DANS LEUR REGARD

Dans leur regardCertes, DANS LEUR REGARD, WHEN THEY SEE US en anglais, est diffusée depuis un peu plus d’un an sur Netflix, cependant si vous êtes passés à côté de cette excellentissime mini-série en 4 épisodes, dans l’écho de l’assassinat de George Floyd et du mouvement #BlackLivesMatter, une séance de rattrapage s’impose drastiquement. Cette histoire d’une totale puissance s’inspire d’un terrible fait-divers, lorsqu’une joggeuse jeune, riche et blanche avait été laissée pour morte en 1989 à Central Park, après un viol d’une rare violence, cinq ados noirs entre 13 et 16 ans avaient été accusés et condamnés à tort sans la moindre preuve sur la base d’aveux extorqués par des flics blancs racistes et une procureur carriériste.

When they see usDans le tsunami de la démission du panel exclusivement blanc du comité des Oscars, il a été annoncé que la réalisatrice Ava DuVernay avait été élue au Board of Governors de la fameuse Academy of Arts and Sciences, qui tente ainsi de rééquilibrer à la fois l’absence de femmes et de minorités en son sein. Pour mémoire, la réalisatrice originaire de Long Beach avait remporté le prix de la réalisation avec « Middle of Nowhere », au prestigieux Festival de Sundance, et signé le très militant « Selma » sur la fameuse marche menée par Martin Luther King pour que les noirs puissent enfin exercer leur droit de vote dans l’État raciste d’Alabama. Mais le 7 mars 1965, cette manifestation est accueillie par la police qui use de gaz lacrymogènes, mais aussi qui utilise ses chevaux et ses matraques contre les militants pacifiques. La répression exercée sur Selma en fait alors un des symboles les plus marquants de la lutte pour les droits civils. Avec DANS LEUR REGARD, Ava DuVernay poursuit son engagement politique et sa mini-série est une brillante plaidoirie pro domo contre les inégalités dont souffrent  les afro américains aux USA. Pour mémoire, ceux-ci représentent environ 12% de la population américaine, mais plus de 33% de la population carcérale, tandis qu’un noir a TROIS fois plus de chances qu’un blanc de passer de vie à trépas entre les mains de la police en cas d’arrestation. Ce sont bien ces sordides et injustes statistiques que dénonce la réalisatrice. Portés par un casting époustouflant et une mise en images qui déborde d’émotion, ces quatre épisodes nous montrent comment le racisme blanc peut faire basculer la vie de cinq gamins, des enfants, innocents, juste à cause de la couleur de leur peau. Car si Kevin Richardson, Antron McCray, Yusef Salaam, Korey Wise et l’Hispanique Raymond Santana étaient indiscutablement présents à Central Park, le soir de l’agression de la joggeuse, ils étaient totalement innocents.

Dans leur regardMais, uniquement parce qu’ils sont noirs ou hispaniques, la machine répressive blanche va tout faire pour prouver leur culpabilité et les broyer. Les flics, tous blancs en dépit des textes de lois protégeant les mineurs et interdisant qu’ils soient entendus sans la présence d’un de leurs parents et/ ou d’un avocat, vont les cuisiner lors de gardes à vue  extensives, sans eau ni nourriture. Il n’y a pourtant aucun élément à charge contre eux, pas le moindre indice, pas une preuve, hormis l’acharnement de la police qui use de toutes les manipulations possibles pour leur extorquer de force des aveux, allant même jusqu’à leur promettre qu’ils pourraient rentrer chez eux… dès qu’ils avouent leur responsabilité dans ce viol. La machine judiciaire va prendre le relais de la Police pour instruire à charge contre ces mineurs et obtenir leur condamnation. Le procureur faisant le même pari sordide de faire avancer sa propre carrière par une affaire médiatisée au détriment de la nécessaire quête de la justice. Le casting de ce film bouleversant est juste parfait, les gamins et leurs familles sont troublants d’émotion et de dignité face à l’injustice qui s’abat sur eux. Condamnés puis emprisonnés, ces enfants doivent faire face à la violence extrême qui s’abat sur eux. Car, à l’exception de leurs familles, et encore… tout le monde à peu près est persuadé de leur culpabilité. Les autres détenus s’acharnent sur eux, les gardiens aussi. Ils sont passés à tabac, ils encaissent toutes les brimades tout en conservant une incroyable dignité. Et même lorsque certains d’entre eux sortent de prison, après avoir purgé leur peine, ils ne retrouvent pas pour autant leur vie d’avant. Cependant, en 2002, coup de théâtre, le coupable du viol, déjà condamné à la prison à vie pour d’autres meurtres, finit par avouer le viol et l’agression de la joggeuse de Central Park.  Les gamins, désormais adultes, sont  alors réhabilités et même si un tribunal de New York finit par leur accorder de belles indemnités, cela ne leur rend pas leur adolescence spoliée. Le 12 juin 2019, la célèbre Oprah Winfrey, qui est aussi co-productrice de la série, reçoit les cinq protagonistes sur son plateau de télé pour un show spécial. Moi perso, j’ai carrément pleuré à la fin du quatrième épisode… et vous, saurez-vous retenir vos larmes face à DANS LEUR REGARD ?

BREAKING NEWS : Netflix a annoncé aujourd’hui une nouvelle série limitée intitulée « Colin in Black & White », réalisée par Ava DuVernay, basée sur les années de lycée de Kaepernick, le fameux quarterback longtemps stigmatisé pour avoir mis un genou à terre durant l’hymne national protestant ainsi contre les discriminations raciales dont sont victimes les afro-américains.
Colin Kaepernick apparaîtra dans la série et ajoutera sa propre voix au projet.

 

Diffusée sur Netflix depuis le 31 mai 2019

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.