ai gardé le meilleur pour la fin, avec le trio de tête des mega-hits du CD: « Rockstar (feat. 21 Savage), le cool « Better Now » electrochoqué et mélodique et enfin « Psycho ( feat. Ty Dolla $ign) » aussi killer (ah ah ah ) que délicat. Certes, comme on le dit parfois, elle est vachement bien sa chanson… même si c’est toujours un peu la même d’un bout à l’autre, mais il faut se rendre à l’évidence, cet album trippant se révèle carrément…aéropostal. 😉

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.