Moi je passe mon Noël avec les Stones…et vous ? Episode One : The Marquee live in 1971

Partager

the Rolling Stones

Dans la collection « From the Vault », cette cave aux trésors de live historiques que les Rolling Stones publient peu à peu, voici l’addictif coffret « The Complete Series 1 » composé de cinq DVD (ou BD et autres versions collector’s). Premier épisode, le Marquee en 1971…en attendant bien sûr l’an prochain la parution d’un concert cher aux fans français des Stones, le show des « Abattoirs » en juillet 76 magistralement réalisé par mon frangin Freddy Hausser pour son « Juke-Box » .

Rolling-Stones-Marquee-71-DVD  Certes, c’est un show filmé pour la télé, mais pour paraphraser « Animal Farm », certains shows sont plus égaux que d’autres et celui-ci en fait définitivement partie. « Ladies and gentlemen : the Rolling Stones », annonce un moustachu qui semble débarquer tout droit d’Haight and Ashbury : Welcome to the flower power et c’est intro fulgurante de « Live With Me ». Nous sommes exactement un mois avant la sortie de « Sticky Fingers ». Jagger est torse nu sous son mini-gilet à paillettes, une ridicule casquette multicolore vissée sur la tête. Mais avec ces gros plans troublants, on se dit qu’il est pourtant beau comme un dieu, comme seul on peut l’être à 28 ans. Le cuivre Bobby Keys est un véritable Fugu (poisson-ballon) saxe et Jim Price alterne trompette ou trombone à coulisse. Invisible Ian Stewart est au piano. Sur la troublante « Dead Flowers », Keith dans la semi-pénombre, surgit pour partager le micro sur le refrain, lui aussi à moitié torse nu avec sa chemise totalement ouverte : ils sont plus glimmer twins que jamais et stoned tous les deux. Car Jagger paraît aussi raide que « les fleurs sont fanées ». Charlie est au fin fond de la pénombre, sous le calicot du Marquee. Précautionneux comme à son habitude, il porte un T Shirt sous sa chemise. On ne sait jamais, pas vrai ? Bill Wyman très- trop ?-taciturne est figé comme un piquet. Mick Taylor est si jeune qu’on croirait qu’il sèche ses cours.

Satisfaction

 

 

« We’re gonna do « I Got The Blues ». À peine deux applaus entre la fin de « Dead Flowers » et l’intro de la chanson.. car elle n’est pas encore connue du public, le LP n’étant pas sorti. La sublime « Midnight Rambler » nous offre un duo entre la guitare de Keith et l’harmonica de Jagger. Le plus hallucinant, ce sont les plans sur le public, les mecs sont au minimum en veste et quasi tous en costars cravates. Dés l’intro de « Satisfaction » on sent bien qu’ils nous la jouent en version ralentie, cependant l’œil de Jagger est si animal qu’il en est irrésistible. Belle impro à la fin de la chanson sur un montage images vidéo-clippé avant l’heure. Dans le public, on entend à peine trois clameurs et demie. C’est dingue. Lorsque Jagger se dandine, c’est la découverte de « Bitch » qui claque comme une claque. Enfin, le show s’achève avec l’héroïque « Brown Sugar » une autre première live où Jagger est vraiment déchainé. Mention spéciale à Glyn Jones, l’ingénieur du son et à Bob Clearmountain le brillant remixeur.

Parmi les bonus, il y a ce TOTP (Top of the Pops) où Jagger est en costume rose on dirait M…non je rigole, par contre, il porte toujours toujours cette ridicule caquette multicolore. Mais c’est « Brown Sugar » en super version alors tant pis pour le rose…c’est du caviar n’roll !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *