MADEMOISELLE K : un K à part !

Partager

MademoiselleK

Dans le désastre d’ampleur Titanic qui a coulé EMI par le fond, on peut dire que Mademoiselle K est une rescapée. Après trois albums purs petits bijoux rock en Français, l’électrique chanteuse parisienne a décidé de vocaliser dans la langue de Shakespeare…et de se passer de maison de disques ! Ce nouveau CD sera auto-produit et capturé en Angleterre par Richard Woodcraft (The Last Shadow Puppet, Radiohead, Arctic Monkeys).

Pourquoi donc Mlle K ? Pour Katerine pardi, avec un k car, comme elle dit, elle aime bien les kiwis. Et développe aussi pas mal de kilowatts. Née à Levallois-Perret, elle succombe très vite à la musique. « À six ans, ma mère m’a inscrite à l’éveil musical » raconte Mlle K, « J’ai fait d’abord de la flûte à bec, car je voulais faire du piano mais chez moi, on n’avait pas assez d’argent. A huit ans, j’ai attaqué la guitare classique et j’ai continué jusqu’à mes vingt ans. J’ai passé le conservatoire avec les examens, les prix tout ça. Vers 14, 15 ans, j’ai découvert les accords, je me suis mis à jouer des chansons des Beatles. » Lorsqu’elle se met à chanter au tournant des années 2000, elle s’inspire des voix black blues qu’elle écoutait à la radio. « Quand j’ai commencé voilà six ans, c’était très chanson. » poursuit elle, « mais au fur et à mesure c’est devenu de plus en plus rock. J’ai découvert aussi tout ce que je pouvais faire avec ma voix. Au début je restais dans un même registre et j’ai appris que je pouvais gueuler, que je pouvais faire craquer ma voix, que je pouvais aller dans des aigus, que je pouvais passer en voix de tête, changer de registre quoi ! ».

Mademoiselle K La fete de l'Huma - la Courneuve le 18/09/2007 © Pierre-jean Grouille

Guitare-heroïne

A l’instar d’une Chrissie Hynde ou d’une PJ Harvey, miss K est une « guitare-heroïne ». D’ailleurs chez Mademoiselle K, ses guitares ont des prénoms : sa Jazz Master c’est Jeanne tandis que sa Gibson est baptisée Eléonore. « Avant d’être chanteuse, je suis instrumentiste », explique t’elle, « J’étais guitariste avant de me mettre à chanter, donc c’est physique. Prendre une guitare c’est quelque chose de super agréable. Il y a le plaisir du son et aussi celui du toucher. » Prof de guitare au lycée durant trois ans, Mademoiselle K claque la porte de L’Education Nationale lorsqu’elle se voit injustement refuser par deux fois l’accès au CAPES. C’est son coté rebelle.

Mademoiselle-K

« J’ai mon caractère. » avoue t’elle, «  J’en ai marre des poupées qui disent oui, qui disent non comme dans la chanson ! Dans le milieu artistique il y a une mièvrerie ambiante qui manque sacrément de couilles. Mais je suis une insoumise à la base ! » Sur scène, n’achève-t’elle pas toujours ses shows en haranguant son public de ces quelques mots : « n’oublie pas, t’as jamais la paix, mais t’es vivant, putain ! Tant que t’es vivant t’auras jamais la paix et si t’as jamais la paix, c’est que t’es vivant …Alors merci les vivants ! »                                         Le quatrième album de Mademoiselle K sera publié début 2015 .

 

(Article publié dans l’Encyclopédie du Rock Français 2014            

Edition Le moi et le reste/Iéna éditions)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *