Les Rolling Stones menacent Trump de poursuites judiciaires

Trump TulsaSi un groupe a la langue bien pendue, c’est incontestablement les Stones ( ha ha ha), par conséquent Donald Trump aurait dû les écouter avant d’utiliser à nouveau et malgré leur interdiction formelle « You Can’t Always Get What You want », un de leurs plus fameux rock and rolls pour mettre en scène sa propagande… trumpeuse 🤪

Les Rolling Stones menacent à nouveau Donald Trump de poursuites judiciaires, après que le président ait ignoré leurs précédents commandements d’huissier lui interdisant formellement d’utiliser leurs chansons durant ses meetings. Après lui avoir ordonné publiquement de cesser de passer « You Can’t Always Get What You Want » pendant sa campagne présidentielle de 2016, Trump a de nouveau diffusé cette chanson, durant son show déserté à Tulsa de samedi dernier. Le Donald, comme disent ses groupies, s’était déjà le même jour, attiré les foudres des héritières Petty, en utilisant également « I Won’t Back Down » (Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/en-meeting-a-tulsa-trump-viole-la-memoire-de-tom-petty.html ). Ils y auront mis un peu de temps, mais un bataillon d’avocats des Stones s’est associé à la SACEM locale, l’organisation de défense des droits d’exécution BMI, pour pondre une mise en demeure extrêmement ferme expédiée à l’équipe de campagne du président sortant, actant ainsi des poursuites  judiciaires, puisqu’il continuait à utiliser la musique du groupe sans leur autorisation.

« BMI a informé la campagne Trump au nom des Stones que l’utilisation non autorisée de leurs chansons constituera une violation de son accord de licence », a déclaré le représentant des Rolling Stones dans un communiqué. « Si Donald Trump ne tient pas compte de l’exclusion et persiste, il sera poursuivi en justice pour avoir violé cette interdiction formelle et volé leur musique sans leur autorisation expresse ». BMI a certes expliqué que Donald Trump avait accès à sa bibliothèque musicale, la campagne « Trump » disposant d’une licence de personne morale politique qui autorise l’exécution publique de plus de 15 millions d’œuvres musicales du répertoire de BMI, quel que soit l’endroit où se déroulent les meetings de campagne », a expliqué un représentant. « Il existe toutefois une disposition qui permet à BMI d’exclure certaines œuvres musicales de la licence si un auteur ou un éditeur de chansons s’oppose à leur utilisation par une campagne politique. Or, BMI a reçu une telle objection et a envoyé une lettre notifiant à la campagne Trump que les œuvres des Rolling Stones ont été retirées de la licence de la campagne, et informant la campagne que toute utilisation future de ces compositions musicales sera en violation de son accord de licence avec BMI ».

On se demande juste pourquoi, dans ce cas et à titre « conservatoire », BMI n’interrompt-il pas tout simplement cette licence accordée à cette fucking personne morale politique, la condamnant ainsi au silence musical durant ses meetings ? Comme le dit le vieil adage Stonien : désolé Trump, mais tu ne peux pas toujours obtenir ce que tu veux … et si tu essayes parfois, tu n’obtiendras pas non plus ce dont tu as besoin. 🤩

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.