Le légendaire batteur de « Thriller » est parti rejoindre Michael Jackson

Partager

 Leon « Ndugu » Chancler

 

So long Leon « Ndugu » Chancler, immense batteur multicarte et, entre autres, héros des légendaires sessions de « Thriller » avec Quincy et Michael. À seulement 65 ans, ce drummer magnifique à fait battre le cœur d’une myriade de hits sur une palette vertigineuse du jazz à la pop en passant par le swing, le blues, la soul et bien entendu le funk. Sa femme Brenda Chancler a annoncé que son mari s’était éteint samedi. On ignore à cette heure les causes de son décès, mais une grande tristesse étreint le monde de la musique.

 

Leon « Ndugu » ChanclerIl était le batteur qui faisait pulser son beat irrésistible sur « Billy Jean », Leon « Ndugu » Chancler va pouvoir à nouveau faire le bœuf avec Michael Jackson au panthéon des héros de la zique. Il y retrouvera également le colossal Miles Davis, mais également Freddie Hubbard, Thelonious Monk, Frank « Ol’ Blue Eyed » Sinatra, James Brown et Donna Summer, avec lesquels il a pu jouer au fil des ans. Né en Louisiane, jeune batteur prodige dès son adolescence, Leon « Ndugu » Chancler joue à l’instinct, un sixième sens qui ne l’a jamais quitté au fil de sa brillante carrière de près de 50 ans où il a joué sur les albums de Weather Report, Hugh Masekela, Lionel Richie, Eric Clapton ou encore Tina Turner. Présent sur « Triller » et également sur « Bad », Chancler aura vécu tant et tant d’aventures soniques. Le batteur a également co-signé deux hits colossaux : la pimentée « Dance Sister Dance » avec Carlos Santana sur le LP « Amigos » en 76 et le funkyssime classico « Let It Whip » pour le Dazz band en 82. Ces dernières années, le musicien avait rajouté une nouvelle corde à son arc en dispensant des cours à Stanford et à Cal Berkeley. Si les causes de la mort de Leon « Ndugu » Chancler restent encore inconnues à cette heure, les hommages ne tardent pas à fleurir sur le net, à l’instar de son collègue Questlove de the Roots qui publie sur son Instagram un texte émouvant. So long Leon « Ndugu » Chancler ton beat ne cessera jamais de faire battre nos cœurs.

 

In my opinion, the “Billie Jean” intro is the greatest example of something so simple that you take it for granted. But if you truly dissect it. It’s a complex compelling performance. The tone is spot on. Enough snap on the snare but not too thin that it enters Ska/James Brown crack snare territory. The amount of reverb #BruceSwedien applies is SPOT on perfect. The performance However is timeless like a tuxedo. Or a pair of chucks. Or jeans and white t shirt. It literally gives MJ his dna. You know what it is ONE SECOND in. Its creator, Jazz/funk great #NduguChancler (mind you on a GAZILLION other hit songs) passed away today. Giving all due respect and praise to the drummer that sparked a revolution of dance madness breakbeat mania. Rest easy king!

Une publication partagée par Questlove Gomez (@questlove) le

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *